La coupe menstruelle- mon expérience et mes astuces

Coupe menstruelle Diva Cup echosverts.com

Après vous avoir présenté toutes les raisons de bannir les protections hygiéniques jetables et vous avoir partagé mon expérience avec les serviettes lavables, je reviens comme promis vous parler de la coupe menstruelle, une alternative saine et écologique que j’ai utilisé en remplacement des serviettes et des tampons pendant près d’un an et demi. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, la coupe menstruelle est un petit objet réutilisable en silicone médical qui s’insère dans le vagin et recueille le sang durant les règles. Je l’ai adoptée sans problème dès le premier essai- mon seul regret était de ne pas l’avoir découverte plus tôt, tant je trouvais cela confortable et pratique !

Puis, au bout d’un an d’utilisation de la coupe, j’ai commencé à m’intéresser de plus près à l’écologie du corps et au respect de ses besoins naturels. Cette réflexion m’a permis de réaliser que l’idée d’avoir un objet en silicone dans mon corps pendant plusieurs jours d’affilée et de retenir pendant plusieurs heures du sang qui cherchait à s’évacuer me dérangeait- bien évidemment, il s’agit là d’un ressenti personnel. C’est pourquoi j’ai laissé tomber la coupe menstruelle et je suis passée au flux instinctif libre il y a maintenant 1 an et demi. Cela dit, je n’ai rien contre la coupe menstruelle ; nous avons toutes une vision différente de l’écologie corporelle et même si ce n’est pas la protection hygiénique idéale pour moi, elle reste à mes yeux une alternative saine et écologique qui mérite d’être promue.

Dans cet article, vous trouverez donc l’essentiel des informations sur l’usage de la coupe menstruelle, ses avantages, ses inconvénients et les précautions d’emploi, avec quelques liens utiles pour en savoir plus sur certains aspects.

Coupe Menstruelle avantages et inconvénients echosverts.com

1

La coupe menstruelle présente de nombreux avantages écologiques, sanitaires, économiques et pratiques :

  • La coupe menstruelle peut s’utiliser pendant 10 ans donc pas besoin de se soucier de son stock de protections pendant un moment !
  • C’est une protection minimaliste puisqu’une seule coupe menstruelle suffit pendant la durée de son cycle.
  • Elle pèse à peine quelques grammes et prend très peu de place, c’est donc très pratique en voyage.
  • Elle permet de réduire considérablement les dégâts sanitaires et écologiques liés à l’industrie et à l’usage des protections hygiéniques jetables.
  • C’est une protection presque zéro déchet
  • Une coupe menstruelle coûte entre 10 et 35 euros, ce qui revient à 1 à 3,5 euros par année d’utilisation- c’est donc bien plus économique que l’achat de protections hygiéniques jetables sur le long terme.

2

Il faut reconnaître que l’usage de la coupe peut présenter quelques inconvénients, mais qui restent surmontables dans la plupart des cas :

  • La coupe menstruelle doit être stérilisée en début et en fin de cycle, ce qui n’est pas forcément pratique quand on n’est pas chez soi. Lorsque je n’ai pu la stériliser en début de cycle, je me suis assurée de la rincer longuement sous une eau très chaude avant de l’insérer.
  • Il faut vider et rincer la coupe à l’eau 2 fois par jour au moins, donc il est essentiel d’avoir accès à un espace avec toilettes et lavabo où l’on pourra faire tout ça confortablement. Personnellement, j’ai toujours fait ça chez moi le matin, puis le soir, sans avoir besoin de la vider dans la journée. La fréquence à laquelle l’on doit vider sa coupe dépend toutefois de l’abondance de son flux.
  • Il existe différents modèles et tailles ; il faut donc être certaine de son choix avant d’acheter sa coupe car on ne pourra évidemment pas l’échanger ou la donner à quelqu’un d’autre si on se trompe ! Heureusement, on trouve un tas de bons conseils en ligne pour choisir la bonne coupe du premier coup.
  • Une fois usée, la coupe n’est ni biodégradable, ni recyclable et elle devient donc un déchet- mais ce n’est vraiment pas grand chose comparé aux protections jetables. En outre, Klaire nous donne de chouettes idées pleines d’humour pour upcycler sa coupe 😉 !
  • Enfin, j’ignore si cela est le cas pour d’autres personnes mais il s’avère que quand je porte ma coupe menstruelle, le flot de mon urine est ralenti, comme si la coupe compressait le méat urétral. Je mets donc plus de temps à uriner et j’ignore si cela est dû à mon anatomie, à ma coupe ou à son positionnement. Si vous avez le même souci ou des infos à ce sujet, ça m’intéresse !

Coupe Menstruelle précautions d'emploi echosverts.com

3

Aucune étude ne permet aujourd’hui de dire si la coupe présente ou non des risques pour la santé. Ce qui est certain, c’est qu’elle ne présente aucun des risques liés à l’usage des serviettes jetables et des tampons, à condition de choisir une coupe menstruelle de qualité en silicone médical et de bien l’entretenir. Voici quelques précautions à prendre afin d’utiliser la coupe menstruelle en toute sûreté :

  • La coupe menstruelle n’est pas adaptée après un accouchement par voie basse- il est important de faire le point avec son gynécologue pour savoir à partir de quel moment il est à nouveau possible d’utiliser ce genre de protection interne après votre accouchement.
  • Si vous portez un stérilet, il est préférable de demander conseil auprès de votre gynécologue afin d’éviter que votre stérilet ne s’enlève au moment du retrait de la coupe. Pour plus d’infos sur la question, je vous conseille cet article.
  • Rincer et stériliser la coupe régulièrement afin d’éviter tout risque d’infection.
  • Se laver les mains au savon avant d’insérer/de retirer la coupe et une fois la manipulation terminée.
  • Vider le sang de sa coupe toutes les 12h au minimum, afin de ne pas laisser le sang stagner à l’intérieur du vagin.
  • Retirer la coupe délicatement, pour ne pas se faire mal.
  • Éviter d’avoir les ongles trop longs lors de l’usage de la coupe, afin de ne pas créer de lésions sur les parois du vagin.
  • Ranger sa coupe dans un endroit où elle ne risque pas d’être au contact de quelque produit que ce soit, au risque d’irriter nos muqueuses par la suite. J’avais fait l’erreur de la mettre dans ma trousse de toilette et ma coupe s’est retrouvée imprégnée d’huile essentielle de menthe poivrée. Je vous laisse imaginer l’effet glaçant au moment où je l’ai insérée… J’ai malheureusement dû la jeter.

Si vous avez des doutes et/ou des conditions médicales particulières, le mieux est de faire le point avec votre gynécologue avant de tester la coupe.

4

Le marché de la coupe menstruelle est en plein essor et on trouve maintenant de plus en plus de modèles fabriqués en France, vendus sur internet ou même en magasin bio. S’il n’existe pas autant de marques et de modèles qu’il en a pour les serviettes et les tampons, il y en a déjà suffisamment pour avoir des difficultés à faire son choix !

Plusieurs critères sont à prendre en compte au moment de choisir sa coupe :

  • La densité des règles
  • Le fait d’avoir accouché par voie basse
  • L’étroitesse de son vagin et la fermeté de son périnée

L’on distingue généralement 2 catégories de coupes menstruelles :

  • Celles pour les femmes de moins de 30 ans et/ou qui n’ont pas accouché par voie basse
  • Celles pour les femmes de plus de 30 ans et/ou qui ont eu des enfants

Pour vous aider à choisir votre coupe, vous pouvez répondre à ce petit questionnaire en ligne du site Easycup. En fonction de vos réponses, différents modèles de coupes vous seront conseillés parmi les marques répertoriées sur le site. En plus de ça, je vous suggère de faire quelques recherches sur internet pour voir l’avis d’autres utilisatrices sur les modèles qui sont susceptibles de vous convenir. Cela peut permettre de se faire une meilleure idée d’ensemble des avantages et inconvénients potentiels de chaque modèle.

Personnellement, j’avoue que je ne me suis pas beaucoup renseignée avant de choisir ma coupe et par chance j’ai trouvé le bon modèle du premier coup. J’ai simplement cherché une marque locale (DivaCup à ce moment-là puisque je vivais en Colombie Britannique au Canada) et j’ai choisi un petit modèle. Bien que j’avais près de 30 ans au moment où j’ai commencé à utiliser la coupe menstruelle, je me doutais qu’un petit modèle conviendrait mieux à l’étroitesse de mon vagin. Aujourd’hui j’ai plus de 32 ans et ce modèle me convient toujours. Une chose est sûre, être à l’aise avec ses parties intimes et bien les connaître peut grandement aider à choisir sa coupe.

Coupe menstruelle insertion positionnement retrait conseils echosverts.com

5

L’insertion peut-être un moment compliqué lors des premières utilisations. Personnellement, cela m’a rappelé les premières fois où j’ai mis des lentilles de contact. Je pensais ne jamais pouvoir y arriver ! Je me suis assurée d’avoir lu les instructions en long, en large et en travers avant d’insérer ma coupe pour la première fois, mais j’avais beau les avoir suivi au pied de la lettre, cette coupe sensée rentrer dans mon vagin m’est restée entre les mains.

J’ai alors décidé de mettre la notice d’utilisation et tous les conseils que j’avais lus de côté et d’y aller au feeling, de manière intuitive, et c’est ainsi que j’ai fini par y arriver. De manière générale, je dirais qu’il faut être accroupie, avoir les jambes bien écartées et tenir la coupe pliée entre deux doigts. Ensuite, à vous de voir quelle position, quel pliage et quels doigts vous conviennent le mieux. Mais il est certain qu’il faut avant toute chose être détendue et avoir confiance en soi et une fois qu’on a trouvé la technique qui nous convient, l’insertion de la coupe ne prend pas plus de quelques secondes !

6

Une fois la coupe insérée, il peut arriver que l’on ressente une gêne ou bien que du sang s’écoule, ce qui n’est pas normal. Si la coupe est plein placée, on ne devrait absolument pas la sentir et aucune goutte de sang ne devrait déborder. D’après mon expérience, si on sent la coupe, c’est qu’elle n’est pas bien positionnée- voici un article avec une illustration pour savoir comment bien positionner sa coupe.

Quant aux écoulement, ils peuvent être dû à plusieurs facteurs : une coupe mal placée, pleine, bouchée, remplie d’air… Dans cet article, vous trouverez plein d’astuces pour venir à bout des fuites.

7

Enfin, le retrait de la coupe peut également poser problème si on est mal positionnée, trop tendue ou qu’on retire la coupe trop vite. On peut alors avoir des difficultés à retirer la coupe, on peut se faire mal ou renverser du sang partout au moment du retrait.

Pour la retirer sans encombres, il faut se mettre dans une position confortable qui va faciliter la sortie de la coupe et il s’agit généralement de la même que celle dans laquelle on l’insère, accroupie, jambes écartées. Il faut ensuite faire descendre la coupe en contractant son périnée et attraper la tige entre eux doigts dès que celle-ci devient accessible. Il reste ensuite à continuer de tirer la coupe délicatement vers le bas tout en contractant le périnée et en pliant légèrement la base de la coupe si besoin pour faciliter sa glissade vers la sortie. Une fois qu’on a pris le coup de main, cela ne prend pas plus de temps que l’insertion, soit quelques secondes.

Coupe menstruelle écologique zéro déchet règles echosverts.com

Si la coupe menstruelle ne vous attire ou ne vous convient pas, n’oubliez pas qu’il existe aussi les serviettes hygiéniques lavables pour remplacer les serviettes jetables et les tampons. J’avoue que je me sens parfois ennuyée en lisant certains commentaires d’utilisatrices de la coupe menstruelle qui dénigrent indirectement les serviettes lavables et laissent à penser que c’est plus-mieux-bien d’utiliser la coupe menstruelle, que c’est le graal des protections écologiques. Pourtant, on ne peut pas dire qu’une protection soit mieux qu’une autre. Il est d’ailleurs possible d’alterner entre les deux et je pense que c’est ce que je ferais personnellement si le flux instinctif libre ne me convenait plus.

L’essentiel est que chacune puisse trouver une alternative saine et écologique lui permettant de vivre chaque cycle menstruel aussi confortablement et sereinement que possible.

Sites utiles pour aller plus loin:

Et vous la coupe, vous en pensez quoi ?

Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Cet article, publié dans Hygiène & santé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

69 commentaires pour La coupe menstruelle- mon expérience et mes astuces

  1. anne dit :

    je l’ai testée il y a un an maintenant et j’en suis très contente. ça demande quelques essais de pouvoir l’insérer correctement, et il vaut mieux avoir un lavabo à portée de main (j’ai testé sans mais c’est plus compliqué, vaut mieux ne pas oublier une petite bouteille d’eau). je ne reviendrai pas aux tampons, la cup est bien plus confortable à mon sens.
    j’attends avec impatience ton article sur le flux instinctif libre car cela m’intrigue beaucoup ….à bientôt

  2. Clarisse dit :

    Super article qui tombe à pic ! J’enlève mon stérilet aujour’dhui et je pensais à la coupe menstruelle ou aux flux instinctif lbre… mais je n’ai aucune idée de comment ça fonctionne… du coup, j’attends ton prochain article Avec impatience !!! je pense commencer Avec la Coupe, je vais regarder les liens que tu as mis ! Merci encore pour l’article ! J’adore ton blog! A bientôt

  3. hellovictoire dit :

    Je suis passée à la cup depuis trois mois et je sais déjà que je ne peux plus revenir en arrière ! C’est révolutionnaire, tant pour mon porte-monnaie que pour l’environnement ! Bien sûr elle a quelques inconvénients, mais si on a une bonne hygiène et qu’on est à l’aise avec son corps, je trouve que ça va tout seul 🙂

    • C’est vrai que c’est un petit objet révolutionnaire et comme toi je ne reviendrai jamais aux tampons et serviettes hygiéniques jetables… surtout maintenant que je suis consciente des dangers sanitaires et de leur impact sur l’environnement !

  4. Elsa R. dit :

    Testée depuis quelques mois seulement et j’en suis ravie. J’ai opté pour une Lamazuna car je tenais à ce qu’elle soit française. Elle m’a sauvée la vie pendant mes vacances où j’étais en vadrouille toute la journée ! Pour se baigner c’est top et bien plus hygiénique que les tampons. Comme toi, je la vide le soir seulement, du coup je n’ai pas à me soucier de trouver des toilettes avec lavabo. Pour ma part, elle est tellement « invisible » que j’ai réussi à l’oublier pendant 24h (du genre c’est dimanche je traîne et j’oublie tout). Pour ce qui est des serviettes hygiéniques je ne les ai jamais aimées mais les alternatives écologiques ont l’air top pour celles qui ne veulent pas utiliser la cup. J’attends également ton article sur le flux instinctif car je trouve ça assez mystique pour tout te dire.

    • En effet, c’est super pratique pour la baignade- je me souviens des rares fois où j’ai utilisé un tampon pour aller nager… j’étais écoeurée de retirer ce truc imbibé d’eau chlorée de mon vagin ! Et je suis d’accord avec toi, on peut facilement oublier sa coupe- mais il reste important de bien la vider et la nettoyer toutes les 12h au moins.

  5. Gwen dit :

    La cup a changé ma vie 😀 C’était dur au début pour l’insérer, mais on finit par prendre le coup de main et c’est vraiment très pratique !

  6. breizhfanfan dit :

    je l’ai utilisé pendant plus de 10 ans et pour rien au monde je ne serais retourné aux tampons. Je n’ai plus jamais eu d’infection urinaire ou de mycose! incroyable.
    par contre, un petit conseil, ne vous lavez pas les mains au savon avant de l’insérer sinon vous introduirez des résidus de savon et bingo! votre vagin n’en a pas besoin, il a sa flore!
    elle n’a pas besoin d’être lavée souvent, juste rincée à l’eau quand vous la videz, puis ébouillantée 5mn à chaque fin d’utilisation et remise dans sa petite pochette
    en cas de difficulté pour l’enlever, sous la douche c’est plus facile (çà m’est arrivé 1 ou 2 fois)
    un autre conseil: coupez la tige juste ce qu’il faut pour pouvoir l’attraper à l’intérieur. certaines la coupent complètement, mais perso j’ai fait cette bétise une fois et du coup je n’arrivais plus à l’attraper!
    voili voilà

    • Personnellement j’avoue que je me vois mal introduire la coupe dans mon vagin sans m’être lavé les mains au savon… Bien sûr, je me rince et je m’essuie bien les bien les mains après les avoir lavées.
      En effet, il peut-être utile dans certains cas de couper la tige- tout dépend de sa coupe et de son anatomie donc surtout bien l’essayer avant avant de couper quoi que ce soit 🙂

  7. J’adore ma cup, je ne me verrais pas du tout revenir a un syteme classique. Et d’ailleurs on a le meme modele (j’ai reconnu les sac haha) achete en C-B aussi pour moi 😉

  8. SoMysrie dit :

    Bonjour,
    J’ai un petit problème avec ma cup malgré que j’en prends soin en la stérilisant avant et après à l’eau chaude sauf que c’est la deuxième que j’ai dû jeter au bout de 2 ans car elles avaient une odeur bizarre (ça puait trop pour être sain). =(
    Est ce parce que l’eau est très très chaude quand je la stérilise ou autres?
    Merci de vos réponses.
    Bonne journée.

    • Ah c’est embêtant ça… je n’ai pas la réponse mais j’espère que quelqu’un d’autre saura te dire à quoi l’apparition de ces mauvaises odeurs peuvent être dues.

    • Elsa R. dit :

      Bonjour, Laetitia du site « Le Corps, La Maison, L’Esprit » a eu elle aussi un problème d’odeur avec sa cup. Peut-être qu’en lisant les commentaires tu trouveras une réponse. Certaines ajoutent un peu de vinaigre au moment de la stériliser mais je m’avancerai pas là-dessus n’ayant pas rencontré ce problème. Peut-être que les marques ont déjà eu des retours et peuvent préconiser quelques astuces dans ce cas là ? Pas de bol, c’est quand même dommage d’être obligé de la jeter au bout de 2 ans 😦

  9. bou dit :

    quel teasing sur le flux instinctif libre !!!!
    j’aime bien votre blog parce qu’il n’est pas dogmatique. (et j’aimerais bien un sujet sur la contraception … sujet vraiment difficile du point de vue du zéro déchet )

  10. hlhelene dit :

    8 ans que j’utilise la cup, et même après 3 accouchements c’est toujours aussi parfait !
    Je ne rince pas forcément ma coupe à chaque fois que je la vide mais l’essuie avec du papier toilette à l’extérieur et à l’intérieur… Depuis mes accouchements j’ai des flux plus abondants et suis amenée à la vider plusieurs fois par jour. Par contre je la rince au moins 2 fois par jour !
    pour moi c’est un must !!

  11. Lili dit :

    Pas de problème après l’accouchement par voie basse, j’ai juste changé de taille de cup.
    Mon seul souci : ne pas l’oublier en partant en vacances ! Bon, remarque, ça m’a permis de tester le flux instinctif et je m’en suis plutôt bien sortie. Mais quand même, le stress ! Et quelques lessives non programmées dans le lavabo !

  12. Maluch dit :

    Bonjour ! Pour ma part je suis venue à la cup il y a 10 ans mais je ne sais même plus comment. J’ai changé de taille avec mon accouchement. J’avais utilisé le site easycup pour choisir le modèle qui me convient très bien.
    Néanmoins, je pense qu’il est nécessaire d’être à l’aise avec son corps pour passer à la cup. Une personne qui utilise des tampons avec applicateur trouvera la coupe menstruelle un peu trop « alternative » 🙂
    Natasha, pour répondre à ta question, je ne suis pas gênée pour uriner : je porte la cup très basse (j’ai coupé toute la tige) et je ne la « tiens » pas trop avec le périnée. Est-ce pour cela ?
    Ma cup actuelle a déjà 6 ans et elle est tjrs en bon état… sauf pour la couleur. Je l’avais prise transparente parce que j’avais une perception de « propre ». Avec le temps, le silicone jaunit même s’il est propre. A refaire, je la prendrais de couleur.
    Dans le même style que cet article, un blog très riche pour rassurer.
    Bonne journée !

  13. Ping : eoline

  14. Emmanuelle dit :

    Juste pour la blague : encore faut-il que le gynéco sache ce qu’est une cup… et donc sache également qu’elle ne fait pas ventouse (sauf si mal retirée) ou que le cordon du stérilet ne peut pas baigner dans le sac retenu par la cup, etc, etc 😉
    Après un accouchement, ni cup ni tampons pendant les premières semaines (en gros, jusqu’à la visite prévue 6 semaines après)… mais au-delà, tout est refermé 😉

  15. Coucou !
    Alors moi, cela me ralenti aussi mon flux pipi et la coupe doit appuyer sur ma vessie car j’ai envie de faire pipi pour trois gouttes (Déjà que je fais pipi très souvent…). J’imagine que c’est normal selon notre morphologie et la position de nos organes dans notre corps.

    Pour la taille de la cup, c’est pas évident même en suivant les instructions. Ma première cup est la même que la tienne que j’ai pris en taille 2 car plus de 30 ans et tout. Mais au bout d’un moment, je me suis aperçue qu’elle était trop grande pour moi. Elle se dépliait mal et me gênait vraiment. J’ai opté pour une MeLuna que j’ai pris en Taille S selon leur instruction : moins de 1m60, morphologie fine et règles peu abondantes. Je te raconte pas ma surprise quand je l’ai reçu car elle est minuscule comparée à la DivaCup Taille 2. J’ai même flippé et me suis dit que j’avais fait une erreur. Au final, elle me convient mieux et je me sens mieux avec (pour faire pipi notamment) et bizarrement, j’ai moins de fuites (sans doute parce que j’arrive mieux à la mettre).

    Pour être honnête, je ne la stérilise pas à chaque fois.Et pour le moment, pas de soucis mais je la nettoie bien si je ne l’ai pas fait.

    En voyage, c’est super pratique en tout cas !!! Je ne reviendrais plus aux tampons (mais je prends des serviettes parfois quand j’ai la flemme de mettre ma cup. 🙂

    Et oui, pour les marques, je les ai avec la Diva mais pas la MeLuna. Je me demande si ce n’est pas du à la matière (car elles ne sont pas fait avec la même). Je ne sais pas trop…

    • Ah, enfin, quelqu’un qui connaît ou a connu le même problème que moi en urinant… ! J’ai déjà un petit modèle mais je suppose que la taille du petit modèle diffère d’une marque à l’autre… Je ne m’en sers plus que très rarement de toutes façons, mais je garde ça en tête, au cas où j’étais amenée à réutiliser la cup de manière régulière et à la changer. Merci pour ton témoignage en tous cas !

  16. Akä dit :

    Merci pour tes articles!
    J’ai découvert la cup en 2006, d’abord effarée par le principe et la taille de l’engin j’ai creusé la question notamment sur un forum d’utilisatrices, pour me lancer grâce à une commande groupée via l’Angleterre, parce que la cup était encore presque impossible à trouver en France, et d’autant plus à la campagne. Après quelques tests à blanc j’adopté ma mooncup sans hésitation et je l’utilise toujours, sans problème ni signe de vieillissement. À une époque j’ai remarqué que malgré les lavages au savon doux et les stérilisations, elle ternissait et sentait, pas franchement mauvais mais ce n’était pas normal. J’ai essayé de la brosser méticuleusement au savon avec un goupillon miniature, et bingo, comme neuve. Je pense que lorsque le sang est particulièrement visqueux il peut accrocher au silicone et résister à un simple savonnage et même à la stérilisation qui  »cuit » cette fine pellicule de sang. Je confirme aussi que profiter de la douche pour la positionner/vider est très confortable, et que pour moi la tige était douloureuse, je l’ai coupée à ras sans aucune difficulté ultérieure pour la retirer. Si elle est très remontée s’accroupir permet de la faire redescendre. Dernière chose, il faut parfois situer le col de l’utérus avant de la positionner car si elle n’est pas dans l’axe c’est la fuite assurée.

    • Merci pour tes astuces pour bien nettoyer la cup 🙂

    • Maluch dit :

      Merci bcp pour l’astuce pour le nettoyage. Je vais essayer. Moi aussi, j’utilise le moment de la douche pour la vider. Je ne la stérilise pas non plus, je la savonne soigneusement pendant son utilisation et … je la passe en machine en fin de cycle dans un petit sac pour linge fragile. 😉

    • Maluch dit :

      Excellent cet article, je m’accommodais de ma cup jaunasse. J’ai commencé à frotter et je trouvais que ce n’était pas assez efficace. Ce week-end, j’ai mis la mienne à tremper une nuit dans l’eau avec un soupçon de percarbonate de sodium. La cup est ressortie aussi transparente (voire plus 😉 ) que quand je l’ai achetée.
      Pour l’impact : j’achète le percarbonate en poudre en sachet en papier par kilo. Je m’en sers pour le ménage et surtout pour blanchir les chemises,

  17. Merci beaucoup pour cet article!
    Je me suis achetée ma coupe il y a quelques mois mais n’ai jamais pu l’utiliser car ma pilule a fait que je n’avais plus de règles (dès le mois où je l’ai reçue en plus quoi!).
    Mais entre temps j’ai décidé de passer au stérilet, et le disais que la coupe servirait à ce moment là. Je suis en plein entraînement pour l’insérer, j’ai jamais vraiment aimé les tampons alors c’est pas encore gagné…
    Par contre je savais pas qu’il fallait faire attention quand on porte un stérilet, je vais aller me documenter de suite!
    Merci beaucoup en tout cas, et vivement l’article sur le FIL ca m’intéresse aussi!

  18. Caro jms dit :

    Merci pour ce post! Mais je ne suis toujours pas prête à m’y mettre….par contre j’ai hate de lire l’article suivant!!

  19. Sandrine dit :

    Bon, alors j’adorerais la mienne (diva cup) jusqu’à ce qu’elle s’échappe, quand je marche. ..Elle ne tient pas et je la perds donc depuis cet été, retour à la case tampon. Je me demande si c’est la quarantaine, tout allait bien jusqu’ici. …c’est un triste retour en arrière

  20. Malaury dit :

    Pareil pour le pipi ! Le flot est ralenti ! Je me demande ducoup si ma vessie se vide bien… (cela dépend peut-être à quelle hauteur dans le vagin la cup est installée)
    J’ai eu du mal LES (et pas LA) premières fois pour mettre la cup (toujours sous la douche pour ma part). Mais une fois mise je trouve cela très confortable et pratique, d’autant plus que je la garde toute la journée sans aucun problème. Il faut vouloir prendre la peine de se familiariser avec, et une fois fait, c’est que du bonheur 🙂
    Très intéressée également par l’article sur le flux instinctif ! Grand mystère pour moi !

    • Merci pour ton témoignage Malaury ! Cela dépend peut-être effectivement de la hauteur à laquelle la cup est placée… mais personnellement, je ne pense pas pouvoir placer la mienne plus bas ou plus haut que là où je la positionne.

  21. Marion dit :

    Merci Natasha pour cet article précis et complet, comme à ton habitude! J’ai acheté la cup il y a quelques années…Mais je n’ai toujours pas sauté le pas, pour des raisons diverses et variées en passant par la peur de mal stériliser ou encore mon malaise à l’idée d’introduire et surtout garder même quelques heures un corps étranger en moi.

    Et il se trouve que mon mode de vie me permet d’utiliser des serviettes lavables sans inconvénients ou peu (je travaille à la maison…). Et dans la mesure où c’est pour moi une solution confortable, économique, écologique…Je ne vois pas vraiment de raison d’en changer.

    Néanmoins pour un rythme de vie moins casanier la cup me paraît une excellente solution, et j’en ai entendu beaucoup de bien, qui sait peut-être qu’un jour je passerai outre ma réticence et me lancerai enfin 😉 ?!

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi… pourquoi chercher à changer quand on a trouvé une option qui nous convient en tous points ? Et je trouve qu’avec la cup, il est important de n’avoir aucune réticence avant de se lancer, sinon, on risque encore moins de s’y faire !

    • Marion dit :

      C’est exactement ça :). Et je pense comme toi que se lancer en n’ayant pas le feeling, surtout pour la cup, risque de rendre l’expérience plus désagréable qu’elle ne l’est, avec la contraction des muscles liés à la réticence à le faire. Mais c’est vrai que tout cheminement ne se fait pas en un jour, des verrous sautent petit à petit (alimentation, déchets etc…) pourquoi pas celui-ci un jour 😉 ? Belle fin de journée Natasha 🙂

  22. Laure dit :

    J’ai utilisé une première coupe pendant quelques années (2008), puis je suis passée sous stérilet, c’est donc proscrit et de toute façon j’ n’avais pas de règles, non trop simple après 2 ans, je saignais en permanence. Donc re pilule et là plus rien. J’ai jeté la coupe. Puis à nouveau des saignement continue, nouveau changement de protection, nouvelle pilule, et là règles… J’ai attendu 1 an, puis j’ai racheté une coupe, sauf que là, je ne la supportais plus, elle bougeait, me gênait, j’ai abandonné et suis passé au serviette lavable depuis 2 mois. C’est parfait, j’en ai suffisamment pour mon cycle. Et dans deux mois, je me fais stériliser, j’aurai toujours mes règles, mais je n’aurais plus à prendre cette cochonnerie de pilule. Et je ne reviendrai pas vers la coupe! et tant pis pour la piscine, j’utiliserai un tampon!

    • Quelles galères ! Merci beaucoup pour ton retour d’expérience avec la coupe- c’est important d’avoir des avis négatifs aussi car j’ai parfois l’impression que celles qui n’arrivent pas à se faire à la coupe culpabilisent et s’obstinent à réessayer dans l’espoir de s’y habituer, regrettant de ne pouvoir adopter cette fameuse coupe mise sur un piédestal par tant de personnes. Il est aussi important de savoir baisser les bras et d’accepter que cette protection n’est simplement pas faite pour soi.

  23. Sabrina dit :

    Merci pour ces articles, j’ai hâte de lire celui sur le flux instinctif, même si je doute sérieusement de pouvoir arriver à cela un jour. J’ai toujours eu des règles très abondantes, donc pour la coupe, quand je me suis décidée il y a 6 ou 7 ans maintenant, j’ai pris la plus grande sur le marché, une fleurcup. J’ai le même souci que toi pour faire pipi, le flux est ralenti, et ma vessie ne se vide pas tout à fait jusqu’au bout. Je pense que c’est anatomique, car quoi que je fasse je n’ai jamais pu placer la coupe différemment, elle se « replace » toute seule toujours au même endroit. De même, je n’ai jamais pu éviter de petites fuites. Du coup, pour moi c’est coupe plus serviette lavable, et avec ce combo je tiens des heures peinard ! En cas de besoin, j’utilise une petite bouteille d’eau pour la rincer. Mais c’est vrai que depuis que j’ai la coupe, j’apprécie les wc avec lavabo à l’intérieur !! J’ai très rapidement coupé la tige complètement, car elle me gênait, et je n’ai jamais eu aucun souci à retirer la coupe. Pour la morphologie, c’est comme pour les serviettes lavables, je suis abonnée à l’épingle à nourrice, sinon chez moi elles se déplacent systématiquement en arrière et ne protègent plus le bon endroit…
    Donc je dirai qu’en terme de confort c’est incomparable avec les tampons que j’utilisais avant, car je devais en changer vraiment souvent, et j’étais aussi abonnée aux fuites. Mais que ça n’est pas encore parfait !

    • J’ai bien fait de demander si d’autres que moi avait un flot urinaire ralenti ! Comme pour toi, les serviettes hygiéniques lavables ne tiennent pas en place dans ma culotte et c’était très inconfortable… c’est ce qui m’avait motivé à tester la cup d’ailleurs.

    • Rein dit :

      coucou!! si tu veux changer de Cup un jour, saches que la Fleurcup est l’une des plus grandes mais fais 29cl, la Yuuki et FemmeCycle en font 30! même si je suis pas rassurée de cette dernière… vu sa forme! :’)

  24. kellyac dit :

    J’ai une cup depuis 10 ans, et du coup je m’en suis racheté une l’an dernier. Comme je l’ai déjà vu dans un commentaire, j’avais une cup trnasparente qui était devenue brunatre. Du coup la nouvelle est violette et je trouve ca beaucoup mieux! Je ne désinfecte que à la fin du cycle avec de l’eau chaude et un peu de vinaigre, je n’ai jamais pensé à le faire au début et je n’ai jamais eu de problème. A un moment je la lavais avec un peu de savon de marseille, mais j’ai eu de petites irritations donc j’ai arrété. Je la change matin et soir dans ma baignoire, c’Est ce que je trouve le plus simple. En début et fin de règles j’essaie le flux instincitf, mais pour le moment je ne peux pas du tout le gérer pendant mon trajet à vélo (18km par jour) ou quand je suis concentrée sur autre chose (typiquement au travail).

    • En effet, un accès aux toilettes dès qu’on ressent le besoin d’évacuer le sang est impératif pour le flux instinctif libre… Et il est certain qu’il est parfois difficile d’être à l’écoute de son corps s’il on est préoccupée par d’autres choses- mais cela vient avec un peu d’entrainement 🙂

  25. poli dit :

    Superbe article, et superbes commentaires !
    Je ne suis plus concernée, mais j’aurais vraiment apprécié que les cups existent avant !
    Je me souviens trop des galères pour me changer si souvent !
    J’espère que cela va profiter à ma fille ?

  26. Maëva dit :

    Maintenant que tu en parle, c’est vrai que j’urine beaucoup moins souvent lorsque je porte ma cup je n’avais jamais remarqué !

  27. La Fabrique d'éco Lo dit :

    Je suis « cupeuse » depuis 5-6 ans et je suis un juste un tout petit peu mitigée par rapport à ton article car je trouve que le côté aseptisé que tu décris est un peu exagéré. En début ou fin de cycle, je ne change ma cup que toutes les 24h, et tout va bien. Il m’arrive de ne pas avoir les mains savonnées avant de changer la cup (pas non plus les mains crado de la veille on s’entend) et tout va bien. Et quand il n’y a pas de lavabo dans les toilettes, je ne lave pas ma cup avant de la remettre et tout va bien. Voilà, c’est juste pour témoigner. Par contre, j’ai très envie d’aller visiter Freiburg maintenant! 😉

  28. Ping : 10 tutos couture de base pour adopter le zéro déchet | Échos verts

  29. Ping : Éco-entreprenariat : Tiphaine lance la 1ère box zéro déchet | Échos verts

  30. Ping : Le flux instinctif libre- mon expérience et mes astuces | Échos verts

  31. Rein dit :

    je me pose juste une question: quand on fais du flux instinctif libre on retiens aussi le sang dans son corps non? Enfin c’est pas du tout méchant mais je ne pense pas que demander à son corps de retenir son sang respecte plus sa volonté, moi je préfère garder ma cup pour le laisser couler de lui même mais voilà ^^ sinon c’est en effet pas évident de la stériliser hors de chez sois… je me suis acheté un stérilisateur micro-onde, comme ça si je peux pas la stériliser de suite je la laisse dedans en attendant, et je ne la remet dans la poche en coton que stérilisée!! Du coup ça me permet juste de la rincer avant de la mettre au début de cycle… je pense pas que la stériliser tout le temps soit nécessaire (en tout cas en fin de cycle quand même!)

    • Comme expliqué dans l’article que j’ai consacré au FIL, le but de cette méthode est d’évacuer le sang lorsque le besoin s’en fait ressentir et non de le retenir à l’intérieur du corps comme c’est le cas avec la coupe ou les tampons par exemple.

  32. Ping : Serviettes hygiéniques lavables- mon expérience et mes astuces | Échos verts

  33. Ping : Pourquoi bannir les protections hygiéniques jetables ? | Échos verts

  34. Ping : Mes petits pas et bonheur verts #10 | Échos verts

  35. Ping : Mes petits pas et bonheurs verts #10 | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s