{Éco-défi} Faire le vide chez soi

Dans une société et à une époque où le matérialisme a fini par devenir synonyme de richesse et de bonheur, beaucoup d’entre nous avons acheté et accumulé nombre d’objets, sans nous poser de questions, pendant des années. Pourtant, dans la réalité, peu de nos possessions contribuent à enrichir et à embellir nos vies. Bien au contraire, elles encombrent notre intérieur, notre esprit et notre emploi du temps et leur accumulation contribue au gaspillage de ressources précieuses, polluantes et/ou toxiques.

Qu’il s’agisse de meubles, d’appareils électroménagers et électroniques, de vêtements, de vaisselle, de livres, de photos, de décorations, de jeux, de bibelots, etc., plusieurs des objets qui remplissent nos murs, nos sols, nos placards, nos armoires, nos étagères, nos penderies, notre garage, notre grenier, notre cave, notre balcon et/ou notre jardin nous sont inutiles ou ne nous plaisent pas/plus. Pourtant, nous les gardons et ce pour de multiples raisons : ils nous rappellent des personnes ou des moments importants de notre vie, ils ont une valeur sentimentale ou matérielle, on se dit qu’ils risqueraient de nous manquer si l’on s’en débarrassait, qu’ils serviront à nos descendant·e·s ou bien on ne se pose tout simplement pas de question à leur sujet… En attendant, toutes ces possessions superflues prennent de la place, prennent la poussière et nous font bien souvent perdre du temps et de l’énergie.

Pour ce nouvel éco-défi, je vous propose donc de réfléchir à nos possessions et au rapport qu’on entretient avec certaines d’entre elles. Cela nous permettra de mieux identifier celles qui contribuent réellement à notre confort au quotidien et de faire le vide de manière réfléchie et efficace dans toutes les pièces de notre logement. Tout au long des 3 prochains mois, je vous propose d’échanger autour des 10 questions de base suivantes :

Réflexion

  • Quelle est ma définition personnelle du minimalisme ?
  • Que m’apportent les objets que je possède ?
  • Quels sont les objets superflus auxquels je suis attaché·e et pourquoi ?
  • Quels sont mes besoins personnels et comment puis-je y répondre de manière immatérielle ?
  • Quels objets me semblent nécessaires au quotidien pour répondre à mes besoins personnels ?

Action

  • Comment se motiver à faire le tri ?
  • Par où commencer le tri ?
  • Comment gérer les incertitudes et l’angoisse que peut générer l’idée de se débarrasser d’un objet superflu ?
  • Que faire des différents objets dont on ne veut plus ?
  • Comment éviter de se ré-encombrer ?

Jusqu’en décembre, Nadège du blog Atelier 23, Marion du blog Et si deux mains et moi-même publierons plus d’une vingtaine d’articles pour répondre à ces différentes questions, partager notre expérience et nos astuces afin d’aider celles et ceux qui le souhaitent à faire le vide chez elles·eux sans prise de tête et de manière durable.

Si vous êtes motivé·e·s pour faire le vide chez vous, vous pouvez vous inscrire à la newsletter qui vous permettra de recevoir tous les articles en lien avec l’éco-défi par email en décembre. J’en profite pour vous rappeler que le groupe Facebook des éco-défis est désormais fermé. Les échanges s’y faisaient de plus en plus rares et la moitié du temps que je passais sur ce groupe était consacré à la suppression de posts hors-sujet. Par ailleurs, le manque d’éthique de Facebook me dérange énormément donc je préfère réduire le temps et l’énergie que j’accorde à ce réseau social. En tant que blogueuse, Facebook reste toutefois une plateforme assez utile pour donner un peu de visibilité à mes articles donc la page du blog reste en ligne et je l’utiliserai désormais pour partager tous les articles des autres contributrices à l’éco-défi, dès leur publication. 

Dans tous les cas, je vous invite vivement à échanger vos questions, vos réflexions et vos astuces sous cet article et ceux qui suivront, sur mon blog ainsi que sur celui de Nadège et de Marion. Que vous débutiez votre cheminement vers le minimalisme ou que vous ayez déjà trouvé votre équilibre en la matière, nous espérons que vous serez nombreux·ses à partager votre expérience avec nous afin d’enrichir cet éco-défi et de s’entraider !

Nombre d’inscrit·e·s à ce jour (23/11/2017) : 761

Crédit photos : Unsplash (1,2) et Pixel (3)

Que vous évoque ce thème ? Quels sont vos objectifs pour ce nouvel éco-défi ?

Cet article, publié dans Éco-défis, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

87 commentaires pour {Éco-défi} Faire le vide chez soi

  1. bonjour Natasha,

    Heureuse de voir que les écho défis restent. J’avais perçu la fermeture de la page facebook (merci les notifications 😉 ) et je me demandais ce qu’il advenait des défis.

    Celui-ci me parle énormément car j’ai envie d’aller plus loin dans le désencombrement de mon cocon. En début d’engagement dans la démarche zéro déchet, j’avais fait 2 désencombrements avec 2 m2 sortie de notre maison et retourné pour la plus part dans le circuit de seconde main.

    Pour ma part le plus gros frein est de trouvez l’énergie suffisante pour démarrer et trouvez les arguments pour arriver à embarquer toute la famille dans ce défi.

    Je lirai donc avec attention tout vos conseils.

    A bientôt

    Claire

    • Bonjour Claire,
      Bien sûr, les éco-défis perdurent – je suis d’ailleurs en pleine sélection des sujets pour 2018 !
      J’espère que cet éco-défi te permettra d’aller plus loin dans ton désencombrement… accompagnée et soutenue par ta famille !

    • Sarah dit :

      Idem pour moi, j’ ai beaucoup desencombré mais il en reste….toute la famille n’est pas prête, j’y vais en douceur. Dur, dur de désencombrer une famille de 5😀

    • Bon courage… le tout c’est de commencer, le premier pas est souvent le plus difficile 😉 !

  2. Amélie dit :

    Bonjour Natasha,
    Je m’inscris avec motivation !
    J’ai tendance à tout garder au cas où ça me servirait un jour, peut-être (le fameux « au cas où » !). Pour cet éco-défi, mon principal objectif sera de trier mes vêtements, j’ai déjà un peu commencé mais il y en a encore plein que je ne mets plus mais qui sont là « au cas où » 😉
    Je file lire tes autres articles sur le même thème !
    A bientôt

    • J’ai moi aussi été une adepte du « au cas où »… jusqu’à ce que je déménage de l’Angleterre au Canada puis du Canada à l’Allemagne… et que je réalise que je possédais certains objets qui ne m’avaient pas servis depuis l’Angleterre ! Et le fait de supporter de moins en moins d’être entourée d’objets, m’aide à me défaire de ces « au cas où » !

  3. Coucou Natasha !

    Avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aime beaucoup ton nouveau logo, et je trouve qu’il est très en phase avec le thème du minimalisme 😉
    Je ne sais pas si l’on peut réellement parler d’astuce, mais je trouve que le fait de prévoir un déménagement ou de s’imaginer déménager est un bon moyen de faire le tri dans ses possessions.
    Personnellement, je trouve que c’est un moteur à nul autre pareil que de se faire le moins mal possible au dos et de passer le moins de temps/énergie possible dans un déménagement (c’est déjà bien assez stressant en soi). Quand je pose les yeux ou l’esprit sur un objet quel qu’il soit et que je me dis que [choisir la mention utile] l’emballer/démonter/porter/ranger est une vraie punition, c’est qu’il est temps que je m’en sépare !
    Autre point : se donner l’objectif de n’avoir qu’un camion de Xm3 pour TOUT déménager. Ressortent alors les objets encombrants, ceux qui sont si fragiles qu’on s’inquiète de savoir s’ils arriveront à faire le trajet… Je crois qu’à partir du moment où l’on s’inquiète pour un objet, c’est qu’il est grand temps de s’en séparer et de le confier aux bons soins de quelqu’un de moins sentimental 🙂
    Bon, tout ça pour dire que je suis en train de me séparer de la moitié de mon mobilier du coup pour m’en tenir à l’essentiel, après avoir vidé pendant des mois ma garde-robe et sélectionné une bonne moitié de ma vaisselle pour la donner. Et je me réjouis à l’idée de tout cet espace qui va se libérer dans ma tête comme chez moi !
    Je me demande si cet éco-défi m’emmènera encore plus loin dans l’épuration de l’espace 🙂

    Très belle journée à toi Natasha, j’attends la suite de tes articles avec la plus grande impatience !

    • Bonjour Anne-So,
      Je suis contente que cette nouvelle bannière te plaise. Je n’en pouvais vraiment plus de l’autre alors j’ai décidé d’en bricoler une en attendant qu’une pro puisse m’en faire une bien plus jolie !
      Mes déménagements intercontinentaux – de l’Angleterre au Canada puis du Canada à l’Allemagne – ont marqué le début de mon cheminement vers le minimalisme. D’une part, ils m’ont permis de réaliser que je trimballais avec moi nombre d’objets que je n’utilisais jamais et d’autre part ils m’ont permis de réaliser combien la gestion de mes possessions était chronophage et que je ne souhaitais plus perdre autant de temps et d’énergie à chaque déménagement… Le fait de déménager d’un continent à l’autre oblige aussi à limiter le volume ce qui aide naturellement à se désencombrer, c’est certain !
      J’espère que tu pourras profiter pleinement de tout cet espace libéré, dans ta tête et autour de toi 🙂

  4. Emilie dit :

    Une des premières choses que je devrais apprendre, c’est à ranger plus rapidement ! je suis un vrai agent du chaos, c’est incroyable…Hier encore, mon amoureux me disait : « Heureusement que tu es minimaliste ! », car ça limite quand même les dégâts.
    Mais je pense justement à réfléchir pour mieux aménager notre intérieur pour avoir des emplacements bien définis et pratiques pour ranger les objets, quitte à racheter un ou l’autre meuble pour ordonner correctement.
    Hâte de découvrir vos articles en tout cas 🙂

    • Emilie dit :

      Ah oui: j’aime beaucoup ta nouvelle bannière, épurée mais délicate et sans oublier le détail essentiel : le papillon 😉

    • De manière générale, je range tout très rapidement – je ne supporte pas les choses qui traînent, qui ne sont pas à leur place… sauf sur mon bureau. Il doit être rangé environ 1 fois par mois… donc le reste du temps, je travaille sur la table de la cuisine ! Je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à garder cet endroit ordonné ! Peut-être que cet éco-défi m’aidera à trouver des réponses et des solutions !
      Je suis contente que cette petite bannière te plaise ; elle n’est que temporaire, en attendant qu’une pro se charge d’en faire une qui me plaise vraiment. L’autre ne me plaisait vraiment plus… j’avais envie de légèreté… et toujours de papillon, bien évidemment 😉 !

  5. Alexandra dit :

    Bonjour,
    J’attendais ce défi avec impatience. Il me parle beaucoup. Je suis d’ailleurs dans une phase où je ne supporte plus l’accumulation d’objets chez moi. Pour être bien dans ma tête, il me faut vider ! Il y a 2 ans, j’ai découvert le zéro déchet et le minimalisme et du coup, je me suis mise à faire du vide chez moi (de façon matériel et immatériel). Mais je n’étais pas aller au bout de ma démarche et je m’étais défait du plus inutile. Du coup, je recommence mon grand tri à nouveau en ce moment même. Et ce que j’avais gardé au cas où va partir cette fois !
    Mon truc pour me motiver : le vide grenier. En effet, je n’aime pas jeter et la vente / don via les différents sites internet prennent vraiment trop de temps (annonce, rendez vous, etc). Du coup, le vide grenier pour se débarrasser du plus gros, c’est idéal (gardons la vente pour ce qui restera). Et comme la date du vide grenier est fixe, à moi de trier avant l’échéance.
    Concernant l’hésitation de se débarrasser d’un objet, je me suis rendu compte qu’une fois l’objet disparu, on n’y pense plus et on regrette très rarement. Du coup, j’ai moins de mal à me séparer de quelque chose surtout si il sert à quelqu’un d’autre.
    Mon point faible est que j’adore réutiliser recycler un objet (upcycling) et du coup j’ai tendance à garder des choses pouvant me servir pour la couture, le bricolage, etc. Du coup, je garde des choses qui n’intéressent personne : vieux vêtements, cartons, boîte.
    Enfin concernant le ré encombrement, il n’est pas trop important chez moi car j’achète vraiment très peu de choses (ou après une longue réflexion).
    Durant ces 3 mois je vais donc continuer de trier et essayer de travailler sur mon point faible : arrêter de trop garder pour l’upcycling.
    Voilà pour le moment où j’en suis et j’espère bien avancer durant ces 3 mois, aussi bien au niveau du nombre d’objets que de mon rapport avec eux.

    • Pendant longtemps j’ai eu tendance à garder tout ce qui pouvait être upcyclé, des jolis bouts de papier d’1cm carré aux culottes trouées en passant par les bouts de ficelle de 5 cm… Et puis, j’ai réalisé que je n’avais pas le temps d’upcycler tout ça, alors j’ai décidé d’arrêter de récupérer quoi que ce soit, jusqu’à ce que mes boîtes qui débordent déjà de papiers, ficelles, tissus, etc. en tout genre soient vides… mais elles sont pleines depuis des années et se vident difficilement alors il va falloir que je réfléchisse à l’avenir de leur contenu… Cet éco-défi m’en donnera l’occasion !
      J’espère que cet éco-défi te permettra également d’améliorer ce « point faible » !

  6. Bulle_Virtuelle dit :

    Cet éco-défi tombe super bien ! Je participe avec plaisir. J’ai commencé mes réflexions autour du minimalisme, il y a 3 ans lorsque j’ai déménagé. Faire tous ces cartons et ces allers-retours m’ont fatigué et j’ai pris conscience que j’avais beaucoup trop de chose. J’ai commencé à trier mais j’ai souvent l’impression de ne pas avancer assez vite, en même temps je veux être sur de ne pas regretter. J’ai commencé dimanche, un minsgame, je ne sais pas si tu connais, c’est un challenge de désencombrement. Donc pour octobre, je me fixe l’objectif de participer à ce challenge et de ne rien acheter de superflues, je note mes envies sur une feuille et je ferais le point à la fin du mois.

    • Comme toi, les déménagements (intercontinentaux) ont été un véritable déclic !
      J’ai découvert le Minsgame grâce à Catherine du blog La marmotte chuchote, mais je n’ai jamais essayé. Un challenge qui semble très intéressant et efficace !

  7. Carole dit :

    Ce défi me parle car chez moi, c’est plutôt du genre très encombré et c’est une lutte permanente avec mon compagnon qui aimerait que je fasse un vide drastique… Seulement, c’est difficile.
    Il n’y a qu’un seul domaine où je n’ai aucun problème : c’est les livres. La plupart du temps, je les emprunte à la bibli et ceux qu’on m’offre ou que j’achète (rarissime), je les trie de temps en temps pour garder une place constante d’encombrement.
    Là où j’ai beaucoup de mal, c’est la vaisselle. J’ai récupéré chez ma mère lorsqu’elle est morte plusieurs verres, ramequins et autres plats qui me sont chers car ils me rappellent les moments festifs qu’on passait en famille chez mes parents. Je les utilise très rarement (car j’étais déjà bien pourvue en vaisselle), mais je ne peux imaginer m’en débarrasser… (et en plus, je casse très peu de vaisselle !)
    Pour les fringues, en général, ça va, mais depuis quatre ans, je vis avec deux stocks en parallèle : mes anciens habits (dans lesquels je ne rentre plus, mais j’ai grand espoir de les réutiliser un jour) et les nouveaux (deux tailles au-dessus). Pour ces derniers, j’ai le strict minimum (toujours mon espoir…), mais il faut bien que je me vêtisse en attendant ! Là, ce n’est plus vraiment une question de désencombrement matériel, plutôt physique…
    Et une dernière remarque qui va dans le sens contraire : ma mère conservait TOUT au cas où ça servirait un jour. C’est vrai que pour beaucoup de choses, elles ont fini à la poubelle car inutilisables (détériorées pour la plupart). Mais d’autres ont repris du service avec ma fille qui jouent avec passion avec des Playmobil de 40 ans d’âge, des poupées et leurs habits, des livres (un stock de Belles histoires, des Barbapapa antiques), mon (le mien, réellement) Premier memory, des puzzles et d’autres choses encore. Si l’on considère le prix neuf de tous ces jouets, il y en a pour des centaines d’euros. Alors, que faire de tous les objets en usage au sein des familles ? Les donner, d’accord, mais ils sortent alors de la famille et celle-ci doit se rééquiper à la prochaine génération. Les garder ? Cela encombre énormément mais fait la joie de ma fille lorsqu’elle découvre peu à peu tous ces trésors (on lui distille petit à petit à Noël et à son anniversaire).
    Donc, je ne sais pas s’il y a une technique parfaite. Elle n’aurait pas eu autant de jeux si on avait dû tout racheter. Trop de jeux tuent le jeu ? Je n’en suis pas convaincue, car elle se sert de quasi tous les jeux qu’on a récupérés (par période, souvent, malgré tout, ils sont tous indispensables).
    Je lirai avec attention vos propres remarques et idées pour trouver de quoi m’inspirer, merci d’avance ! Et merci à Natasha (et Nadège et Marion que je ne connais pas) d’aborder ce thème très intéressant.

    • Moi je trouve ça vraiment super que les jouets soient ainsi conservés et passés de génération en génération ! Ma belle-mère a conservé une grande partie des livres et jeux de ses 3 enfants et les petits enfants en profitent pleinement à présent ! En plus, ces jeux d’un autre temps ont un charme fou sans pourtant se « démoder » et ils sont vraiment solides. Évidemment, il faut de la place pour conserver tout ça mais si on en a, pourquoi pas ? Je pense que ça en vaut vraiment la peine personnellement :-).

    • poli dit :

      Moi aussi, je trouve génial que tu puisses offrir tous ces jeux « antiques » à ta fille ! Du moment qu’il y avait assez de place pour les conserver !

  8. Ping : Pourquoi l’écologie amène-t-elle au minimalisme et inversement - Et si deux mains

  9. Eve dit :

    J’avais déjà pas mal désencombré ma maison après avoir lu le livre de Gretchen Rubin: « the happiness project ». J’ai participé il y a 2 ou 3 ans à un « slow fashion october » qui m’avait bien fait réfléchir par ses questions pertinentes. (que je peux retrouver si ça intéresse quelqu’un)

    Je suis ravie d’approfondir dans ce sens, parce que je me souviens du sentiment de légèreté que ça m’avait apporté, et aussi de combien ça m’avait aidée à aimer ce que j’ai.

    Je vais donc dès ce soir me pencher sur le sujet…je m’en réjouis à l’avance!
    Merci à toutes les trois.

  10. Moineau dit :

    A reblogué ceci sur Idées en vrac d'une petite Moineauet a ajouté:

    J’en aurais du tri à faire… quand les journées auront 48h et que je serais guérie de mon sentimentalisme peut-être !

  11. Olivia dit :

    Top ce défi !! Je m’y suis inscrite…
    J’ai lu « la magie du rangement » par Marie Kondo le mois dernier, à la suite de ça j’ai fait un vide FOU chez moi, il me reste encore quelques catégories à trier, c’est dingue tout ce que l’on peut accumuler au fil du temps !!
    J’ai hâte de lire les articles sur ce thème…
    Belle journée Natasha, bisous 🙂

  12. VesDeLoup dit :

    Je suis en plein dans le tri et le désencombrement en ce moment alors ce défi m’intéresse fortement ! J’ai commencé mon grand ménage grâce au livre « La magie du rangement » de Marie Kondo qui m’a vraiment donné un coup de pouce et ouvert les yeux sur tous les « au cas où » qu’on garde. Depuis j’ai réussi à me séparer de pas mal de choses que je n’aurais pas imaginé avant, mais je n’ai pas fini… Un peu par manque de temps certes, mais un petit coup de boost ne serait pas de refus et si ça s’inscrit en plus dans une démarche écologique alors je dis oui. J’y viens petit à petit et je sais que chaque petit geste compte, alors je continue à mon rythme et essaie d’adopter de plus en plus de bonnes habitudes pour notre planète 🙂
    Bref j’ai hâte de vous lire !!

    • La magie du rangement semble avoir opérée chez plein de personnes ; je trouve ça super qu’un livre puisse donner un tel élan (je ne l’ai pas lu personnellement) ! J’espère que tu trouveras du temps pour continuer ton tri ; tu sembles bien partie et motivée en tout cas 🙂

  13. Un trésor dans mon placard dit :

    J’ai trouvé mon équilibre en la matière (j’habite un petit appartement, ça aide beaucoup à devenir minimaliste 😉 ) mais j’aurai toute de même plaisir à suivre cet éco défi car on peut toujours s’améliorer.

  14. Elodie dit :

    Bonsoir,
    super cet éco-défi qui tombe très bien puisque j’ai déménagé il y a à peine 3 semaines et que j’ai l’envie d’un appartement et d’une vie plus minimaliste. J’ai déjà fait un premier tri mais il y a encore du boulot ! Je crois que ce qui va être le plus difficile, se sont les livres … J’ai hâte de lire les prochains articles et de me lancer dans mon premier éco-défi !
    Et encore bravo pour la qualité de tous tes articles, et pour ce nouveau logo !

  15. CAROLE dit :

    Coucou, j’ai énormément besoin de ce défi…je suis une bordélosentimentaleaucasoù pure et dure. Y en a partout et rien que de le regarder m’enlève le courage de m’y mettre !! Il me faudrait un déménagement peut être ou quelqu’un qui le fait pour moi, ou une année sabbatique ! ;-))
    Sinon autre sujet, as-tu finalement terminé le livre (pleine conscience) commencé avec le précédent défi ? Moi pas encore…pas le temps honnêtement mais je continue avec Petit Bambou quasi quotidiennement. Aux prochaines vacances je remettrai le nez dedans, il faut du temps à soi pour cela. belle soirée !

    • Alors j’espère que cet éco-défi t’aidera à gérer une partie de tes affaires et peut-être à prendre quelques bonnes habitudes sur le long terme…
      Je n’ai malheureusement pas repris ma lecture d’Apprendre à méditer depuis le mois d’août… J’espérais m’y remettre cette semaine car je n’ai pas cours, mais j’ai tellement d’autres choses à faire que je n’arrive pas à me poser tranquillement pour le replonger dedans. Mais ça viendra, je ne désespère pas !

  16. Vala dit :

    C’est super sympa comme défi! C’est une réflexion que j’ai commencé à mener mais j’avoue que c’est difficile. Non seulement parce qu’on se demande toujours si on n’aura pas besoin de tel ou tel objet à un moment ou à un autre, mais aussi parce qu’on se demande quoi faire de tous les objets dont on veut se séparer. Et certains pèsent parfois tellement lourd qu’on a juste envie de s’en débarrasser tout de suite et non d’attendre un quelconque acheteur potentiel… Après, même si j’ai réussi à faire un peu de tri, il y a beaucoup « d’affaires » que je n’ai pas encore attaquées. Et ce qui me pose le plus de problème, je crois, ce sont les livres. Même ceux que je ne relirai pas… je me dis qu’il pourrait un jour être utiles à quelqu’un.

    • Je suis bien d’accord avec toi, ce n’est pas facile. Je remarque toutefois qu’au fil des années, tout devient plus simple. Des choses auxquelles j’étais très attachée il y a quelques années n’ont plus aucune importance pour moi aujourd’hui… Et cette année, j’arrive enfin à me séparer de certains livres en les offrant ou en les vendant. Ainsi, ils servent réellement à quelqu’un d’autre 🙂

    • Vala dit :

      J’ai déjà réussi à me séparer de certains livres. Mais comme j’en ai une quantité énorme… 😉

  17. Gaia dit :

    C’est éco-défi est en quelque sorte une manière pour moi de prendre une bouffée d’oxygène et de revisiter mon histoire et de dire au revoir à ce que je ne veux plus. Je veux aussi tendre vers le minimaliste. mais comme j’ai dur de lâcher cette sociète de consommation….

    • J’espère que cet éco-défi t’aidera à te détacher au moins un peu de cette société de consommation… Mais il est certain que ce n’est pas évident et qu’on le veuille ou non, nous en faisons tou·te·s partie, à différents degrés…

  18. Justine dit :

    Bonjour Natasha!
    Comme toujours je trouve cet éco-défis super 🙂
    J’ai commencé à faire du tri chez moi mais je pense que j’ai encore une grande marge de manœuvre donc je vais essayer d’avancer avec tes articles 🙂 (Si le résultat est tel que celui de la méditation je pense que je vais bien progresser 🙂 )
    Par rapport à ta première question: pour moi le minimalisme c’est de me débarrassé du superflus matériel, de ce qui ne m’a pas servi depuis plusieurs mois/années et de mieux réfléchir à mes achats (limiter mes pulsions « oh c’est trop jolie donc j’achète » même si j’ai toujours été plus ou moins raisonnable) et aussi de se rendre compte qu’on accumule beaucoup sans forcément s’en apercevoir…

    Bonne journée.
    Justine

    • Bonjour Justine,
      Merci d’avoir partagé ta vision du minimalisme !
      J’espère que cet éco-défi t’apportera au moins autant que celui sur la méditation… d’ailleurs, je file faire ma séance 😉 !

  19. bou dit :

    ah ! l’éco-défi que j’attendais !
    j’ai lu Marie Kondo et Dominique Loreau mais aucune des 2 ne parlent des familles (ou à peine).
    Parce que ma question principale est « comment gérer les envies contradictoires de 6 personnes ? » À savoir: mon minimalisme, le bordélisme organisé de mon mari et le conservatisme-sentimentalisme de nos 4 enfants !
    Pour Facebook, c’est super que tu te sois désencombrer d’eux ! Est-ce qu’une partie forum serait envisageable sur ce blog ?

    • J’avais pensé à intégrer un forum au blog (pour remplacer le groupe FB) mais après une longue réflexion j’ai décidé de ne pas ajouter cette fonctionnalité car je ne souhaite pas passer plus de temps en ligne que je n’en passe déjà. J’aimerais désormais consacrer une partie de mon temps libre à la participation à des évènements, à leur organisation, à l’animation d’ateliers, etc… bref, à être plus dans l’action et dans les échanges en personne car cela me manque de plus en plus.

  20. Géraldine dit :

    Bonjour Natasha,
    Cet écho-défi m’intéresse beaucoup! On m’a donné une grande maison alors je l’habite sans me poser de question mais j’aspire à plus de minimalisme et du coup c’est très vide…
    J’aimerais bien savoir comment rendre son intérieur minimaliste et douillet et lui apporter quand même une âme parce que je trouve toujours que c’est froid. Déménager est peut être la solution ; ).

    • J’imagine effectivement qu’il doit être difficile de concilier grand espace et minimalisme sans avoir l’impression d’habiter un espace vide et froid ! Je trouve que les plantes sont une belle manière de meubler certains espaces ; il en existe des très grandes et de toutes formes, certains à poser par terre, sur un tabouret, une étagère ou même à suspendre… Par exemple 🙂

  21. Audrey Nury dit :

    Bonjour, super défi ! En revanche je suis souvent très contradictoire dans mes choix, en ce moment je suis minimaliste car pas de budget. J’ai fait des études dans le mobilier, du coup j’aime beaucoup la déco mais plus particulièrement les matières nobles (bois, porcelaine, pierre…). J’ai fait pas mal de tri en réduisant mes achats vestimentaires et en achetant plus durable. Pour la maison, je n’ai pas fait de gros achats dernièrement mais nous venons d’acheter alors on va certainement meubler mais en prenant notre temps. Ma consommation et ma déco à changer, j’accumule beaucoup moins, mais je souhaiterais que le peu dans ma maison soit de belle matière qui se suffisent à elle-même. Pour la cuisine, nous commençons à être pas-mal après avoir fait le tri entre le gadget et le nécessaire. Mon gros problème est pour me débarrasser des objets dont je ne veux plus sans les jeter mais en trouvant à chaque fois où et à qui les donner (ça prends du temps!). voilà, au plaisir de suivre ce défi.

    • Il est certain qu’un budget restreint aide à limiter les achats superflus !
      Comme toi, j’ai beaucoup de mal à m’organiser pour me débarrasser de ce dont je n’ai plus besoin. Les livres sont mon problème majeur car je souhaiterais les vendre mais ils sont en français et je vis en Allemagne… J’espère en tout cas que cet éco-défi m’aidera à me débarrasser pour de bon de certaines choses qui dorment dans mes boîtes « à donner » depuis des mois… voire des années !

  22. Claire dit :

    bonjour, c’est un éco-défi qui m’intéresse beaucoup !

    Je viens de déménager dans un appart’ plus petit et il y a un tas de chose que je ne sais pas où ranger. Je me dis qu’il faut que je trie mais je ne sais pas par où commencer et ça me décourage un peu.

    Alors j’espère que cette éco-défi va m’aider et que je retrouve enfin une maison bien ranger où vivre et faire le ménage sera plus agréable !

  23. Bonjour Natasha !
    Merci pour ce nouvel éco-défi auquel je prends plaisir à m’inscrire. J’ai bien pensé un moment à essayer le Minsgame ou à lire Marie Kondo mais sans vraiment passer le pas. J’ai déménagé en mai dernier, de façon forcée (ma maison est en train de s’effondrer victime d’un glissement de terrain) et j’ai toujours des affaires dans les cartons et du mal à m’installer dans cette maison qu’on nous a proposé, qui était providentielle, mais que nous n’avons pas choisi, comme on peut choisir un cocon… j’essaye donc de faire le tri dans mes affaires pour me sentir mieux et ne garder que ce qui me fait chaud au coeur. Je m’intéresse aussi depuis longtemps au Feng Shui, à la bonne circulation de l’énergie dans mon intérieur… Je suis donc ravie de suivre cet éco-défi, en avant, pour cette jolie aventure partagée ! Belle journée !

  24. bou dit :

    vu comme ça, tu as bien raison !

  25. Jane dit :

    autant l’éco défi sur la méditation ne m’a pas inspiré, autant celui ci me passionne ! car oui je suis en plein dedans! lectures inspirantes comme béa johnson et marie kondo. je vide avec un plaisir sans nom ! car j’ai enfin compris que ce sera la seule solution pour diminuer le bazar qui règne chez nous. alors fini les au cas où, fini les doublons,… et je convertis les miens petit à petit. ma fille est par exemple ravie de retrouver de la place dans sa chambre et d’elle même enlève certaines choses! je n’en reviens pas ! par contre très très dur du côté des photos ou petits mots des gens que j’aime… j’essaye au moins de les réunir au même endroit. bref, ravie de participer à ce premier défi pour moi !

  26. freD Garcia dit :

    je viens de fêter ma première année en tiny house , 20m2 au total avec mezzanine , placards pas tout à fait plein et je pense que je peux encore vider…je ne me sens ni mal , ni contrainte , je suis juste dans la vie qui me va …je pense me separer encore de livres , de vaisselle et de vetements et j’aimerais trouver un petit four combiné pour ameliorer ma cuisine , mais pour moi ce mode de vie en terme de possessions , c’est l’ideal…j’y vis seule avec 2 grands chiens donc forcement c’est moi qui décide , c’est plus facile je trouve qu’en couple ou lorsque je vivais avec mon enfant, mais j’ai toujours aimé le vide et le minimalisme , l’encombrement me suffoque physiquement et je n’arrive à penser et à vivre que dans un espace dégagé et rangé.

  27. clo dit :

    Bonjour Natasha,
    Je suis du genre à aimer les objets mais le désencombrement m’intéresse (déménagements intercontinentaux et envoi de cartons qui coûtent une fortune…), j’y arrive progressivement mais un point me questionne : la déco. J’adore avoir de jolis bibelots, je trouve ça agréable et réconfortant et je n’ai nullement l’intention d’arrêter, d’ailleurs ça ne me pèse pas (j’aime bien faire les poussières par exemple, justement parce que je peux passer en revue ces jolis objets). Comment est-ce conciliable avec le minimalisme?
    Merci pour ton blog et ton investissement par ailleurs 🙂

    • Je t’en prie clo ! Je pars du principe qu’il n’y a pas une seule definition du minimalisme et que minimalisme ne devrait pas rimer avec sacrifices et renoncements… Je pense qu’à partir du moment où les objets que l’on possède contribuent à notre bien-être et nous procurent de la joie, il n’y a aucune raison de s’en séparer, même si leur « utilité » peut sembler réduite sur le plan pratique. Ton expérience prouve qu’il ne faut pas sous-estimer l’utilité de certains objets même lorsqu’on ne peut rien « faire » avec.

  28. marie hélène dit :

    Merci pour ce defi, que j’accepte d’autant plus que je suis atteinte de Kondomania depuis au moins 6 mois grace à ma fille… hé oui ! Depuis avec mon mari (hé oui aussi) nous vidons, vidons et vidons. Mais je suis sûre que je peux mieux faire. Allez hop !

  29. JOëlle dit :

    Je suis trop heureuse de m’inscrire à ton éco-défi car j’ai vraiment besoin d’aide.
    Je réussissais à ne pas m’encombrer quand je déménageais tous les 4 ans pour le boulot, mais maintenant à la retraite, je garde tout …
    Je me passionne pour tout ce qui touche le minimalisme, j’achète des bouquins que je dévore, qui me font un bien fou, mais je ne passe pas à l’action ou si peu : les objets ou vêtements passent de la maison au garage (pour les vide-greniers) mais je suis tjrs encombrée … car on revient tjrs avec la voiture presque aussi pleine qu’au départ !
    J’ai trop ri en lisant que comme moi, tu gardais les culottes trouées, les bouts de ficelle de qq cm, les papiers de qq cm2 … pour les travaux manuels ! que je n’ai bien sûr jms le temps de faire !
    Alors ton article et ton défi sont pour moi une bénédiction ! Merci !!! A très bientôt.

    • Rassurée de savoir que je ne suis pas la seule à « collectionner » tous ces petits morceaux de choses et d’autres… qui me servent finalement que très rarement !
      J’espère que cet éco-défi nous permettra de nous défaire d’une ou deux habitudes pesantes au moins 😉 !

  30. poli dit :

    Dès que tu avais évoqué cet Eco-défi, je m’étais lancée dans le désencombrement de ma maison, ayant lu au même moment le livre de Marie Kondo.
    Depuis 10 mois, j’ai jeté, donné. De la laine, des papiers, des tas d’objets, moi qui conservais tout !
    Le plus difficile a été de me séparer des objets hérités des mes parents et grands-parents (tous décédés) mais qui n’avaient plus aucun sens dans ma vie d’aujourd’hui. Après des mois d’hésitation, je n’ai gardé qu’un seul objet (sur un nombre incalculable !!!) pour chacun d’eux, mais que j’ai plaisir à regarder au quotidien sur mes étagères.
    Dès que mon regard se pose dessus, je pense à eux avec beaucoup de bonheur.
    Alors, forcément, aucun regret de tout ce tri !

  31. Maluch dit :

    Bonjour J’ai un mari très très minimaliste alors que j’ai une grosse tendance à garder. J’ai fini par savoir pourquoi. Pour vider, j’ai eu besoin de motivations. La première était de me donner envie de vider. La seconde était de trouver de m’assurer que les objets dont je n’avais plus besoin pouvaient servir à d’autres.
    Mon amoureux m’a offert le livre de Marie Kondo (si! si! et je l’aime encore 😉 ). Mine de rien, intégrer son leitmotiv de ne garder que ce qui procure de la joie a été long mais cela m’est très utile pour me débarrasser de quelques choses. Cela donne du sens. Ensuite le fait d’être dans une démarche de zéro déchet aide à ne pas accumuler.
    Jeter est très difficile pour moi d’autant que je sais que des personnes sont dans le besoin. J’ai beaucoup parlé autour de moi pour trouver des pistes : donner/offrir au repair café, emmaüs, aux différentes associations du coin, mettre des annonces sur donnons.org, découvrir que l’hôpital pour enfants à qques kms récupère les jeux pour égayer le séjour des enfants malades, que la collègue de travail a de la famille en Ukraine et qu’un envoi de vêtements est très utile, qu’une amie a besoin de jeux pour rendre son gîte kid-friendly… Maintenant, je vais chercher à vendre mais je ne suis pas sûre d’avoir à court terme l’énergie de le faire.
    Après, je suis d’accord, déménager, faire de gros travaux etc aide bcp bcp à vider.

    • Tu as vraiment trouvé un tas de pistes pour permettre à d’autres personnes de profiter de tout ce dont tu n’as plus besoin !
      Effectivement, gérer tout ça et vendre ses affaires en particulier demande du temps et de l’énergie. Tu sembles bien partie en tout cas 🙂

  32. Ping : Cheminements minimalistes #1 | Échos verts

  33. Bonsoir Natasha !

    Apprentie minimaliste depuis quelques temps déjà, je me rends compte qu’en fait j’ai encore du boulot !!! On vient de déménager et ça a été une catastrophe !!! 😀😀😀

  34. Ping : Si je ne devais garder que 100 (et quelques) objets personnels… | Échos verts

  35. marie dit :

    Chère natasha.. Merci pour tes billets si inspirants.. Je ne pense pas un jour devenir minimaliste même si j’en rêverais.. Mais j’ai fait pas mal de tri et donner.. A bientôt

  36. cleopiti dit :

    Je me suis inscrite à cet éco-défi pour confirmer mon cheminement sur ce chemin.
    Je suis une compulsive en rémission depuis 3 ans à présent, j’ai découvert Dominique LOREAU à ce moment-là et cela a été la révélation. Puis Marie KONDO m’a permis d’avancer un peu plus sur le désencombrement. Et Béa JOHNSON a remis au goût du jour le ZERO DECHET et ce que j’ai toujours connu de part mon éducation (née en 1970).
    Ma version du minimalisme n’est pas celle que l’on voit partout : j’adore récupérer, je suis aussi la conservatrice de la mémoire familiale (objets, vaisselle, linge, meuble …) je ne parlerais pas des livres. Par contre, j’ai appris à ne garder que les « choses » qui m’apportent de la joie.
    Pour toutes les autres, je les ventile : EMMAUS, brocante, amis, connaissances…
    En ce qui concerne mes achats : ils sont nettement plus réfléchis qu’auparavant.
    Mon fils (18 ans) a été élevé dans cet esprit de recyclage, récupération.enfant, il a pu profiter de mes Légos et des Playmobil de ma soeur, de nos livres.
    Et tout cela sera remisé pour mes petits enfants à venir, nous avons de quoi stocker.
    J’attends donc la suite de cet éco-defi avec impatience !!!

  37. Ping : Cheminements minimalistes #2 | Échos verts

  38. Ping : Les actions du Waste Less | Actae Rosae

  39. Ping : Cheminements minimalistes #3 | Échos verts

  40. Ping : 5 exercices pour s’initier au minimalisme en douceur | Échos verts

  41. Ping : Cheminements minimalistes #4 | Échos verts

  42. Ping : 5 conseils pour s’essayer au minimalisme immatériel - L'éthique à la française

  43. Ping : Chuchotements d'ici et d'ailleurs #18 | La marmotte chuchote

  44. Ping : Éco-défis 2018 : le programme | Échos verts

  45. Ping : Vivre dans une « Tiny House  – l’expérience de Fred | «Échos verts

  46. Ping : Partir avec un sac et cheminer vers l’essentiel | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s