Mes jolies découVertes #3

Aujourd’hui je vous propose de découvrir 5 des jolis produits et objets éthiques et écologiques que j’ai découverts ces derniers mois : une belle louche en inox (parfaite pour la saison des soupes !), un agenda vraiment bien pensé (pour s’organiser de manière durable !), le livre idéal pour se soigner selon les principes de l’ayurvéda (quand on ne vit pas en Inde !), un shampoing et un baume solide pour s’embaumer de cacao (des pieds à la tête !).

  J’essaie petit à petit de remplacer mes ustensiles de cuisine usés par des alternatives plus saines et écologiques donc sans plastique ni aluminium ni revêtements antiadhésifs. Il y a quelques mois, une jolie louche en inox* a remplacé notre vieille louche en plastique. Elle m’a été offerte par Landmade, une boutique d’objets utiles et écologiques que je vous avais présentée dans cet article.

Comme pour tous les produits de chez Landmade, cette louche a été fabriquée par des artisan·e·s qui ont un véritable savoir-faire – parfois transmis de génération en génération – et le souci de créer des objets à la fois utiles, esthétiques, indémodables, durables et équitables. Cette louche-là vient d’un métallurgiste italien spécialisé dans le travail de l’inox et de l’acier. Ce fabricant est à l’origine de la tribofinition, un procédé écologique qui permet de donner une allure de vieille argenterie à l’inox, grâce au frottement mécanique contre un matériau plus dur. Il s’agit d’une méthode simple, pratique et économique désormais copiée par d’autres fabricants à travers le monde. Quant à l’inox, il s’agit  d’un matériau durable très adapté en cuisine car il est inoffensif pour la santé, il ne s’use pas et ne s’altère pas.

Bien que cette louche n’ait rien d’exceptionnel en apparence, le matériau, le processus et l’éthique de fabrication la différencient grandement d’une louche standard. C’est pourquoi je tenais à la mettre en avant et j’espère m’équiper d’autres ustensiles de cuisine en inox lorsque j’en aurai le besoin et la possibilité.

Après avoir quitté les bancs de l’école, je pensais ne plus avoir besoin d’agenda. Comme je l’expliquais dans cet article, je n’ai aucun mal à me souvenir de mes différents rendez-vous, des délais à respecter, des anniversaire à souhaiter et je ne voyais donc pas l’intérêt d’inscrire tout cela dans un agenda ou un calendrier puisque ma mémoire se chargeait de tout retenir pour moi. J’ai toutefois fini par réaliser que cela pesait un peu trop dans ma tête et qu’il serait certainement plus agréable de noter tout cela quelque part afin d’alléger mon esprit et de le rendre plus disponible pour d’autres choses. Pendant plusieurs années, j’ai utilisé un agenda très classique – avec une page par jour – dont j’arrachais les ¾ des pages vides en fin d’année pour en faire des brouillons. J’ai mis longtemps à réaliser que ce format ne me convenait tout simplement pas.

J’ai alors créé mon propre agenda à partir d’un carnet vierge et c’était déjà mieux. Puis j’ai découvert le concept du bullet journal et j’y ai pioché quelques idées pour améliorer la version de mon agenda personnalisé. Je tenais alors enfin entre mes mains tous les éléments de mon agenda idéal. Ce format-là avait toutefois un inconvénient majeur à mes yeux : il fallait le créer soi-même. Si au départ j’aimais l’idée de réaliser mon agenda de A à Z, j’ai assez vite pris conscience que l’exercice était trop chronophage et le résultat bien trop brouillon à mon goût, avec ses traits bancals, ses grilles inégales, ses cases débordantes d’un côté et inutilisées de l’autre. Outre mon souhait d’avoir un agenda homogène, propre et joli, je voulais aussi pouvoir visualiser l’ensemble de l’année, avoir accès à chaque semaine et à chaque mois dès le départ. Or, je n’avais pas envie de passer 3 jours à tracer des traits, écrire des jours et vérifier que je n’en avais pas oublié avant de pouvoir enfin commencer à le remplir de ce qui m’importait vraiment.

J’étais donc heureuse de découvrir MyAgenda365 car il comprend absolument tous les éléments de mon agenda personnalisé idéal (et plus encore), il est prêt à l’emploi et joli. Il contient notamment une double page de planification mensuelle (avec une grille de tracking), un calendrier mensuel ainsi qu’une double page par semaine. Il y a également un calendrier annuel, un calendrier d’anniversaire, des pages pour noter ses envies et objectifs pour l’année à venir, des pages vierges et, gros plus pour moi, des cartes géographiques de la France, de l’Europe et du monde. C’est la seule chose que j’aimais vraiment dans les agendas standard et je suis donc contente de retrouver ces petits plus pour m’évader et réviser ma géographie… depuis mon bureau ! Le design est à la fois sobre et beau, avec des illustrations en noir et blanc et la possibilité d’égayer le tout grâce aux 3 planches d’autocollants colorés livrés avec l’agenda.

MyAgenda365 a été conçu par Jennifer et Jonas, à Rennes, et il est imprimé dans une imprimerie Imprim’vert, en France, sur du papier recyclé. La couverture est en similicuir végane et biodégradable. L’équipe utilise également des matériaux écologiques pour la logistique et les expéditions. La version de septembre 2017 à août 2018 est encore en vente par ici (vous pouvez bénéficier d’une réduction de 5 euros valable jusqu’au 11 octobre avec le code NATASHAECHOSVERTS ou bien simplement en cliquant sur le lien) et l’agenda 2018 sera en vente à partir du 12 octobre.

  Voilà déjà quelque temps que je m’intéresse de près à l’ayurvéda, une médecine traditionnelle et naturelle originaire de l’Inde qui propose une approche préventive et holistique pour prendre soin de soi. Depuis ma consultation avec un médecin ayurvédique il y a un peu plus d’un an et l’identification de mon dosha, je me sens un peu plus en contrôle de ma santé. Grâce à une meilleure connaissance et compréhension de mon écosystème ainsi que des éléments qui contribuent au maintien de son équilibre ou qui peuvent, au contraire, le perturber, j’ai le sentiment d’avoir les clés principales de mon bien-être entre mes mains.

Malheureusement, l’ayurvéda étant une médecine originaire de l’Inde, beaucoup des ingrédients naturels utilisés en prévention ou en soin ne se cultivent pas dans nos contrées ou ne sont pas importés. J’étais donc curieuse de découvrir Le grand livre de l’Ayurvéda adapté à l’occident* de Christine Blin-Chandrika afin de prendre soin de moi selon les principes de l’ayurvéda grâce à des produits locaux ou facilement accessibles en France ou en Allemagne (où je vis actuellement).

L’autrice nous propose ici une véritable bible de l’ayurvéda, avec près de 500 pages d’explications, de recettes et de conseils adaptés à chaque dosha. L’ouvrage se divise en deux parties. Dans la première, “L’ayurvéda et les ressources de la nature issues du monde occidental”, on nous explique les principes de l’ayurvéda et les caractéristiques de chaque dosha avant de faire le tour des vertus des différentes catégories d’aliments, des plantes utilisées en phytothérapie, des huiles végétales, des huiles essentielles, des massages, des hydrolats, des couleurs et des pierres semi-précieuses. Cette première partie permet de se familiariser avec les différents types de soin, leurs usages et leurs bienfaits. Dans la seconde partie, “Les thérapies selon l’ayurvéda”, Blin-Chandrika propose des soins pour soulager différentes maladies de l’appareil digestif et de l’appareil respiratoire, les troubles du système nerveux, du système urinaire, de l’appareil circulatoire, du système reproducteur ainsi que les problèmes de peau, dentaires, buccaux, aux yeux et aux oreilles. Elle passe en revue plus de 70 maladies, troubles et problèmes de santé et propose des soins adaptés à chaque dosha.

Je suis vraiment époustouflée par la densité d’information que contient cet ouvrage. Il est tellement complet que quelconque autre livre sur les soins naturels serait probablement superflu pour toute personne ayant déjà consulté un·e médecin·e ayurvédique et connaissant son dosha. Bien que j’aie un peu hésité avant d’acquérir ce livre, je ne regrette vraiment pas cet achat car c’est une véritable mine d’information sur les soins ayurvédiques qui pourra m’accompagner toute ma vie.

En début d’année, je faisais le point sur ma routine capillaire après 3 ans sans shampoing. J’utilisais alors le Notox de Pachamamaï* conçu pour les cheveux stressés à tendance grasse. Après l’avoir terminé, j’avais envie d’essayer un shampoing plus neutre pour cheveux normaux et j’ai alors opté pour le shampoing solide au cacao de Lamazuna*. Il s’agit d’un joli petit cannelé composé d’ingrédients naturels et, contrairement à beaucoup d’autres shampoings solides, sans huiles essentielles. La poudre de cacao qui donne une agréable odeur au shampoing et qui rend la mousse onctueuse est issue d’une production équitable de République Dominicaine et labellisée bio. Parmi les autres ingrédients, on retrouve des dérivés de coco, des tensioactifs doux et du beurre de cacao.

L’odeur du cacao rend ce produit très agréable à l’usage et j’apprécie vraiment le résultat sur mon cuir chevelu et mes cheveux. Comme tous les shampoings solides naturels, il mousse très peu mais suffisamment pour s’étaler et décoller les peaux mortes ainsi que les poussières de la tête. Il se rince très facilement et il ne fond pas très vite, ce qui évite le gaspillage et permet d’utiliser le même cannelé pendant plusieurs mois (selon la fréquence des lavages bien évidemment). Enfin, point très important pour moi, il ne stimule pas la production de sébum donc un lavage tous les 15 jours me suffit. Par ailleurs, comme tous les produits Lamazuna, ce shampoing est végane et peut s’acheter sans emballage en boutique ou bien être livré dans une petite boîte cartonnée biodégradable. 

Dans ma dernière sélection de jolies découVertes, je vous présentais le beurre de cacao solide de Lamazuna que j’aime beaucoup mais que j’ai fini par remplacer  par le baume solide au cacao, au karité et à l’avocat de Savon Stories*. Savon Stories est une marque familiale franco-anglaise qui propose une gamme de produits entièrement naturels, crus et biologiques fabriqués en Angleterre. J’ai voulu tester ce baume principalement pour des raisons économiques : le beurre de cacao de Lamazuna coûte 12,50 euros pour 25 g et celui de Savon Stories revient à 17 euros pour 70 g.

Ce cosmétique m’a accompagnée tout l’été et m’a servi de produit hydratant pour le visage, le corps et même pour les cheveux. Moi qui ai toujours du mal à me motiver pour m’octroyer ce genre de soin corporel, cela n’a pas du tout été le cas ces derniers mois. Grâce au plaisir olfactif procuré par le baume dont je trouve l’odeur absolument divine et grâce à l’agréable sensation du baume fondant sur la peau, je m’impatientais de pouvoir en appliquer à nouveau après chaque douche ! En outre, le résultat était au rendez-vous, laissant ma peau, d’ordinaire sèche et tiraillante, lisse et apaisée pendant plusieurs jours.

J’apprécie également d’avoir trouvé un produit hydratant zéro déchet, ce qui n’est pas le cas de l’aloe vera et des huiles végétales que j’utilise habituellement pour le visage, le corps et les cheveux. L’aloe vera est vendue dans un flacon en aluminium et l’huile végétale dans une bouteille en verre fermée par un bouchon en plastique. Bien que le verre soit recyclable, le reste ne l’est pas forcément. Ce n’est toutefois pas un produit que je compte utiliser en continu, non seulement parce que les matières premières ne sont pas locales mais aussi parce que j’ai remarqué que la peau de mon visage se portait mieux depuis que j’alternais entre oléogel et beurre végétal pour l’hydratation. Par ailleurs, je trouve ce genre de cosmétique plus difficile d’usage par temps frais. En effet, ce dernier fond bien plus facilement entre les mains lorsqu’il fait plus de 20 degrés. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il est hors d’usage le reste du temps : il faut simplement le frotter plus longtemps entre les mains. Je compte donc réserver l’utilisation de ce baume à l’été ainsi qu’aux voyages car c’est un produit multi-usage plus compact et pratique à emporter que d’autres produits hydratants.

* Les articles suivis d’un astérisque sont des liens affiliés. En achetant via ces liens, vous soutenez mon travail de blogueuse et je vous en remercie ! Pour en savoir plus sur les liens affiliés, RDV sur cette page.

Quelles sont les jolies découVertes que vous avez faites ces derniers temps ?

Cet article, publié dans Mes jolies découVertes, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

31 commentaires pour Mes jolies découVertes #3

  1. Carole dit :

    Je craque sur le baume solide, idée de cadeau toute trouvée pour Noël ! Merci Natasha.

  2. Eve dit :

    Une fois de plus, nos chemins se rejoignent…

    J’avais commandé les livre à mon libraire, et je l’ai reçu hier! Comme il est TRES dense, je n’ai fait que le survoler hier soir mais il me semble, comme toi, qu’il va m’accompagner longtemps.

    Après la lecture du livre de Yael Adler sur la peau, j’ai arrêté d’utiliser de l’oléogel pour me tourner vers le beurre de karité. Pour le moment j’ai du beurre de karité Cattier, assez solide et d’une odeur très neutre. Le beurre de cacao Lamazuna m’avait en effet refroidi par son prix: a prochaine fois que j’en aurai besoin, je penserai à celui de Savon stories.

    Ma dernière découVerte, c’est le premier (et seul) restaurant vegane de ma ville. Il est tenu par une jeune femme que je connaissais (et appréciais) déjà par ailleurs, et j’en ai été agréablement surprise (nous n’avions jamais parlé de ça).
    Ma fille et moi avons trouvé la cantine de nos sorties du samedi midi: c’est joli, il y a un coin lecture et tricot, une étagère de produits zéro déchets…et c’est super bon! Et c’est sur cette étagère que nous avons choisi…le shampoing au cacao dont tu parles. Je ne l’ai utilisé qu’une fois donc il est un peu tôt pour donner mon avis, mais ma fille l’aime beaucoup.

    • Bonjour Eve,
      C’est fou toutes ces similarités !
      Quel est ton dosha (désolée si tu me l’as déjà dit et que j’ai oublié !) ?
      J’imagine combien tu dois être contente d’avoir un lieu si agréable où manger végétalien dans ta ville. J’ai un peu plus d’options à Freiburg (3 restaurants véganes et 3-4 végétariens) et pourtant je trouve le choix vraiment limité !
      Je te souhaite un bon week-end !

    • Eve dit :

      Pitta / Vata.
      J’ai compris que Pitta était mon dosha principal, mais que Vata était déséquilibré chez moi en ce moment.
      Je commence à voir quels symptômes appartiennent à quel déséquilibre…pas toujours -facile.
      Bon week end à toi aussi, à bientôt

  3. De jolies découvertes oui ! Cela fait un moment que je cherche un livre sur l’ayurvéda adapté à notre « mode de vie » européen et je crois que tu m’as bien convaincu !
    Bisous ma douce,
    Pêche

  4. Maluch dit :

    Merci pour les jolies découvertes. Je trouve que les produits proposés par Landmade sont vraiment beaux. Quant à Lamazuna, je suis de plus en plus refroidie par leur prix. Les têtes des brosses à dent Yaweco, que j’utilise et que j’ai enfin réussi à retrouver sont presque trois fois moins chères que celles de Lamazuna. Elles sont fabriquées en Allemagne. La différence du coût de la main d’oeuvre peut expliquer un écart de coût mais pas dans de une telle proportion.
    J’avais déjà essayé il y a un moment le shampooing au chocolat. L’odeur est agréable. Mais j’ai une baignoire blanche et un poste savon de base. Alors le chocolat, quand le shampooing s’égoutte, laisse des tâches marron que je trouve moches.

    • Je trouve aussi la sélection de Landmade vraiment superbe, leurs produits respirent la beauté et la durabilité en toute simplicité !
      Je pense qu’il serait intéressant d’avoir le détail de la répartition des prix, pas seulement chez Lamazuna, mais pour tous les produits que l’on achète (comme le fait La Révolution Textile par exemple). Je pense que ça nous permettrait de mieux juger si un produit est réellement cher ou pas, si les marge pratiquées par les vendeur·euse·s sont excessives ou pas. Tant de paramètres rentrent en jeu dans la fabrication d’un produit, surtout lorsqu’il s’agit d’un produit transformé…
      Je conserve mon shampoing dans un bocal donc je n’ai pas de problème de tâches dans ma baignoire mais effectivement, c’est un shampoing bien marron au rinçage !

  5. Coucou Natasha !
    Encore une jolie revue qui sent bon jusqu’ici, merci 🙂
    Je suis moi aussi complètement convaincue par cet agenda, même si je n’ai pas encore trouvé comment exploiter toutes les possibilités qu’il offre ; il est vraiment agréable à regarder ainsi qu’à utiliser, et c’est toujours un moment de plaisir enfantin que de se plonger entre ses pages pour y griffonner.
    Je suis vraiment contente (et reconnaissante !) que tu parles de ce livre sur l’Ayurvéda. C’est un sujet que j’aimerais beaucoup découvrir, d’autant plus s’il est adapté à ce que l’on peut vivre et trouver en vieille Europe. Je me garde le lien affilié sous le coude pour quand je serais décidée à faire l’investissement 🙂
    Une belle journée à toi, douce et ensoleillée !

  6. Sev dit :

    J’ai beaucoup hésité à acheter le même agenda que toi, et finalement je me suis tournée vers un autre, qui reprend la plannification des menus (essentiel pour moi).
    J’ai le même shampooing et c’est juste un délice!

  7. Elsa R. dit :

    Merci pour ces jolies découvertes ! J’utilise le shampooing solide depuis le mois de Juin. Difficile de trouver un shampooing solide sans huiles essentielles le temps de la grossesse. J’en suis ravie et il dure très longtemps donc le prix ne m’effraie pas trop. L’Ayurvéda est un thème que j’aimerai vraiment approfondir cette année ! Je me demandais justement vers quel ouvrage se tourner. J’imagine qu’il faudrait déjà consulter pour bien connaître son dosha avant de se lancer dans la lecture de l’ouvrage mais je prends note puisqu’il est bien complet. Pour ce qui est de l’organisation, j’en ai marre de tout noter sur des feuilles volantes, certes ça a le mérite de réutiliser vieilles enveloppantes et compagnie mais c’est pas l’idéal. J’utilise également l’agenda associé à ma boîte mail mais je note que mes RDV et pas le reste ! J’ai vu passer le Bullet Carnet des éditions Marabout du côté de Laurie (Un Trésor dans mon placard) mais je ne connaissais pas celui-ci. J’avoue que les arguments fabrication française + similicuir végane sont un plus pour ce bel agenda. Je vais certainement me laisser tenter en utilisant le code. Pour ce qui est de la version 2018, question bête il ira d’Octobre 2017 à Septembre 2018 ?. Le baume solide est tentant lui aussi. J’ai testé celui de Lamazuna pour hydrater mon gros bidon. J’ai adoré mais je le trouve petit et il s’use donc très vite et là le prix fait mal. Merci pour la découverte de ce nouveau produit et de cette nouvelle marque !!

    • Effectivement, je trouve qu’il n’est pas évident de trouver des cosmétiques bio, naturels et véganes sans huiles essentielles (bien que je ne sois pas enceinte, j’essaie de limiter leur usage de manière générale car ça reste des ingrédients très puissants !).
      Concernant l’Ayurveda, tu as tout à fait raison : consulter un·e médecin ayurvédique (et non quelqu’un qui a simplement suivi une formation d’un an…) est essentiel avant de se lancer dans l’Ayurveda. Beaucoup de tests en ligne laissent croire qu’il suffit de cocher quelques cases pour connaître son dosha et qu’à partir de là on peut suivre tous les conseils préconisés pour ce dosha dans les ouvrages et sites dédiés à ce sujet. Même s’il est possible de se faire une idée de son dosha grâce à ce type de test, rien ne peut remplacer une consultation avec un médecin qualifié qui prend le temps d’osculter le·la patient·e, de prendre son pouls, de lui poser des questions sur certaines habitudes, son alimentation, son environnement, son histoire personnelle et familiale, etc. Iel va pouvoir ensuite pouvoir apporté des conseils vraiment personnalisés, pas seulement en fonction de son dosha mais aussi de tout ce que je viens de mentionner. La première consultation dure 2h normalement… et ça en vaut vraiment la peine d’après mon expérience !
      Concernant l’agenda 2018, il ira de janvier à décembre 2018.
      J’espère que ton petit bidon et ton petit bébé se portent bien 🙂 Quand devrait-il/elle arriver parmi vous ?

  8. poli dit :

    Superbes découvertes que tu nous fais partager !
    J’adore l’inox, et j’ai remplacé tous mes vieux ustensiles en aluminium, plastique, anti-adhésif. Bon, il m’a fallu quand même pas loin de 8 ans, et jeter mes vieilles cocottes en aluminium a été difficile, mais c’est fait ! J’avais le sentiment de m’empoisonner à la fin, quand je les utilisais !
    Je suis tentée par un agenda pratique depuis 2-3 ans ; je n’ai pas de téléphone portable pour enregistrer mes RDV, alors je les note (privés ou professionnels) sur des brouillons que je promène de la maison au boulot, pour être certaine d’être disponible les bons jours, au bon moment. À la longue, ça me prend vraiment beaucoup de temps…

    • Il me faudra aussi des années avant d’avoir une cuisine vraiment saine et écolo au niveau des ustensiles… Qu’est-ce que j’ai hâte de me débarrasser de certains plats car comme toi, j’ai le sentiment de m’empoisonner un peu plus à chaque fois que je les utilise…
      J’espère que tu trouveras un système plus pratique et moins chronophage pour gérer ton emploi du temps 🙂

  9. Florence dit :

    Salut Natasha! Merci pour le baume, j’adore celui de Lamazuna mais son prix est vraiment élevé par rapport à la vitesse à laquelle il fond… prochain coup, je teste celui que tu proposes!
    Merci encore pour tes articles!

  10. apprentiecolo dit :

    Ah l’agenda m’avait tapé dans l’œil, tu m’as décidé ! Je viens de le commander. J’espère que je réussirai à mieux le suivre que mon bullet journal que j’ai délaissé dernièrement… Merci pour toutes ces belles idées !

  11. La Nébuleuse dit :

    L’agenda me tente, car je trouve aussi parfois que tracer les mois prend du temps.. le seul hic c’est que je ne suis pas du tout stable en ce moment, et dans les faits il m’arrive que pendant un mois ou deux, les seules choses que je note soient des listes de trucs à faire. Sur un tel agenda je perdrais plein de jolies pages en ne les utilisant pas… ça, et le fait qu’il me faudrait encore beaucoup plus de pages vierges 😀 ! Donc pour l’instant je reste au bullet, mais je n’exclus pas de changer si mon rythme de vie change aussi

  12. Amélie dit :

    Merci pour toutes ces jolies découVertes !
    Je découvre le site Landmade avec plaisir.
    Je n’ai pas du tout accroché au bullet journal, le fait de constater qu’il fallait partir d’un carnet vierge et tout faire soi-même m’a paru bien trop chronophage et je me connais : il aurait fini par ressembler à un petit torchon 😉 J’utilise actuellement un agenda basique offert par notre banque au boulot chaque début d’année, pour l’instant ça me convient mais je garde ton agenda en mémoire au cas où.
    Je connais très mal l’ayurvéda et ton livre me parait parfait pour en savoir plus, je le note en idée cadeau (et oui Noël approche !)
    Merci pour ton article qui m’a en plus fait (re?)découvrir celui sur les 5 boutiques de cadeaux !

    • J’ai bien souris en imaginant ton carnet se transformer en « petit torchon »… 🙂 !
      C’est super que l’agenda offert par ta banque te convienne ; ceux qu’on nous propose au lycée ne sont pas trop mal, mais finalement un peu trop classiques, trop encombrants… Trop « professeurisés » !

  13. Elsa R. dit :

    Merci pour ton retour Natasha et re-merci pour la réduction, j’ai finalement craqué sur l’agenda. Je l’ai reçu hier et je ne suis pas déçue, je vais enfin pouvoir me vider la tête ! J’ai apprécié le petit sachet de Yogi Tea offert 🙂 J’avais oublié d’ajouter mon avis sur les produits Landmade. Je n’ai qu’un tablier de cuisine 100 % lin qu’on m’a offert (je suis fan du lin !) et c’est un très joli produit à prix très raisonnable en plus. Côté cuisine, le chemin est encore long pour virer les casseroles Tefal et compagnie mais bon elles sont là donc je les utilise tant qu’elles sont « vivantes ». Pour ce qui est de l’arrivée de bébé, il devrait pointer son nez d’ici fin Octobre ou au plus tard dans un mois. Nous avons d’ailleurs profité de l’occasion pour refaire un grand tri dans la maison, on tombe en plein dans le nouvel éco-défi pour le coup 😉

  14. Ping : Si je ne devais garder que 100 (et quelques) objets personnels… | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s