PLIM : une alternative aux protections hygiéniques jetables

Il y a un peu plus de 2 ans, je découvrais avec horreur l’impact sanitaire et écologique des tampons et des serviettes hygiéniques jetables… Entre les gels à base de polymère ou les fibres artificielles faites de viscose pour rendre les serviettes et les tampons super absorbants, les pesticides utilisés pour la culture du coton, le chlore utilisé pour le blanchir, les produits chimiques permettant sa stérilisation, les emballages et applicateurs en plastique, il n’est point surprenant que l’industrie des protections intimes soit l’une des plus polluantes ! En outre, le fait que ces nombreuses substances et matières nocives se retrouvent en contact avec la paroi vaginale, elle-même très absorbante, peut causer des problèmes de santé.

Heureusement, de plus en plus de personnes luttent à leur manière pour informer le public de ces problématiques et leur proposer des alternatives bien plus saines et écologiques, comme la coupe menstruelle et les serviettes lavables. Parmi ces personnes, se trouve Capucine, fondatrice de PliM, précurseur des protections hygiéniques lavables bio et fabriquées en France. Capucine a accepté de répondre à mes questions pour partager avec nous ses connaissances, son expérience, ses conseils afin d’utiliser les protections hygiéniques lavables tout en respectant notre corps… et la planète.

PLIM- box-femmes

Comment vous êtes-vous intéressée aux alternatives aux tampons et aux serviettes jetables ? Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer PliM ?

Ingénieure de formation j’ai rencontré au gré d’un voyage une amérindienne qui fabriquait ses propres serviettes hygiéniques lavables. Comme toute occidentale élevée au bon dégoût du sang et de la honte des règles, j’étais  mal à l’aise, puis j’ai rigolé un peu indignée et dégoutée ! Et puis j’ai compris que dans la culture amérindienne cela avait un sens. Ne pas dénigrer ce sang si riche et fertile, qui pourrait même nourrir les plantes, honorer son féminin : des notions qui m’étaient complètement inconnues et tabous.

Étant tout de même curieuse de nature, j’ai testé, et là… miracle ! Pas d’odeurs, un super confort, comme une culotte ! J’ai trouvé un bien-être que je ne connaissais pas. J’ai ricanné en me disant: “oui, mais le plus dur est à venir… avec le lavage !”… Et bien non ! Ça se lavait très bien. Je les ai donc adoptées avec un grand bonheur.

PliM site internet

Quelques années d’utilisation plus tard, je me suis dit que c’était tout de même incroyable que ça n’existe pas en France. Après de longues réflexions et contre l’avis de mon entourage j’ai abandonné mon parcours d’ingénieur… et lancé PliM en 2009. Malgré mes hésitations, toutes les portes s’ouvraient devant moi. C’était obligé que j’avance dans cette direction.

J’ai relancé une filière de jolis textiles écologiques faits en France. Deux ans de recherches avec l’Institut Français du Textile nous ont permis d’obtenir des produits techniques, efficaces, écologiques. Mais aussi féminin, sexy et design. Ce qui était vital pour nous afin de proposer un produit qui suive nos vies modernes en respectant l’environnement mais aussi sans atteintes à la santé.

J’ai travaillé sur une confection de grande qualité avec un atelier de prêt à porter de luxe qui en plus était organisé en SCOP, ce qui me convenait tant par la qualité de confection que par l’éthique entrepreneuriale. Nous travaillons à un model d’entreprise libéré et agile, tout un programme ! Aujourd’hui en quelques chiffres, PliM c’est 10 000 nouvelles clientes, 80 salons bio et bien-être en France et à l’étranger, 110 revendeurs magasins et pharmacies, 4 000 à 6 000 PliM produites chaque mois.

PLIM- atelier

Trop peu de personnes connaissent les problèmes environnementaux et sanitaires liés à la fabrication et à l’usage des serviettes et des tampons hygiéniques jetables… pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est tout d’abord un problème sanitaire et d’inconfort (c’est aussi ce qui parle le plus aux femmes). Avez-vous déjà vu la composition des produits sur les packagings des tampons ou serviettes? Et bien non, il n’y en a pas ! Ces produits font partie de l’industrie du papier (vous savez, celle qui est très polluante!). Du coup on sait qu’il y a de la rayonne qui est un abrasif et qui provoque des micro lésions et la dioxine (résidu du blanchiment au chlore) qui est cancérigène et qui favoriserait l’endométriose.

Le tampon est lui, spécifiquement asséchant, il absorbe la glaire cervicale donc on n’a plus notre flore pour nous protéger. Il est inculpé dans le syndrome de choc toxique qui fait une grosse polémique actuellement suite à l’amputation d’une mannequin américaine, Lauren Wasser. Essayez : plongez un tampon dans un verre d’eau et remuez : tous les petits filaments qui partent… vont rester dans votre vagin et créer potentiellement irritations et infections !

Pour la serviette, c’est en priorité la macération qui est en cause dû à un plastique non respirant, qui développe d’ailleurs les odeurs. Mais surtout tous les allergènes présents entre autre avec les parfums, sont souvent critiqués par les gynécologues qui reprochent aussi le fait de porter des protege-slips en plastique tous les jours. Car la peau et la flore vaginale sont alors affaiblis. Et puis un bouquet de produits chimiques qui varient selon les marques en accompagnement de la viscose ou autre.

Femme- source pexels

Les femmes pensent que c’est leur sang qui sent.. mais c’est la macération dans du plastique qui provoque ces odeurs. Ce qui donne un autre regard sur le sang de la femme du coup ! D’ailleurs, c’est dommage que les serviettes soient si inconfortables car cela incite les femmes à utiliser le tampon qui franchement n’a pas tout pour plaire !

L’autre problème, c’est bien sûr la pollution. Où vont les tampons ou serviettes usagées ? Dans les WC (les plombiers adorent!) ou bien à la poubelle où ils finissent brulés. Et aussi sur les plages ou dans les forêts, on pourra les retrouver dans 500 ans !

On s’intéresse rarement aux quantités utilisées ni même au budget : 42 ans de menstruation, 540 cycles soit 10 à 20 000 protections jetées, soit 2 milliard par an. C’est un budget de 2 à 5€ par cycle. 5 à 15 PliM suffisent pour une durée de vie moyenne de 5 ans, soit 1 cycle=1€ donc 50% d’économies. Et si nous parlions des protections pour les fuites urinaires ou l’incontinence encore tabous de nos jours ? Pourtant, une femme sur 3 est concernée dès 30 ans et 5% des hommes à partir de 40 ans. Entre 100 et 1000 protections par an soit une économie de 60 à 80% avec les PliM.

Voilà, quand on commence à s’y intéresser on a du mal à croire qu’on vend encore des jetables sauf si on cherche le chiffre d’affaires des 5 entreprises mondiales qui fabriquent….

Tampons wikicommons

Remplacer les serviettes jetables par des serviettes en coton bio lavables ne semble à priori pas très compliqué… Mais remplacer des tampons par la coupe menstruelle peut sembler plus complexe. La coupe peut-elle être utilisée à tous âges ? Quels sont vos conseils pour l’adopter sans peine ?

Alors en effet le passage aux PliM (Protections Lavables IntiMes) ne change quasi en rien les habitudes. Elles se replient sur elles-mêmes pour se refermer comme une pochette avec sa membrane imper-respirante à l’extérieur qui évite les odeurs et les fuites. Elle est donc nomade et s’emporte partout. Et pour laver, rien de plus simple : hop, dans la machine avec le reste du linge à 40°C. Et éventuelleement on peut prétremper. En tout cas il ne faut pas avoir peur du lavage, les seules bactéries du sang menstruel sont celles de la flore vaginale.

PLIM- lavage

Pour les coupes menstruelles, rappelez la première fois que vous avez mis un tampon… et bien c’est la même chose, c’est un nouvel objet qu’il faut apprivoiser avec d’autant plus de douceur qu’il s’introduit dans votre intime ! La coupe, c’est une histoire d’envie et de coup de main. Elle est douce et hypoallergénique en silicone médical. Souple, elle se plie et s’insère délicatement. On ne doit pas la sentir et elle ne doit pas fuir, sinon c’est qu’elle est mal mise (ou ce n’est pas la bonne taille). C’est un bon moyen pour connaitre son corps et se mettre un peu plus à son écoute.

Je dirais cependant qu’il faut se poser une seule question : “Ai-je envie de mettre quelque chose dans mon vagin aujourd’hui, là, maintenant ?” Parce que honnêtement, personne ne trouve jouissif d’enfiler un tampon tout sec et on se pose rarement la question de cette envie. À s’écouter, on mettrait beaucoup moins de chose dans le vagin (hormis… bien sûr!). Refaites une vraie porte d’entrée au niveau de votre vagin. Une porte qui ne s’ouvre pas si facilement… et surtout qui ne s’ouvre que quand on la respecte en douceur !

PLIM- Coupe menstruelle Lunacopine

Donc le problème ce n’est pas la coupe mais la notion de son propre corps. Si on n’a rien envie de mettre et qu’on force, alors on a mal, alors on stress et on se referme donc on n’arrive plus à retirer la coupe, alors on force… et on manque de respect à son propre corps ! La coupe c’est simple, facile, hygiénique et anatomique.. donc pas de soucis ! Apprenez tranquillement à connaître votre corps, la coupe et surtout, écoutez-vous. Commencez à la maison tranquille, détendue et hors du cycle menstruel avec un protège-slip. Lubrifiez-la avec de l’eau chaude, massez vos lèvres doucement et laissez vos lèvres “l’absorber” doucement. Désolée pour l’image mais nos lèvres sont comme un mollusque qui fait tout le contour de l’objet avec tout son être et avance sur lui doucement ! C’est d’ailleurs cette lenteur qui fait un bien fou avec les messieurs ou les boules de geisha…

Plutôt que pour quel âge, je dirais que c’est pour toutes celles qui en ont l’utilité. Il faut tout de même un minimum d’hygiène (se laver les mains) rien de plus qu’un tampon ceci dit. Il faut la mettre et la retirer avec les doigts. Je dirais aux jeunes, commencez par les PliM, car vous n’avez pas les préjugés et le vécu de vos ailleules qui utilisent les tampons parce qu’elles ne supportent pas les serviettes, leur macération et odeurs. Avec les PliM, une jeune commence avec des produits super confort, elle n’a pas de dégout car pas d’odeurs, et le coup de main de mettre en machine est pas réellement compliqué ! Ainsi, elle est à l’aise avec ses règles et son corps… et sa sexualité (30% des femmes ont des problèmes de sexualité lié à leurs premières règles). La coupe est parfaite pour les activités nautiques, et pour une jeune je dirais que c’est sa seule utilité avec certaines pratiques sportives.

PLIM- coupe menstruelle pliage

Que préférez-vous utiliser personnellement : les serviettes réutilisables ou la coupe menstruelle ?

Je préfère les PliM car c’est une solution externe et cela ne porte pas sur les parois du vagin en appuyant. Une étude américaine montrait que certaines femmes qui mettaient la coupe depuis plus de 10 ans ne la supportait plus parce qu’elle l’avait trop mise. En réalité c’est tout à fait logique.. c’est comme les lentilles de contact ou tout ce qui est à l’intérieur du corps il ne faut pas en abuser. Donc les coupes, c’est génial et parfait, mais à alternez avec les PliM la nuit, à la fin ou en début de cycle. Je répète pas de problèmes gynéco, ni allergies : avec les coupes, juste pas 24h sur 24. Personnellement, je n’utilise la coupe que lorsque je suis en canyoning… (pas tous les week-ends) et même en rando je prend les PliM, 3-4 suffisent et c’est lavé en rivière.

PLIM- serviettes lavables

Que diriez-vous à celles qui hésitent encore à tester les serviettes lavables ou la coupe menstruelle ?

Commencez par une PliM (une PLUS) par exemple, c’est notre taille standard, elle permet pour la plupart des femmes de tenir une demi journée voire une journée entière en milieu/fin de cycle. Testez déjà pour voir si vous aimez. Si vous êtes une addicte des tampons alors passez à la coupe, mais prenez 1 ou 2 MAX pour vos nuits, pour qu’au moins pendant 8h vous laissiez tranquille votre vagin ! La plupart des accros aux tampons commence par la coupe et passent doucement aux PliM… et c’est très bien parce que de toutes façons, dans la vie d’une femme il faut avoir les 2 et faire comme bon nous semble. Si vous ne voulez vraiment que la coupe, c’est toujours mieux que les tampons ou serviettes, alors… il n’y a plus qu’à tester !

Dites-vous juste que vous n’êtes pas seule : 10 000 nouvelles clientes par an ce n’est pas rien !

PLIM- serviettes hygieniques lavables

Dans un prochain article, je vous parlerai de ma propre expérience et de comment je suis passée des serviettes lavables au flux instinctif en passant par la coupe menstruelle.

Est-ce que vous avez aussi laissé tombé les protections hygiéniques jetables ? Qu’est-ce que vous utilisez ? 

Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Cet article, publié dans Hygiène & santé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

73 commentaires pour PLIM : une alternative aux protections hygiéniques jetables

  1. Emilie dit :

    Merci pour cette belle interview, pleine d’énergie et d’humour =)
    J’ai eu un déclic il y a 2 ans à propos des protections hygiéniques: c’est effroyable la quantité de plastique que cela génère ! Et puis, j’ai découvert Plim justement. Je n’ai jamais utilisé de tampons car je préfère un flux qui s’évacue à l’extérieur. Et puis, je craignais un peu le syndrome du choc toxique aussi (écrit sur la notice).
    Ça fait plus d’un an désormais que je n’utilise que des Plim: c’est un gain de confort réel, elles sont visuellement très jolies et se nettoient parfaitement bien, même à la main.
    Je suis donc ravie de ce choix, j’espère que c’est une option (avec la coupe) qui va gagner du terrain auprès des femmes, et je souhaite beaucoup de succès à cette entreprise 🙂

  2. laguyotine dit :

    Bonjour 🙂

    Cette interview est super intéressante, je ne connaissais pas PLiM ! Je suis passée à la coupe menstruelle il y a 3 mois, donc j’ai fait 3 cycles avec. Je suis conquise. Je ne la sens pas, j’oublie avoir mes règles, hormis quand il y a des fuites… Je pense que ma cup de marque Sibell est trop souple et n’épouse pas les parois correctement… Qu’en pensez-vous ? (si quelqu’un est assez informé pour me répondre bien sûr :))

    Du coup, je dois quand même mettre des protections légères pour éviter de tâcher mes sous-vêtements…

    • Marine dit :

      Une petite réponse pour peut-être t’aider concernant la coupe menstruelle… Moi au début j’avais tout le temps des fuites, et j’ai laissé tomber… Je pensais que je m’étais trompée de taille et qu’elle était trop petite (mais en réalité ça ne devait pas être le problème puisqu’elle n’était jamais pleine)… Et puis il y a 2 ans j’ai rééssayé en rachetant une coupe taille XL, j’avais aussi des fuites au début jusqu’à ce que je me rende compte que le col de mon utérus était placé un peu bizarrement au fond de mon vagin et que du coup la coupe ne le recouvrait pas donc forcément il y avait des fuites… Depuis j’ai modifié ma façon d’insérer la coupe et je vérifie systématiquement que le col est bien dedans (ça fait comme une petite boule dure qu’on sent à travers le plastique de la coupe) Et depuis plus jamais de fuite et ça a vraiment révolutionné ma vie pendant la période des règles… Sans compter les économies réalisées et l’impact écologique en moins…!
      Par contre les serviettes lavables ça ne m’a jamais tenté… J’avoue que le lavage me rebute un peu, je ne me vois pas les laver tous les soirs et je ne vois pas trop comment les stocker en attendant la prochaine machine parce que je ne fais pas de lessive tous les jours, loin de là! Mais je commence à me poser des questions pour ma fille qui approche de la puberté… Est-il possible d’utiliser une coupe dès les premières années des règles…?
      En même temps, très honnêtement, c’est la première fois que je lis un avis tel que celui de l’article à propos de la coupe menstruelle, comme quoi il ne vaudrait mieux pas l’utiliser tous les jours, et nuit et jour… Moi depuis 2 ans je n’ai aucun problèmes et mine de rien ça revient moins cher d’acheter simplement une coupe menstruelle que d’acheter une réserve de protections lavables… N’y a-t-il pas malgré tout un petit discours commercial là derrière…? (je ne veux pas faire de polémique, mais comme c’est la première fois que je lis ça…)
      En tout cas merci pour cet article, je me dis qu’il y a encore de trop nombreuses femmes qui ne sont pas au courant des alternatives qui existent…!

    • Merci d’avoir pris le temps de partager ton expérience et tes conseils 🙂

      Sur PliM on peut acheter des coupes menstruelles et des serviettes lavables… Capucine ne fait donc que partager ses préférences personnelles à mon sens. Ce n’est pas la première fois que je lis des avis plus critiques de la coupe menstruelle et pour tout te dire, je fais partie de ces personnes qui ont décidé de laisser tomber la coupe pour certaines des raisons évoquées par Capucine. Tout est question de préférence personnelle 🙂

      Pour ta fille, peut-être serait-il bon d’avoir l’avis d’un-e gynéco ? Personnellement, je n’ai pas pu utiliser de tampons avant d’avoir eu mes premières relations sexuelles, alors la coupe, ç’aurait été impossible pour moi ! Mais on est toute faites différemment donc il faut se renseigner… et comme le dit si bien Capucine, il faut que ta fille se pose les bonnes questions et écoute son corps… En tous cas c’est chouette qu’elle ait une maman si informée qui pourra lui proposer des options écologiques et saines dès ses premières règles 🙂

    • laguyotine dit :

      Merci pour ta réponse ! C’est peut être que je la mets mal. Au prochain cycle je teste, peut être plus loin, je sais pas… Par contre j’ai pas tout saisi de ton explication… Tu m’as l’air de la mettre super profond ta coupe non ? Tu me parles d’utérus…

      Sinon pour les protections lavables, j’admets une certaines gêne aussi… Dans la machine… Les stocker avant lavage… Ou laver à la main… La cup est tellement plus simple ! On stérilise avant le cycle. On la rince quand on se change…

      Enfin, chacune se sent à l’aise comme elle peut avec son corps 🙂 c’est tout ce qui compte. Pour les ados. Je ne sais pas du tout comment Ca se passe. Peut être qu’il faut attendre le premier rapport sexuel, l’hymen pourrait bloquer… Je sais pas 🙂

    • Daphne dit :

      C’est une question de taille (on est toutes différentes, a mon sens, les gynéco devraient etre formés pour nous indiquer notre taille de cup! les marques proposant plusieurs tailles donnent des tableaux indicatifs pour faire sa propre évaluation), de souplesse du matériaux et de musculature intime (si la musculature est trop faible, apparemment, la coupe n’est pas bien maintenue, si elle est trop forte, chez de nombreuses cavalières par exemple, elle a tendance a comprimer la cup, dont le volume diminue en fonction… certaines marques proposent des modèles de différents grades de dureté, a adapter donc…) et bien sur de quantité de sang perdue…

    • De nombreuses raisons peuvent expliquer les fuites… taille ou forme de la coupe, anatomie, insertion… Comme le disait une autre lectrice, il faudrait que les gynéco soient formé-e-s pour pouvoir nous aider à choisir la bonne et régler ce genre de souci ! J’espère que tu finiras par trouver le moyen d’éviter ces fuites.

  3. Sandrine dit :

    Bonjour, merci pour ce bel article. Je suis déjà vendue à la cause et j ai trouvé une jeune couturière qui les fabrique sur commande. Il faut continuer de véhiculer le message, c’est très important pour la planète et l’avenir de nos enfants.

  4. Bulle_Virtuelle dit :

    Un article très intéressant, je découvre la marque et j’ai très envie d’essayer. J’utilise essentiellement des serviettes et protèges slip, j’avais déjà lu un article sur les problèmes que cela pouvais engendrer et j’avais commencé à y réfléchir mais je n’avais jamais franchi le pas…Je me mets au défi de tester avant la fin de l’année les protections lavables !

  5. Fanny dit :

    Bonjour,
    Je n’utilise pas de tampons et j’avais seulement entendu parler de la coupe menstruelle. Je n’ai pas encore franchi le pas car justement je ne veux pas avoir qqch à l’intérieur pendant toutes mes règles. Donc je pense que je vais acheter des plim rapidement, merci pour cet article.

  6. Marthe dit :

    Ici c’est cup + serviettes lavables faites maison. La cup depuis 10 ans (moins 2 grossesses et 2 allaitements). Les serviettes un peu moins mais je ne me souviens plus trop quand je les ai cousues :-). J’utilise le plus souvent juste la cup. J’en ai eu 3: une petite avant les grossesses, une trop dure, remplacée par 1 plus molle qui me va bien. Les serviettes, je trouve que celles doublées en PUL macèrent un peu comme les jetables. Et celles sans PUL, c’est vraiment pour les jours légers. Niveau confort c’est clair que c’est presque comme porter 1 culotte un peu épaisse. En gros: j’adore la cup et les serviettes lavables. En ce qui me concerne, les produits jetables ça serait un sacré retour en arrière.

  7. Mélo dit :

    Pour moi aussi, le passage d’abord aux serviettes et protège-slips lavables (il y a 5 ans) puis à la coupe menstruelle (il y a 3 ans) furent un vrai soulagement. Plus d’irritations, d’odeurs, de gêne parce que ça colle et de sentiments de culpabilité quand ça part à la poubelle, poubelle qui garde les odeurs elle aussi à force ^^. Je n’utiliserai plus jamais de tampons ou serviettes jetables et je conseille à toutes d’en parler et de tester.

  8. Rose Citron dit :

    Article très intéressant! Je trouve que si la parole s’est déliée autour de la cup, on en parle de plus en plus, partout, c’est moins le cas pour les protections lavables, donc, c’est chouette de les mettre à l’honneur! Parce que même si on est pas à l’aise avec la cup, on a quand même une solution non polluante, c’est chouette ça! Pour ma part, j’utilise la cup depuis, piouffff, 8 ans peut-être, et j’en suis parfaitement satisfaite. Je ne ressens pas du tout le côté intrusif que peuvent ressentir certaines femmes, donc, je continue 🙂

  9. Pauline dit :

    Merci pour cet article. Ce serait aussi très intéressant d’évoquer la méthode très peu connue du flux instinctif ! …et grâce à laquelle on n’a carrément plus besoin de protection !!!

    • Daphne dit :

      Mmhuh, c’est quoi le flux instinctif??? (je dois avouer que j’ai de gros doutes, vu l’intensité de mes règles, mais franchement curieuse pour le coup!)

    • Eh bien, en gros, on se « vide » aux toilettes… donc pas besoin de coupe ni de serviettes… « juste » d’écouter son corps. Ce n’est pas aussi évident pour tout le monde, mais cela fait maintenant 8 mois que je gère mes règles ainsi et ça se passe très bien. J’expliquerai cela en détail dans un prochain article. En attendant, tu pourras trouver divers témoignages sur la blogsphère, dont celui de Carole (Pin Up Bio) et de Pauline (Les cheveux de Mini).

    • En effet, comme indiqué en fin d’article, je compte en parler 🙂

    • Daphne dit :

      Bon, ben la alors, je suis franchement curieuse, parce que j’ai déjà essayé de retenir le sang quand je sentais que ma serviette était pleine mais que je ne pouvais pas aller aux toilettes sur le champs, mais ca n’a jamais marché… la joie des super taches… depuis, j’allie la cup avec des serviettes bio pour les premiers jour pour éviter tout débordement (oui, j’ai un flux tres important, d’après ma gynéco, je forme une muqueuse de compétition capable d’accueillir une princesse au petit pois 🙂 ) et suis en train de réfléchir pour m’acheter (ou peut-etre coudre…) des serviettes lavables, mais s’il y a encore une autre solution, je ne dis pas non! (très personnellement, je trouve le pluralisme de solutions le plus pratique, car ainsi, on peut toujours adapter…)
      En tout cas, merci!

    • Mon expérience des règles est très différente de la tienne… je ne sais pas du tout si l’abondance des règles joue sur la possibilité de retenir le sang ou pas. Ce qui est certain c’est qu’il faut pouvoir contracter son périnée pour éviter que le sang ne s’écoule avant d’arriver aux toilettes. Voici la vidéo de Pauline à ce sujet.

    • Daphne dit :

      Bien, bien, j’ai lu un peu, regardé quelques vidéos… et je vais essayer des le prochain cycle! curieuse aussi de lire ton article! Pour contracter le périnée, pas de soucis 🙂 (apparemment, le fait d’avoir été cavalière m’aide…) Mais je dois avouer que je suis curieuse, car si j’ai une vessie de compèt’, j’ai aussi des règles très très intenses… donc personnellement, j’ai bien conscience ou coule le sang a quel moment, mais si je vais aux toilettes a chaque fois, ca va etre souvent les 2-3 premiers jours! donc je me demande un peu comment le stopper… enfin, je vais essayer, pour un paquet de cycles s’il le faut 🙂

    • Daphne dit :

      Merci! 🙂 Je suis tellement curieuse du coup, que je suis impatiente d’avoir mes règles du coup 😉 😀 mais bon, encore 2-3 semaines…

    • J’avoue que moi aussi quand je me suis décidée à sauter le pas, j’étais très impatiente de tester 😉

  10. poli dit :

    Je connais les serviettes lavables, une amie m’en a offert il y a quelques années. Mais je ne connaissais pas la cup.
    Un grand merci pour cet article grâce auquel j’ai beaucoup appris.

  11. soline dit :

    J’ai hésité pendant longtemps entre serviettes lavables et cum puis je me suis décidé pour la cum, pour des raison de simplicité . Car, je me suis dit, que je ne serai pas assez « disciplinée » pour laver régulièrement et qu’à la longue j’abandonnerai, alors pour être sure de poursuivre dans ma voie écolo, j’ai ,opté pour la cup. Première utilisation en septembre, sans soucis, je ne la sens même pas, je ne stresse pas en me disant faut que j’aille aux toilettes changer, je vide ma cup à chaque passage aux toilettes. Bref sans soucis et ne regrettes pas mon choix.

  12. SmineJa dit :

    Merci pour cette super interview! Et chapeau à Capucine pour avoir créé PliM!
    Je suis passée à la cup il y a quelques mois, mais je suis obligée de compléter avec protège slip et serviettes à cause des fuites (le comble car je n’en utilisais pas avant, étant une adepte des tampons). Du coup, les serviettes lavables sont une bonne alternative que je pense adopter d’ici peu.
    De manière générale, je trouve que ça prend du temps (et parfois pas mal de galères) pour trouver les protections intimes qui conviennent, associé au manque d’information sur l’impact de nos protections, les alternatives, etc. Mais heureusement, ça change, on a de plus en plus accès à des informations sur la cup et les protections lavables, et ton article contribue à ce changement dans les mentalités et gestes quotidiens.

  13. Delphine dit :

    Merci une fois de plus !
    J’ai hâte de lire ton prochain article car je suis justement en train de me renseigner sur le flux instinctif. Je viens d’accoucher donc je ne vais pas avoir de règles pendant un bon moment (en général 18 mois chez moi vu que j’allaite +++) mais je me penche sur la question dès mon retour de couches 😉 alors viiiiite écris le stp 😉
    Bonne journée à toi et à chacune ici.

    • C’est noté Delphine… j’aimerais parler de mon experience avec les serviettes lavables et la coupe avant, donc il va falloir patienter encore un peu 😉 Mais promis, je fais au plus vite ! En attendant, je te recommande le témoignage de Pauline du blog Les cheveux de Mini 🙂

  14. powings dit :

    Article très intéressant et qui pour une fois parle plus des serviettes lavables que de la cup.
    En ce qui me concerne, je n’ai jamais été très à l’aise avec les tampons, je n’en ai casiment jamais porté et la je pense me tourner vers les serviettes lavables et vu que je me débrouille pas mal en couture, acheter le PUL et autres matières absorbantes et utiliser mes chutes de tissus.
    Je me posais par contre une question pour les serviettes lavables, pour la nuit ou les jours plus abondants faut -il utiliser d’autres composant que le PUL ?
    Bonne initiative de la marque PLIM, j’en ai également vu dans d’autres sites et je trouve ça très bien !!

  15. Céline dit :

    Pour moi, c’est la coupe (diva cup) pendant et les serviettes en tissu ( okocréations distribuées au Canada) en fin ou début de règles et j’en suis RAVIE ! 🙂

    • Etant également au Canada quand je suis passée aux serviettes lavables et à la coupe j’avais aussi opté pour la Diva Cup. Pour les serviettes, c’est la marque Lunapad, basée à Vancouver.

    • Céline dit :

      Oui, j’ai aussi entendu parlé de cette marque… Par contre, je trouve qu’à Québec, on n’a pas beaucoup de choix pour la coupe menstruelle… j’aurais bien aimé tester la « fleur cup » qu’on peut trouver en magasin à Montréal.

  16. Zoical dit :

    A reblogué ceci sur Le journal de Zoicalet a ajouté:

    Un article très complet, merci à toi !

  17. J’ai commencé à utiliser des serviettes lavables pour ma part, plus confortable et adieu les odeurs!
    Sinon, il y a aussi la solution du flux menstruel instinctif mais j’ose pas encore la tester celle-là…
    Aussi, j’ai lu qu’en pratiquant les bains dérivatifs, notre cycle pouvait se vider naturellement aux toilettes comme pour le flux instinctif!

  18. Planet Addict dit :

    Ton article tombe à Pic! Je me pose les mêmes questions sur l’insertion d’un objet dans mon vagin. Cela fait deux fois que la coupe me fait défaut et c’est le signe pour moi qu’il est temps de passer à autre chose! Donc je passe en mode flux instinctif, même si je n’ai encore rien lu dessus! Donc je cherchais justement de bonnes serviettes lavables pour commencer et remplacer le papier toilette franchement pas top!
    D’ailleurs, en Amérique du Sud je me suis pas mal penchée sur la question des cycles, et j’ai rencontré beaucoup de gens qui nourrissent leurs plantes avec leur sang. MAIS ensuite j’ai appris que les indigènes justement ne le faisait pas car quand les règles c’est un processus de purification et on expulse tout le négatif du mois. Du coup, elles ne veulent pas nourrir la terre avec ça et cherchent des solutions. J’en parlerai bientôt sur le blog d’ailleurs 😉
    Merci pour la découverte, du coup je file sur le site!

    • J’ai hâte de lire ton article au sujet de la perception des règles dans les contrées que tu as visitées ! Ce genre de sujet me passionne, la vision de ce qui est pur, impur… C’est chouette que tu sois à l’écoute de ton corps ; si peu de femmes le sont je pense dans notre société, surtout quand il s’agit des règles qui ont une connotation plutôt négative je trouve (en tous cas, je n’ai jamais entendu quelqu’un en parler autrement !). La coupe me convenait parfaitement sur le plan « physique », mais au bout d’un an, j’ai commencé à me sentir mal à l’aise à l’idée d’avoir un truc en silicone qui bouche mes parties intimes pendant plusieurs heures/jours chaque mois. Je ressens de plus en plus le besoin de me tourner vers ce qu’il y a de plus naturel pour mon corps… et le flux instinctif fut donc une évidence. Je te conseille la vidéo de Pauline du blog Les cheveux de mini à ce sujet. A la fin de son article, elle inclut également d’autres liens utiles.

  19. Jenny dit :

    Grande fan de serviettes lavables, je n’ai qu’une chose à dire Go sur la boutique http://www.biokime.com/ C’est vraiment là qu’il y a le plus de choix dans les marques et couleurs en serviettes, j’adore !

  20. vuesurchambre dit :

    C’est intéressant! J’avoue que depuis que je suis passée à la cup (soit 3 ans), je n’avais jamais envisagé autre chose… Mais suite aux débats au sujet des protections taxées (pas les plus récents qui ont lieu, mais lorsque je suis tombée sur un sujet se révoltant contre la taxe à 20%, il y a à peu près 1 an et demi), j’ai fait un truc qu’on ne devrait normalement jamais faire: lire les commentaires sur les réseaux sociaux et autres…Et là, choc: des donneuses (et même, des donneurs!) de leçon, la cup devenant un point Godwin stigmatisant les personnes ne souhaitant pas en utiliser. Ca m’a beaucoup remuée à l’époque, et fait prendre conscience qu’il n’y avait pas une solution mais plusieurs pour vivre ça plus sereinement mais dans le respect de son corps et de l’environnement.

    Alors voir la serviette à l’honneur dans ton article, c’est bien! Je dirais même plus: c’est méga bien, parce que la cup n’est pas forcément la solution idéale pour tout le monde même si ça change la vie de beaucoup…Et qui sait? Même moi, même un.e/tel.le qui en est parfaitement satisfait.e et qui n’aime pour l’instant pas le reste, peut-être qu’un jour cela ne nous conviendra plus pour plusieurs raisons…Et dans ce cas-là, tout le monde doit être informé et savoir que d’autres solutions existent!
    En parlant de cup et de liberté de choix, peut-être seras-tu intéressée par cet article que j’ai trouvé assez pertinent sur la question.

  21. kakounette dit :

    Merci pour cet article !
    La cup ça ne m’inspire pas du tout … Je n’ai jamais voulu mettre de tampon et ce depuis mon plus jeune d’âge …
    J’achète encore, pour l’instant, des serviettes hygiéniques bio … mais vu que j’ai supprimé les cotons que j’ai remplacé par des lingettes démaquillantes lavables, ça coule de source que je passe aux serviettes hygiéniques lavables !!
    La peur que j’ai c’est leur capacité d’absorber le sang … (j’ai des règles plutôt intenses en milieu de cycle )
    Bises

    • Comme pour les serviettes jetables, il existe des serviettes lavables plus absorbantes/grandes que d’autres… Sur les miennes, par exemple, on peut rajouter une épaisseur en fonction des besoins. J’espère que tu en trouveras qui te conviendront. Je prépare un autre article sur les serviettes lavables en particulier, peut-être que ça t’aidera à trouver ce qu’il te faut.

  22. Akä dit :

    Merci pour ton article!
    Cela fait juste neuf ans que j’ai vu une coupe pour la première fois, en demo sur un salon bio. Je n’en avais jamais entendu parler, j’ai été effarée, ça me semblait incongru, énorme, dérangeant. Un petit choc. Mais ça m’a turlupinée, j’ai fureté sur la toile, j’ai découvert un forum de converties plus ou moins récentes, et au bout de quelques mois, à l’occasion d’une commande groupée via l’angleterre je me suis lancée. A cette époque j’étais étudiante, je vivais sous le seuil de pauvreté, ça a révolutionné ma vie menstruée: confort, confiance, réappropriation de mon corps, apaisement de ma représentation des règles… ça fait donc huit ans et je n’ai auncun problème, ni corporel ni d’usure de ma coupe (une mooncup). J’ai deux mini plim pour les fins de cycle, et quand les dates tombent bien je passe au flux instinctif (mon job ne me permet aucune application, c’est donc valable uniquement les jours de repos.). Cette approche est celle que je préfère, même si elle m’est peu accessible, mais le plaisir d’utilisation de la coupe reste pour moi intact car je me souviens toujours du sentiment de libération et de cohérence que j’ai ressenti en la testant la première fois. J’ai découvert dernièrement ceci : http://www.madmoizelle.com/culotte-absorbante-regles-375285
    Je m’interroge sur la dimension écologique et saine, mais l’idée me plaît bien.
    Vive les menstrues libres !

    • Merci pour ton témoignage et pour la découverte de THINX. Ca peut être une bonne alternative pour celles qui comme moi trouvent que les serviettes lavables ne tiennent pas bien en place ! Par contre, je ne trouve pas d’info sur les matières et les conditions de fabrication malheureusement… Je me demande ce que ça vaut d’un point de vue éthique et écologique.

  23. Cécile dit :

    C’est génial! Merci beaucoup, je connaissais la cup mais pas les lavables. C’est chouette, en ce moment plusieurs blogueuses lèvent le voile sur ces problématiques toute féminine et plutôt intimes mais tellement importantes. Il y a quelques années, c’était toute une affaire de trouver une cup, commandée à l’étranger… presque l’impression de se procurer un produit de contrebande! Mais les choses évoluent et ça fait plaisir de voir que c’est dans le bon sens!

    • Effectivement, la coupe menstruelle est de plus en plus accessible, même dans certains magasins (en Allemagne en tous cas!). C’est étonnant que les serviettes lavables le soient moins… pourtant, on parle bien des couches lavables pour les enfants…

  24. La Brune Superficielle dit :

    Étant actuellement enceinte, je ne mets plus de tampons. Mais je réfléchis à changer cette pratique pour passer à la serviette hygiénique lavable plutôt que la coupe menstruelle. J’ai eu des échos plutôt négatifs de cette dernière (difficulté d’insertion ou de retrait) et cela m’a un peu refroidie.
    Il est en effet inadmissible de ne pas avoir le droit (!) de savoir ce que l’on met dans son corps…

    • Effectivement tout le monde n’a pas la même expérience avec la coupe menstruelle… de même qu’avec les tampons. De la même manière qu’on a pu galérer la 1ère fois avec un tampon, on peut avoir des difficultés les premiers temps où l’on essaye la coupe. Pour ma part, ça s’est passé sans souci- je me suis bien renseignée avant sur les modèles, les différents modes d’insertion, d’extraction… et avec toutes ces données en tête j’ai pu ajuster ce qu’il fallait sans peine. Néanmoins, aujourd’hui, l’idée d’avoir un bout de silicone qui bouche mon vagin des heures/jours durant me dérange donc j’ai décidé de passer au flux instinctif. Je pense que la serviette lavable est un bon compromis pour celles qui sont gênées par la coupe pour une raison ou une autre 🙂

  25. Ping : Pousses d’ici, de là #2 | Nous sommes tous des graines

  26. Ping : Le meilleur de 2015 | Échos verts

  27. Ping : 10 idées de bonnes éco-résolutions pour 2016 | Échos verts

  28. Lunesoleil dit :

    Elles sont jolies tes serviettes jetables de couleurs … celle de ma mère ne donnait vraiment pas envie de les utiliser … bravo pour cette révolution ❤💙💚💛💜

  29. Ping : Les alternatives aux tampons et serviettes hygiéniques jetables au banc d’essai | Small & beautiful ( – = + )

  30. Bikoo34 dit :

    Alors, moi, j’ai changé mes habitudes (serviettes jetables) pour des PliM il y a 2 mois. Cela faisait quelques temps que j’étais dégoûtée par les serviettes parfumées et je commençais à me poser des questions. J’ai cherché sur internet pour voir si ça existait en bio et là, je suis tombée dans le « monde caché » des protections lavables. PliM m’a tout de suite plu et le soir même, j’ai passé commande de 2 smart, 3 medium et 2 plus : un investissement certes, mais avant même de tester, je savais que ça me plairait car j’adhérais totalement à l’idée et au concept. Deux semaines plus tard, j’ai complété ma commande afin d’être équipée pour un cycle complet et éviter de faire tourner la machine à laver en permanence. Et je ne suis pas déçue, car les produits sont de très bonne qualité, se lavent très très bien, même après avoir passé une journée dans le sac à main !!!
    Alors bye bye Always et vive PliM !
    Bravo Capucine et merci !

  31. Ping : Serviettes hygiéniques lavables- mon expérience et mes astuces | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s