2 livres pour comprendre l’écosystème et le cycle féminins

Dans certaines sociétés, les différentes étapes du cycle féminin sont célébrées ou tout du moins reconnues comme étant des périodes significatives de l’existence d’une femme**. Ainsi, l’arrivée des premières menstrues peut être l’occasion de faire la fête, tout comme le début de la ménopause. Ces rituels sont bien souvent des rites de passage qui marquent la transition d’une phase à l’autre de la vie d’une femme. Ils sont aussi l’occasion pour les personnes concernées de vivre les changements physiques et émotionnels liés à chaque phase en pleine conscience et de trouver le soutien et les conseils dont elles peuvent avoir besoin auprès de femmes plus expérimentées.

Personnellement, on ne m’a jamais parlé de mon cycle. D’ailleurs, quand j’ai eu mes premières règles, j’ai mis 2-3 jours à réaliser pourquoi j’avais des taches dans ma culotte. J’en ai alors parlé à ma maman qui m’a indiqué où se trouvaient les serviettes hygiéniques et on en est resté là. Ayant toujours eu un cycle régulier, un flux peu abondant et très peu de douleurs, je ne me suis pas vraiment posé de questions. De toute façon, je ne sais pas à qui j’aurais pu faire part de mes interrogations. Non seulement le sujet des menstruations est très peu abordé publiquement mais c’est aussi un phénomène auquel on associe plusieurs idées négatives – saleté, impureté, mauvaises odeurs, contraintes, douleurs… Alors quand mes règles débarquaient chaque mois, je me sentais frustrée, je faisais de mon mieux pour les dissimuler et je me sentais soulagée et libérée une fois qu’elles étaient terminées.

Tout a changé lorsque, par souci écologique et sanitaire, j’ai remis en question l’usage des protections hygiéniques jetables. Je me suis alors petit à petit intéressée à l’équilibre et au fonctionnement de mon propre écosystème, de mon propre corps et de mon cycle menstruel en particulier. J’ai pris conscience de la complexité de ce dernier, de son pouvoir, de sa sensibilité et de son influence sur mon bien-être physique et émotionnel. Depuis, j’accueille mes règles avec davantage de bienveillance et je me familiarise petit à petit avec les différentes phases de mon cycle – début du cycle, ovulation, période prémenstruelle et règles. Ainsi, j’ai une meilleure compréhension des changements physiologiques et émotionnels qui s’opèrent en moi à chaque étape. Cela me permet de vivre chacune d’entre elles pleinement, en adaptant – autant que faire se peut – mon rythme et mes activités selon les atouts et les difficultés liés à chaque phase.

Pour approfondir ma découverte du cycle féminin, j’ai récemment lu deux ouvrages sur le sujet : Sagesse et pouvoirs du cycle féminin* de Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc et Les rythmes de la sexualité féminine* d’Elizabeth Davis. Bien que le sujet central soit le même, les autrices l’abordent avec une perspective assez différente et apportent chacune des informations très complémentaires.

Sagesse et pouvoirs du cycle féminin

de Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc

Sagesse et pouvoirs du cycle féminin* a été écrit à 4 mains : Marie-Pénélope Pérès est praticienne, enseignante et créatrice de la méthode “gynécologie holistique” et Sarah Maria Leblanc est herboriste clinicienne spécialisée en santé des femmes. Grâce à cette collaboration, les autrices offrent un ouvrage qui nous aide à nous familiariser avec notre cycle menstruel ainsi qu’avec les plantes qui peuvent nous être bénéfiques à différentes périodes.

Dans le premier chapitre, “Être une femme”, on découvre tout ce qui est propre au corps féminin. On fait le point sur la physiologie et les fonctions de différentes parties de notre corps (bassin, utérus, périnée, seins), on parle des règles et des sécrétions vaginales, du rôle des hormones, des produits toxiques et polluants à éviter, des aliments à privilégier ainsi que des plantes incontournables pour la santé féminine. Cette partie m’a permis de mieux visualiser l’anatomie de mon appareil génital, d’en comprendre son fonctionnement et de savoir comment le protéger naturellement.

Le second chapitre, “Bien vivre ma fertilité”, nous permet de comprendre en détail les périodes de fécondité et ainsi de mieux appréhender la procréation ainsi que la contraception. On commence par nous inviter à nous familiariser avec notre appareil génital et à observer attentivement les changements internes et externes qui ont lieu chaque mois. On nous explique comment identifier nos périodes de fécondité ainsi que l’intérêt de tenir un calendrier pour suivre l’évolution de notre cycle au fil des semaines. Quatre méthodes de contraception non agressives et naturelles sont présentées en détail et un programme-santé sur 3 mois est proposé à celles qui souhaitent retrouver leur cycle naturel après l’arrêt de la pilule ou le retrait d’un stérilet. Enfin, on nous présente les plantes qui peuvent aider à réguler le cycle hormonal, favoriser la fertilité, traiter les pertes blanches et tonifier l’utérus après un avortement. Si l’on souhaite procréer ou, au contraire, éviter de tomber enceinte, ce chapitre nous apprend à observer les différents changements qui marquent la phase fertile de notre cycle.

Pour terminer, le chapitre “Vivre en harmonie avec mon cycle” est un véritable guide pour apprendre à se familiariser avec les différentes étapes de notre cycle : avant, après et pendant les règles ainsi que pendant l’ovulation. Grâce à des histoires chargées de symbolisme, on nous aide à comprendre l’énergie et les besoins physiologiques propres à chaque étape du cycle. Les autrices nous recommandent des mouvements corporels ainsi que des plantes adaptés à chaque phase pour prendre soin de soi et si besoin, soutenir son corps. Ce chapitre nous permet de nous reconnecter à notre cycle, de comprendre son influence sur nos émotions et nos besoins et ainsi d’apprendre à être davantage à son écoute afin de vivre chaque phase aussi sereinement que possible.

Ce livre est un véritable guide théorique et pratique pour comprendre le fonctionnement, le rôle et l’impact du cycle féminin tout au long de notre vie et apprendre à vivre avec plutôt qu’à le subir. Les explications sont claires et précises et elles sont parfois étayées d’illustrations très utiles. On sent que les autrices sont guidées par leur passion pour la santé des femmes et leur désir profond de transmettre des connaissances accessibles pour nous permettre de vivre en harmonie avec notre cycle de manière autonome et naturelle.

Les rythmes de la sexualité féminine

d’Elizabeth Davis

Les rythmes de la sexualité fémininea été écrit par Elizabeth Davis, sage-femme et éducatrice en santé. Forte de plus de 30 ans d’expérience, l’autrice propose un ouvrage qui nous aide à la fois à comprendre notre sexualité mais aussi à faire un véritable travail d’introspection pour savoir en quoi notre contexte familial, social et culturel a pu influencer notre cycle et notre sexualité.

Dans le premier chapitre, Davis présente les hormones et leur rôle dans notre cycle, identifie les changements physiques ainsi que les oscillations des émotions et du désir à différentes phases du cycle puis explique en quoi certaines maladies peuvent l’influencer. Elle fait ensuite le tour des effets secondaires liés à différentes méthodes de contraception et décrit les changements hormonaux par décennies.

Les deux chapitres suivants sont liés à la sexualité durant la grossesse, l’accouchement et après l’arrivée du bébé. Elle explique en détail les changements physiques et émotionnels qui ont lieu à chaque trimestre de la grossesse et après l’accouchement tout en donnant des conseils pratiques pour se préparer à vivre au mieux ces différentes étapes de la maternité. Dans les trois chapitres qui suivent, Davis parle des transformations physiologiques et sexuelles qui peuvent nous toucher à la quarantaine, durant la ménopause et à un âge plus avancé.

Elle aborde ensuite un sujet douloureux et délicat : guérir des abus, des traumatismes et des deuils. Elle parle aussi bien d’abus sexuels, que de violence physique et psychologique et explique l’impact que ces traumatismes peuvent avoir sur la sexualité. Elle consacre également un chapitre au célibat avant de terminer avec une série de questions en lien avec différentes étapes de la vie. Elle nous invite à prendre le temps de répondre à celles par lesquelles nous sommes concernées afin de prendre conscience de nos trames psychosexuelles et de trouver notre propre rythme.

Bien que j’aie résumé le contenu de ce livre en 3 paragraphes, il s’agit d’un ouvrage très dense et détaillé. Les connaissances de l’autrice sont enrichies par diverses références scientifiques mais surtout par les nombreux témoignages de ses patientes – hétérosexuelles et homosexuelles – qui illustrent bien ses propos tout au long du livre. Elle nous décrit aussi la manière dont peuvent être appréhendées certaines étapes de la vie d’une femme (menstruations, grossesse, ménopause) dans différentes sociétés et cultures. Par ailleurs, elle porte un regard critique sur les inégalités qui continuent de régner entre les hommes et les femmes et nous donne quelques clés pour les surpasser. Elle déplore également certaines conventions médicales qui tendent à affaiblir plutôt qu’à se servir des forces que chacune d’entre nous possède pour faire face à certaines difficultés. Ce livre est donc à la fois une mine d’informations pour comprendre l’évolution de notre sexualité et de notre cycle tout au long de notre vie mais aussi une belle source d’inspiration pour remettre en question les croyances et les préjugés diffusés dans nos sociétés patriarcales, sexistes et surmédicalisées.

Si vous voulez en savoir plus sur votre écosystème féminin, si vous souhaitez apprendre à maîtriser votre fertilité naturellement, si vous aimeriez vivre chaque phase de votre cycle plus sereinement, je vous recommande vivement ces deux ouvrages, quel que soit votre âge.

** Je suis consciente que toutes les personnes ayant un système reproducteur de sexe femelle ne s’identifient pas au genre féminin mais j’ai eu du mal à aborder ce sujet autrement qu’en utilisant l’adjectif « féminin » et le nom « femme ». Sachez toutefois que malgré l’usage de ces mots genrés, je souhaite que toutes les personnes – femmes, hommes trans, individus non-binaires etc. – qui traversent le cycle féminin, indépendamment de leur genre, se sentent incluses. Si vous avez des suggestions pour aborder ce sujet avec des mots plus inclusifs, n’hésitez pas à m’en faire part.
* Si ces livres vous intéressent, pourquoi ne pas suggérer à votre bibliothèque de quartier de les ajouter à sa collection ? Si vous souhaitez les acheter, je vous invite à les réserver auprès de la librairie la plus proche de chez vous et si vous n’avez vraiment d’autre choix que de passer par internet, vous pouvez les commander via le site de la librairie française Décitre (lien affilié*). Pour en savoir plus sur les liens d’affiliation, RDV sur cette page.

Avez-vous lu ces livres ou en avez-vous lu d’autres sur ces sujets ? Vous intéressez-vous à votre écosystème féminin ?

Cet article, publié dans Bien-être, Lu, vu, entendu, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour 2 livres pour comprendre l’écosystème et le cycle féminins

  1. Anne dit :

    Ce sujet est extrêmement intéressant, je déplore qu’aujourd’hui encore (ou il y a quelques années 😉 ), certaines jeunes filles ne sachent pas à qui parler lorsque leur puberté survient. J’ai la « chance » d’avoir des parents médecins, inutile de dire que le fonctionnement du corps n’a jamais été tabou à la maison (bon, par contre, les discussions sur les pathologies du rectum à un repas d’anniversaire, je m’en serai passée!).
    Une petite pierre dans le jardin: les méthodes de « contraception » naturelle ont une efficacité bien moindre que les méthodes « médicamenteuses » car peu de femmes ont une ovulation parfaitement régulière… J’attends avec impatience la création de préservatifs biodégradables (si, si la capote au compost, ça aurait du sens 🙂 ). En plus, chacune d’entre nous a une fertilité différente: choisir la contraception naturelle à 20 ans et à 35 ans, ce n’est pas la même chose!

    • Un préservatif biodégradable, ce serait super pour remplacer les préservatifs actuels effectivement !
      Pourrais-tu partager tes sources concernant le fait que « les méthodes de « contraception » naturelle ont une efficacité bien moindre que les méthodes « médicamenteuses » ». J’aimerais beaucoup approfondir la sujet !
      Par ailleurs, en quoi le fait que l’ovulation soit irrégulière empêcherait l’usage d’une méthode telle que la symptothermie en toute sûreté puisque celle-ci permet justement de savoir – entre autres – lorsqu’on ovule ou pas ? Tu sembles très renseignée sur ces questions donc ton expérience et tes connaissances m’intéressent ! Merci 🙂

    • Anne dit :

      Choisir sa contraception.

      Pour ce qui est de repérer ses périodes d’ovulation, c’est une question de statistique: tu peux ovuler 25 fois à J 14, mais la 26ème fois à J12…. ou alors sans préservatif, tu peux avoir un rapport à un moment où tu n’es pas fertile, mais comme les spermatozoïdes peuvent survivre jusqu’à 72h, ça peut « coller » à une ovulation. Il en suffit d’un 😉

    • J’aurais bien aimé savoir d’où viennent les données de ce tableau.
      Merci pour ta réponse en tout cas.

  2. myriam dit :

    Merci Natasha, j’avais déjà noté le livre sur les rythmes de la sexualité féminine lors de ton post sur IG. Je vais me renseigner pour savoir s’ils les ont à la bibli. des bisous

  3. Sev dit :

    Je te conseille aussi Lune Rouge (Red moon) de Miranda Grey, qui a une dimension un peu ésotérique, mais aussi très intéressant.

    • Merci pour cette suggestion ! J’en ai entendu parler, mais je n’ai pas eu l’occasion de le lire. Pourrais-tu me dire ce qu’il ta apporté ?

    • Sev dit :

      En fait ce livre explore les figures mythiques, surtout grèques et celtiques, liées à la féminité et au cycle menstruel. Ca permet de comprendre la nature cyclique de la femme, contrairement à la nature linéaire de l’homme. Il y a des exercices pratiques pour comprendre d’abord comment notre cycle influence notre humeur et notre énergie, et aussi pour nous aider à déterminer dans quel domaine on est le plus efficace à tel moment de notre cycle. Donc du coup si tu remarques, sur trois (ou plus) cycles que quand tu fait telle activité à tel moment du cycle, tu la fais super bien, mais pas à tel autre moment, tu vas pouvoir optimiser cela.
      Il y a donc un aspect mythique ainsi qu’un aspect très pratico-pratique dans ce livre.
      Ca fait d’ailleurs longtemps que je voulais écrire dessus, c’est peut-être l’occasion 🙂
      le livre n’est pas très long mais soulève beaucoup de réflexion, donc il faut le temps de digérer chaque chapitre.

    • Merci pour ces détails !
      C’est un sujet également abordé dans ces deux ouvrages et c’est un aspect qui m’intéresse particulièrement. Je garde donc cette référence en tête 🙂

  4. Emma dit :

    Merci pour la présentation de ces deux livres.J’ai 38 ans , 3 enfants et je ressens vraiment le besoin d’en apprendre d’avantage sur mon cycle (il était temps 🙂 ). C’est fou car avant d’avoir mes enfants je ne m’étais jamais posée la question.Je faisais comme tout le monde pilule, serviette parfois tampon. Depuis que je creuse le sujet je suis parfois surprise d’avoir eu autant d’ignorance par rapport à mon propre corps. Aujourd’hui tout est différent et je regrette parfois de ne pas avoir creusé le sujet avant car finalement comme tu dis dans ton article on vit mieux et différemment son cycle quand on connait son corps. Je suis aussi intéressée par les méthodes de « contraception » naturelle comme la la Symptothermie et je suis en pleine réflexion pour suivre un accompagnement. Pour finir encore merci pour ce partage et cet article qui comme d’habitude est très pro et enrichissant.

    • J’espère que tu trouveras un accompagnement adapté et qu’au fil du temps, tu auras le sentiment de connaître ton corps de mieux en mieux. J’aurais moi aussi tellement aimé me poser ces questions et découvrir ce genre d’ouvrage plus tôt…

  5. Titou dit :

    Merci Nathasha pour ces deux ouvrages ! J’avais commencé il y a quelques temps « Sagesse du cycle féminin » qui effectivement permet de s’approprier davantage son corps et de lire ce dont on ne parle presque jamais. Personnellement, « Lune Rouge » de Miranda Grey m’a aussi beaucoup apporté, moins sur le côté scientifique, mais plus sur le côté du ressenti. Elle décrit les différents états qui caractérisent les différents périodes du cycle et elle les mets en relation avec notre vie quotidienne, suggérant que celle-ci soit moins linéaire, mais fonctionnant davantage par vagues (les 4 phases du cycle). Cela m’a permit de comprendre pourquoi à certains moment j’étais ouverte sur le monde (moment de faire des projets), pourquoi à d’autres je dormais une heure de plus (moment de se retirer pour murir et maturer), pourquoi je portait telle couleur à tel moment (moment d’aider les autres)…Des choses qui paraissent évidentes au premier abord, au final elle apprend à les noter et les conscientiser et s’en servir dans la vie de tous les jours comme un atout.

    • Je suis moi aussi particulièrement intéressée par une meilleure compréhension des différentes phases de mon cycle afin de mieux adapter mes activités à chacune d’entre elles. Ce n’est pas toujours évident car certains impératifs du quotidien et de la société dans laquelle on vit nous empêche d’avoir ce genre de flexibilité… Mais je fais au moins en sorte d’adapter les plages de temps que je maîtrise au quotidien aux atouts de chaque phase.

  6. oderealite dit :

    Après lecture d’un de tes post j’ai acheté et suis en train de lire sagesse et pouvoir du cycle féminin. Je pense que je lirai l’autre référence prochainement. Merci pour tous ces partages, ces échanges et ces infos. ça fait un bien fou !

  7. Un super-giga-mega-gros (j’exagère ? Non, même pas !) merci Natasha pour cet article !

    Je cherchais justement, il y a quelques mois, des livres pour explorer ce genre de sujets et renouer avec toute cette « part » de moi-même que je connais si mal – et que j’ai tellement maltraitée et malaimée (merci le patriarcat). Difficile de faire un choix un tant soit peu éclairé parmi la littérature existante, si réduite soit-elle. Du coup, j’avais laissé ça de côté. Grâce à toi, je vais pouvoir me cultiver sur le sujet ! J’en suis toute excitée !

    Pour en revenir à ton propos introductif, je n’ai pas souvenir qu’on m’ait plus parlé que ça de mes règles, petite. J’ai eu droit aux explications de base, rien de plus poussé, et certainement pas de paroles rassurantes ou bienveillantes à cet égard. Je regrette sincèrement que notre société nous coupe toutes (ou presque) et à ce point de cette part de notre identité en la diabolisant et en en faisant quelque chose de sale, honteux et répréhensible. Et c’est tellement ancré en nous qu’à moins de passer par des « voies détournées » (dans ton cas comme dans le mien : l’écologie et la santé), on n’aurait pas idée de remettre tout ces « acquis » en question (est-ce que je suis en train de généraliser mon propre cas ?)… Sans compter les dommages collatéraux sur l’amour-propre et la confiance en soi. Avec la moitié de la population qui se considère comme sale une semaine par mois, les progrès sociaux depuis le Moyen-Âge feraient presque petite mine.

    Pour l’anecdote, j’ai décidé depuis mon dernier cycle d’accueillir avec joie l’arrivée de mes menstrues, preuve que tout va bien. C’était peut-être un simple hasard, mais j’en ai beaucoup mieux vécu ces quelques jours habituellement peu agréables !

    Bon, j’arrête là ma logorrhée : encore merci, et belle journée à toi ! 🙂

    • Je t’en prie Anne-So ! Cela me fait vraiment plaisir de savoir que ce simple partage te fasse autant plaisir !
      Je pense malheureusement que l’on peut faire de notre cas une généralité… avec quelques exceptions bien sûr !
      Accueillir mes règles avec bienveillance a été l’un de mes premiers pas vers le développement d’une relation saine avec mon corps et je vis bien mieux chaque phase de mon cycle depuis.
      Je te souhaite une lecture très enrichissante 🙂

  8. Sainbiozen dit :

    Bonjour,

    J’ai vraiment adoré cet article et il m’a donné envie de lire les livres en question, surtout le premier, notamment la partie sur les cycles et le symbolisme, ainsi que les méthodes de contraception naturelles.
    Cela fait un petit moment que je m’intéresse à une approche plus holistique de la féminité, la sexualité et le cycle de reproduction, mais ce n’est pas toujours évident de se retrouver dans la jungle du net avec toutes les infos, tous les courants de pensée et malheureusement les infos intox ! Mais ce livre me paraît parfait pour appréhender tout ça, merci pour cette fiche lecture 🙂

    J’ai d’ailleurs adoré l’article du palais savant sur ce thème, qui m’a donné envie d’approfondir, voici le lien.
    Le connaissais tu ?

    Cela fait un petit moment que je connais Échos Verts, je pense m’y replonger 🙂

  9. Elodie dit :

    Merci pour cet article !
    J’ai acheté Sagesse et pouvoirs du cycle féminin lorsque je l’ai vu sur ton instagram et j’ai pris plaisir à le lire. Je l’ai trouvé vraiment top, une mine d’informations et de conseils pour vivre au mieux et de façon naturel son cycle. Même si le sujet reste encore tabou pour la plupart des gens, c’est chouette de trouver des livres qui permettent de comprendre plutôt que de « subir » nos cycles hormonaux.
    Je suis en train d’hésiter à acheter le second !
    J’avais également lu ton article sur le flux instinctif, il faudrait que j’essaie, il y a juste à s’y mettre !

  10. Eve dit :

    J’ai lu un article intéressant sur le cycle féminin, qui m’a bien aidée à comprendre pourquoi et comment mes émotions variaient selon la période du mois: « le sens caché du cycle menstruel », sur le blog « le palais savant ». Il est inspiré du livre de Miranda Gray.

    J’en ai lu un autre, sur les préservatifs: « se protéger bio et vegan, c’est possible », sur le site « mes courses pour la planète », dont les articles toujours fouillés et argumentés sont riches en enseignements.

    Et puis, j’ai découvert il y a quelques mois une liste de soignants bien particulière, tournée vers le féminin: Gyn&Co.
    L’introduction de leur site explique leur démarche: « Nous sommes un groupe de militantes féministes et nous en avons marre des soignantEs ayant des pratiques sexistes, lesbophobes, transphobes, putophobes, racistes, classistes, validistes, etc. Nous avons donc mis en place Gyn&Co pour mettre à disposition une liste de soignantEs pratiquant des actes gynécologiques avec une approche plutôt féministe (qu’il s’agisse de gynécos, de médecins généralistes ou de sages-femmes). « 

    • Je te remercie pour la découverte du site Gyn&co ; je ne vis pas en France donc je ne pourrai m’en servir malheureusement, mais je suis certaine que cela sera utile à d’autres personnes qui passeront pas là 🙂

  11. Concernant les affections gynécologiques j’ai dans ma bibliothèque santé le livre  »mamamelis » de Nina Rissim, qui propose une méthode d’observation et des protocoles de soins basés sur la phytothérapie. Je recommande. Merci pour ce partage très intéressant !

  12. Angelilie dit :

    Un beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N’hésitez pas à venir visiter mon blog (lien sur pseudo)
    au plaisir

  13. Camille dit :

    Super intéressant tout ça, je vais voir si je trouve ces livres ici !
    J’ai un rapport très conflictuel avec mes règles, pas forcément tabou, mais je ne supporte pas cette période. Je n’ai pas des règles douloureuses, tout au plus très abondante le premier jour, mais avec des cycles très irréguliers, donc ce n’est même pas la norme, je n’ai pas de gros SPM, mais je me sens toujours très « handicapée » quand j’ai mes règles et j’avoue que j’aimerai bien essayer de me réconcilier un peu avec tout ça. Merci pour ces partages de lecture, donc !

    • J’espère sincèrement que tu parviendras à vivre tes règles plus sereinement… Pour moi, cela est en partie passé par une compréhension approfondie du cycle menstruel. Savoir ce qui se passe dans mon corps, savoir comment, savoir pourquoi m’a aidé à percevoir mes règles comme un mouvement naturel et bénéfique de mon corps de femme 🙂

  14. Vala dit :

    C’est vrai que lorsque l’on commence à s’intéresser à la question, on se rend compte que c’est passionnant. Evidemment, maintenant j’ai envie de lire ces deux livres! 🙂

  15. poli dit :

    Ton article m’a passionnée !!! Merci du partage de ces lectures.
    Quant à moi, j’ai pris la pilule pendant 15 ans environ. Nous avons souhaité avoir des enfants quand j’ai eu 37 et 40 ans. J’ai arrêté la pilule pour ne jamais la reprendre après la naissance de mon premier enfant.
    Ma seule méthode de contraception a été d’observer ma glaire cervicale qui m’indiquait très précisément ma période d’ovulation, et donc de fertilité. Ça a très bien fonctionné pour mes deux enfants, que j’ai eus exactement quand nous le souhaitions.
    Ça a aussi fonctionné pour ne plus avoir d’autres enfants, il nous suffisait de ne pas avoir de rapports durant les 2-3 jours d’ovulation et de profiter pleinement de tous les autres jours infertiles, ce qui en laissait beaucoup ! Sans pilule ni préservatif !

    • Je t’en prie poli, cela me fait très plaisir de savoir combien cet article t’a intéressée ! Merci d’avoir partagé ton expérience avec la contraception naturelle… face à laquelle tellement de personnes sont hyper sceptiques à mon plus grand regret !

  16. Ping : Prendre soin de soi | Échos verts

  17. kellyac dit :

    Je me sens assez coupée de mon cycle naturelle par la pillule, parfois je me dis que c’Est dommage, mais la sécurité que cela me donne, et la possibilité d’Avoir toujours mes régle le dimanche continuent à dépasser les inconvénients dans ma tete. Si mes régles ne sont pas vraiment douloureuses, j’ai toujours un énorme coup de fatigue la veille de mes régles, alors pouvoir faire une grasse matinée + une sieste, c’est le bonheur.
    Je n’ai pas vraiment pu parler de mes regles non plus jusqu’à trouver mon chéri. On se parle de tout, et il est bien plus à l’écoute de son corps que moi, meme si avec le temps j’ai bien évolué grace à lui.

    • Je n’ai jamais pris la pilule mais j’imagine en effet que cela n’aide pas forcément à se connecter à son corps.
      En tout cas, c’est super que ton compagnon t’aide à être plus à l’écoute de son corps 🙂

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s