Livre VGL⎜Healthy Vegan de Marie Laforêt

Il y a quelques semaines, j’ai vu un reportage au sujet du véganisme qui m’a quelque peu chiffonnée car il donnait une image vraiment négative et faussée de l’alimentation végétale. En mettant en avant les produits transformés tels que les simili-carnés, le reportage laissait croire que les végétalien.ne.s se nourrissaient essentiellement de substituts de viande bien moins intéressants que la chair animale sur le plan nutritionnel et pas forcément très sains.

Pourtant, cela fait environ 3 ans que je mange végétalien et je n’ai personnellement jamais cuisiné de simili-carnés, préférant préparer moi-même mes plats protéinés à base de légumes secs en tous genres- légumineuses, lentilles, pois… Car manger végétalien ne signifie pas qu’il faut forcément “remplacer” les steaks, les saucisses ou les escalopes qu’on avait l’habitude de manger par des contrefaçons à la composition douteuse. Manger végétalien, c’est simplement se nourrir des trésors du monde végétal : des fruits, des légumes, des herbes aromatiques, des plantes sauvages, des champignons, des céréales, des pseudo-céréales, des graines, des fruits à coque, des fruits secs, des oléagineux… C’est se nourrir de toutes ces plantes que la nature met à notre portée et grâce auxquelles on peut répondre à tous nos besoins nutritionnels (en dehors de la vitamine B12). Nul besoin donc de manipuler ces produits naturels de base et d’y ajouter des exhausteurs de goûts, des conservateurs ou des colorants artificiels pour en faire des “aliments”. Bien au contraire, moins on les transformera, plus on profitera de leurs bienfaits et plus on se régalera !

La cuisine végétalienne peut donc être tout à fait saine et naturelle et c’est ce que Marie Laforêt a merveilleusement bien mis en avant dans son livre Healthy Vegan. Dans cet ouvrage de 500 recettes, l’auteure fait la part belle aux aliments qui nous font du bien : exit donc les farines blanches, les sucres raffinés et les aliments industriels riches en sel, en huile hydrogénées, en gras saturés, en édulcorants et en additifs et place aux fruits et légumes frais, aux céréales complètes, aux produits sucrants naturels, aux aliments colorés ainsi qu’aux herbes, aromates et épices aux saveurs variés !

Dans la première partie du livre, Marie présente les bases d’une cuisine plus éthique et plus saine. Elle passe en revue les aliments à éviter et à privilégier, elle donne un aperçu des portions de chaque catégorie d’aliments végétaliens à consommer au quotidien, elle nous explique quels matériaux et appareils privilégier et enfin elle met en avant les ingrédients phare d’une cuisine végétalienne saine. Si vous ne connaissez rien ou pas grand chose à ce genre de cuisine, ces premières pages vous seront certainement très utiles pour vous familiariser avec l’usage et l’intérêt nutritionnel d’ingrédients généralement peu utilisés traditionnellement, mais pas moins intéressants pour autant, tels que le chou kale, les graines de chanvre, le tofu, l’agar-agar, les graines germées, les algues etc.

Dans la seconde partie, Marie nous invite à “explorer de nouveaux horizons” en nous faisant découvrir les recettes stars de la cuisine saine telles que le greenola au kale, le bacon de noix de coco, la pâte à pizza au chou-fleur, le layer smoothie… Elle nous dévoile également les techniques pour cuisiner végétalien, sans gluten, cru, avec un blender, un extracteur de jus, un déshydrateur, une mandoline et un spiraleur. Bien qu’elle propose plusieurs recettes avec ces différents appareils à travers son livre, la grande majorité d’entre elles ne nécessite aucun matériel. Bon nombre de recettes de boissons, sauces, tartinades etc. requièrent toutefois l’usage d’un blender- si vous n’en avez pas et que vous souhaiter en acheter un, vous trouverez des conseils utiles pour choisir celui qui répondra le mieux à vos besoins dans la première partie. Enfin, les dernières pages de cette section sont consacrées à la cuisine vivante ; on y retrouve donc des recettes autour de la fermentation, de la germination et des probiotiques. 

Dans la troisième partie, Marie nous propose de “réinventer la cuisine du quotidien” avec une centaine de pages de recettes à la fois simples et originales pour le petit déjeuner, les petits creux de la journée, le déjeuner et le dessert. Les recettes de cette section sont très bien pensées car la plupart constituent des encas et des repas faciles à emporter, ce qui est fort pratique lorsqu’on n’est pas chez soi toute la journée et qu’on veut s’organiser pour manger des snacks et des plats sains et faits maison malgré tout. Ainsi, on pourra emporter un porridge avoine-sarrasin-amande ou des barres de granola aux fruits secs et noix de cajou pour le petit déjeuner, une salade de petit épeautre, courge rôties et tofu mariné ou bien une salade de choux de Bruxelles poêlés au quinoa pour le déjeuner, ou encore des muffins choco-betteraves et des scones complets aux baies de Goji pour le goûter.

Dans la dernière partie intitulée “dîners et repas à partager”, Marie nous prouve que la cuisine végétalienne peut-être à la fois saine, chaleureuse, réconfortante et conviviale avec une centaine de pages de recettes d’apéritifs, d’entrées, de salades, de plats chauds, de mets festifs, de gourmandises et de desserts. Moi qui manque parfois d’inspiration pour l’apéro, j’y ai trouvé de belles idées comme les crostinis au fromage d’amande et pesto de pourpier, la crème d’aubergine au miso ou encore la crème de betteraves poêlées au sésame. Les recettes de dîners pour tous les jours sont divisées en 10 sections- plats uniques, céréales, légumineuses, soupes, légumes, pâtes, tartes salées et pizzas, junk food façon healthy, pains et fromages- et montrent que la préparation d’un repas sain et savoureux ne demande pas forcément beaucoup de temps ni beaucoup d’ingrédients.

Comme dans son livre Vegan, on trouve deux index à la fin. L’index par ingrédient est très pratique car il permet de trouver des recettes en fonction des aliments que l’on a sous la main ou que l’on a envie de cuisiner. Quant à l’index alphabétique des recettes, il aide à retrouver rapidement celles que l’on connaît déjà et permet également de voir en un clin d’oeil quelles recettes contiennent du gluten- un peu moins d’une centaine sur 500 recettes au total. Les recettes qui contiennent du gluten sont souvent réalisées à base de farines anciennes telles que l’épeautre et le blé khorasan. Moi qui suis intolérante au blé, j’ai pu y trouver mon bonheur !

Ce livre a très rapidement rejoint la pile de mes favoris et je crois bien que si je devais n’en garder qu’un seul dans ma bibliothèque culinaire, ce serait celui-là ! Certaines recettes sont devenues des incontournables chez nous, comme le fromage de cajou au piment fumé que j’aime bien proposer en apéro et le pizza mix au bout goût d’olives et de tomates que l’on peut parsemer sur toutes sortes de plats. J’y pioche de l’inspiration très régulièrement car les recettes correspondent vraiment à ma manière de cuisiner, avec beaucoup d’ingrédients bruts, sains et frais que l’on peut trouver sans difficulté à l’épicerie bio. Les recettes m’ont également donné envie de tester de nouveaux ingrédients et types de plats. C’est aussi agréable de feuilleter ce livre, juste pour le plaisir des yeux : comme d’habitude, Marie met très joliment ses créations en avant et les photos de cet ouvrage qui débordent de fraîcheur et de couleurs m’ont particulièrement plu.

Si ce livre vous intéresse, vous pouvez le commander sur le site des Éditions La Plage, dans la librairie la plus proche de chez vous ou pourquoi pas demander à votre bibliothèque de quartier de l’ajouter à son rayon d’ouvrages culinaires ? Vous pouvez également suivre Marie sur son blog 100% végétal.

Quel(s) livre(s) de Marie Laforêt connaissez-vous ?

Cet article, publié dans Alimentation, Lu, vu, entendu, Recettes végétales, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

51 commentaires pour Livre VGL⎜Healthy Vegan de Marie Laforêt

  1. Gwen dit :

    Coucou,
    Healthy vegan est aussi mon livre de cuisine vg favoris. Il correspond parfaitement à ma manière de cuisiner. C’est ma bible, avec tout sans gluten de Cléa et Des soupes qui nous font du bien. Je conseille ces 3 la à tout le monde !
    Belle journée

  2. Résé dit :

    je l’ai, je ‘ai !!
    pas encore testé de recettes, j’en suis au stade de cocher/noter 😀

  3. Elsa R. dit :

    Chouette présentation ! Je privilégie également les légumineuses, céréales… aux simili-carnés. Toutefois, j’aime bien de temps en temps faire une potée avec du tofu fumé ou des lasagnes avec des protéines de soja texturées. C’est tout ce que je prends en général. Pour le seitan, il est possible de le faire soi-même. C’est mon ami Charlie du blog Peace Off Meat qui m’a appris à le faire. Je n’en fais pas régulièrement mais c’est bien pratique parfois quand on vit avec un omnivore. Sinon, j’ai le livre Vegan depuis plus d’un an et je l’adore. Je l’utilise au quotidien et je m’en sert beaucoup pour constituer mes menus de la semaine. Il y a de tout mais globalement les recettes restent simples. J’avais peur qu’il ressemble trop à Vegan mais ça n’a pas l’air d’être le cas. J’avoue que les crostinis au fromage d’amande tentent bien 🙂 ! Je me laisserai sûrement tenter. Le double-index est juste génial, il permet vraiment de retrouver une recette rapidement. Ce sont des livres qui mettent vraiment en valeur la cuisine végétalienne et montrent que les vegans ou végé ne mangent pas que des fruits, des légumes et des pâtes et ça c’est chouette ! J’avais d’ailleurs prêté Vegan a une collègue et elle ne pensait pas que la cuisine vegan pouvait être aussi riche :). Elle a pris plein de recettes et on me demande de temps en temps des recettes de terrines végétales (celle de Peace Off Meat est une tuerie), de mousse au chocolat faite avec du jus de pois chiches (ils sont intrigués), des crackers et dips pour l’apéro. Bref, des plats qu’ils découvrent au fil de mes repas ou de repas partagés. C’est génial de pouvoir partager tout ça ! Ce livre viendra très certainement s’ajouter à ma wishlist spéciale livres de cuisine.

    • Je cuisine aussi avec du tofu et des protéines de soja texturées- les simili-carnés auxquels je faisais allusions sont ceux que l’on trouve sous forme de « steaks », « nuggets » etc. et qui ne contiennent pas que des ingrédients sains et naturels.
      Ce livre est bien différent de Vegan puisque les ingrédients de base se veulent aussi bruts et sains que possible (donc pas de seitan, margarine, sucre raffiné, très peu de farine de blé) mais on retrouve tout de même des recettes au style similaire. Je préfère désormais Healthy Vegan à Vegan.
      C’est super que ta cuisine et tes livres inspirent ton entourage à découvrir la cuisine végétalienne 🙂

  4. Ping : Mes 10 livres de cuisine VG préférés de l’année 2016 | Échos verts

  5. VégéAudrey dit :

    Merci pour cet article bien détaillé et très intéressant 🙂 je possède déjà ce livre, et je confirme il est super intéressant riche en recettes et informations pertinentes sur le manger sain 🙂

  6. Estelle dit :

    une chouette présentation d’un bien beau livre!
    j’ai eu la joie de le recevoir de mon amoureux (mangeur de viande mais testeur de mes recettes VGL, presque toujours de bon coeur 😉 ) à Noël, et depuis j’y ai puisé plusieurs fois des recettes super chouettes. Nous avions des amis à diner samedi passé, et j’ai eu grand plaisir à cuisiner une pizza VGL avec une bonne pâte SG (un peu friable, mais je n’ai pas mis de gomme de guar car je n’en avais pas.) issue du livre de Marie. J’ai tout de même craqué sur un « simili jambon » et de la « mozzarisella » de Satoriz, ainsi que quelques bouts de « saucisse » VGL d’Alnatura, car je voulais proposer une variante proche des goûts « omni ». Je crois que c’était réussi, car tout le monde a aimé!
    juste pour dire que ce fabuleux livre donne d’excellentes bases et idées pour se faire plaisir, tant à cuisiner qu’en mangeant!
    je te souhaite de bien t’amuser grâce à ces 500 recettes saines Natasha!
    toute belle journée 🙂

  7. Céline dit :

    J’adore ce livre aussi, je l’ai eu récemment et je fais pas mal de recettes pour le midi en semaine ça m’aide beaucoup 🙂

  8. Merci pour cet article qui permet d’avoir un point de vue éclairant sur ce livre. Je l’ai aperçu dans ma librairie, mais n’ai pas eu la curiosité d’y jeter un oeil, je craignais qu’il soit trop similaire à Vegan ! 😉

  9. Nat dit :

    Nous avons du voir la même émission qui ma un peu agacée :o) Et au bout du compte je me suis dis que ceux qui débutent ont peut être du mal à se passer du schéma habituel « protéines avec quoi » là ça ne change pas leurs habitudes d’accompagnement. Même si il me semble que ce n’est pas la « bonne » démarche pour se passer de viande car cela y ressemble un peu trop, sans compter les cochonneries qu’il y a dans ces similis et le pont d’or aux grandes entreprises :o) Merci pour ce beau partage enthousiaste pour le livre de Marie Laforêt ! Je ne l’ai pas encore celui ci parce que je le trouvais trop épais, mais ça ne saurait tarder tellement tu as été convaincante ! Bonne fin de semaine.

    • Ah la la, si tu savais comme cette émission m’a énervée en fait- le pire c’est que j’en ai entendu parler avant sa diffusion grâce aux pages engagées que je suis sur FB et qui ne se doutaient certainement pas du contenu au vu du titre très trompeur… Bref, ça m’a doublement énervé !
      A la base, je n’ai rien contre le fait de consommer des simili-carnés car effectivement il peuvent aider celles et ceux qui le souhaitent à réduire leur consommation de chair animale- mais ce qui m’a frustré c’est la manière dont le reportage les a présentés, comme s’il s’agissait de la base de l’alimentation végétale ! Après, il est évident qu’il vaut mieux éviter d’en consommer quotidiennement !
      Belle fin de semaine à toi également 🙂

  10. Lucile dit :

    Merci pour cet article, je vais voir si je peux suggérer à ma bibliothèque de faire l’acquisition de ce livre ! Merci surtout pour le lien que tu as mis vers la B12, j’ai appris pas mal de choses ! Notamment que les animaux d’élevage ne produisent pas de B12 par eux même ! J’étais abasourdi en lisant cela. Je savais qu’ils étaient supplémentés, mais je pensais qu’ils en produisaient tout de même un peu. Bref, cet article soulève ne moi beaucoup de questionnements, et me fait repenser mon jugement hâtif sur le fait de se sustenter (je n’aimais pas l’idée), et bien évidemment sur mon alimentation, flexitarienne (je cuisine souvent végétalien et sans gluten pour mon copain et par conséquent pour moi-même, mais je consomme parfois des produits animaux chez moi, et quelques fois de la viande à l’extérieur… bref, c’est un peu le « bordel » et je ne suis pas encore assez renseignée sur les questions diététiques !).

    • Je suis contente de savoir que ce lien au sujet de la B12 t’a intéressé !
      J’ai moi aussi pendant un temps été critique du végétalisme car je ne trouvais pas cela naturel d’être obligé de prendre un comprimé de B12 pour éviter les carences… jusqu’à ce que je réalise que les animaux d’élevage étaient également supplémentés en B12 ! Cette prise de conscience m’a aussi permis de réaliser l’ampleur des dégâts environnementaux- c’est effrayant de se dire que l’obtention naturelle d’une vitamine qui nous est vitale n’est plus possible à cause de la destruction des sols…
      Tes habitudes alimentaires n’ont rien d’un bordel… il s’agit d’un cheminement et je trouve cela plutôt sage et important que tu prennes le temps de te renseigner avant de décider d’adopter un régime alimentaire différent de celui auquel tu as été habituée 🙂

  11. nadine06 dit :

    Bonjour !
    Moi aussi ma moitié m’a acheté ce livre et je suis tombée en amour devant la recette du fromage de cajou au piment fumé(que je fais sans piment fumé ;-)) que je fais et refais depuis… un régal, aussi avec de l’ail des ours ou de la poudre d’ail….

  12. CAROLE dit :

    bonsoir,
    Je suis encore omnivore mais cela fait son petit bonhomme de chemin dans ma petite tête…J’ai pu participer à un stage très intéressant la semaine dernière sur l’alimentation avec un naturopathe (Heilpraktiker) et oui il pense que la majeure partie de notre alimentation doit être composée de fibres. A la question sur les laitages et comment s’en passer car ils contiennent du calcium dont nous avons besoin : on peut se passer, et on doit s’en passer (sauf pour se faire plaisir parce que c’est important aussi), car on peut trouver du calcium en quantité suffisant dans nos légumes. En effet les agriculteurs marnent leurs champs avec de la calcite et cette calcite est absorbée, assimilée par les végétaux. en plus on peut aussi trouver du calcium dans les eaux minéralisées.
    La plus grosse difficulté pour moi, c’est le budget (5 à la maison, dont 2 ados et demis qui n’aiment pas trop les nouveautés).
    Donc petit à petit, j’y travaille : avec ton article au sujet du lait d’or, j’ai commencé à acheter du lait d’avoine et d’amande, à saupoudrer pas mal de plats de curcuma. Ton article sur les graines germées que j’ai relu récemment m’a décidée à acheter le livre et le matériel (ça arrive demain !).
    Peut être l’achat de ce livre que tu présentes.
    M’intéresseraient aussi mais peut-être que tu l’as déjà fait un article sur la l’alimentation crue en bocal (plein de bonnes choses si j’ai bien compris) et un autre sur un livre de recettes saines avec justement des épices bonnes pour la santé (un livre de cuisine indienne ?).
    En tous cas un grand merci pour ton aide et tes partages d’expériences si précieuses ! Bonne soirée :-))

    • Bonjour Carole,
      En effet, la manière dont sont promus les produits laitiers laisse à penser qu’ils sont la seule et la meilleure source de calcium. C’est du marketing. Car de nombreux aliments d’origine végétale en contiennent. Il y a d’ailleurs tout un livre de recettes consacré à ce sujet appelé Calcium Végétal (je ne l’ai pas par contre donc je ne peux te donner mon avis dessus).
      Je suis contente que certains de mes articles te permettent d’explorer l’alimentation végétale !
      Je ne connais pas l’alimentation crue en bocal- qu’est-ce que c’est ? Je dois admettre que l’alimentation crue ne m’intéresse pas de manière générale car je digère très mal ce qui est cru et j’ai besoin de manger chaud, été comme hiver.
      Par contre j’adore la cuisine indienne et les épices… mais je n’ai pas de livre à ce sujet non plus (j’ai une famille indienne, c’est encore mieux !).
      Belle journée à toi !

    • CAROLE dit :

      L’alimentation crue en bocal…la lactofermentation, excuses je ne trouvais plus mes mots hier !! Bonne soirée !

  13. Helene Salmon dit :

    Je cherchais un livre pour débuter une alimentation plus végétale à la maison, et des recettes qui ont du succès auprès des carnassiers, mari et enfants, qui ont bien du mal à se passer de viande au repas !!! Si j’avais un livre à acheter pour commencer, est-ce qu’il pourrait être celui-ci ? ou bien en avez-vous un autre à me conseiller ? En tout cas votre critique donne envie de l’acheter !

  14. Béa dit :

    Coucou Natasha, arf tu me fais hésiter avec cette belle présentation de ce livre. J’ai déjà Vegan et je me disais que cela me suffisait. J’ai très peu de livres de cuisine, j’avoue, je flâne et repère des recettes sur des sites souvent. Ceci dit au Veggie World à Lyon, je me suis achetée le bouquin sur les petits déjeuners de Melle Pigut et j’ai déjà fait pas mal de recettes toutes très bonnes. A voir donc 😉 J’espère que tu vas bien. Belle soirée

    • Vegan peut-être largement suffisant en effet ! Moi je souffre d’addiction aux livres culinaires comme tu as dû le remarquer 😉 Ceci dit, je trouve que Healthy Vegan correspond mieux à ma manière de cuisiner donc je le préfère à Vegan.

  15. poli dit :

    J’ai les deux « bibles », Vegan et Healthy Vegan. Je ne sais pas lequel je préfère parce que je fais plein de recettes des deux !
    Le risotto aux fèves (du Vegan) et le fromage de cajou au piment fumé reviennent très souvent chez moi. Je n’ai pas de piment fumé, à la place, je mets quelques gouttes de Tabasco Chipotle et c’est un délice.
    Ces deux livres m’ont ouvert des horizons incroyables pour cuisiner tous les jours, tartines, burgers, sauces… Je les recommande à mes amis-ies, même non vegan ni végé parce que c’est vraiment une nouvelle façon de cuisiner au quotidien.

    • J’ai justement réalisé le risotto aux fèves au printemps dernier, avec les première fèves cultivées sur notre potager de balcon ! On s’était régalés… j’espère que nous aurons à nouveau des fèves cette année dans notre potager (mais ça semble mal partie malheureusement !) car je n’en trouve pas sur le marché ici 😦

    • Nat dit :

      C’est un peu tot encore pour les fèves :o) Si tu veux en planter je peux t’envoyer des graines.

    • Chez nous les fèves poussent au printemps. C’est gentil de me proposer de m’envoyer des graines, mais j’en ai déjà planté et il m’en reste encore 🙂

    • Nat dit :

      Cool alors ! Ici en Rhône Alpes elles poussent aussi au Printemps :o) C’était de bon cœur comme tu disais que c’était mal parti cette année. Bon week-end.

    • Eh bien disons qu’à cette époque l’an dernier, les plants de fèves étaient déjà largement sortis de terre… et là, rien du tout ;-( !

  16. Ping : Mon menu végétalien de la semaine {Hiver} #1 | Échos verts

  17. Ping : Mon menu végétalien de la semaine {Mars} #2 | Échos verts

  18. Ping : Mon menu végétalien de la semaine #3 {Mars} | Échos verts

  19. Polina dit :

    Je suis assez d’accord avec toi sur les simili-carnés. J’en mange occasionnellement mais ce n’est pas forcément ce qu’il y a de meilleur, d’autant plus que certains sont assez lourds à digérer. Belle idée de lecture, inspirante !

    • Je suppose que comme pour tous produits, il doit y en avoir des bons et des moins bons… mais en tous cas, aucun de ceux présentés dans le reportage n’avait une liste d’ingrédient très alléchante !

  20. Ping : Pourquoi et comment planifier ses menus ? | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s