Adopter les cosmétiques naturels en 4 étapes

Un jour, j’ai découvert Béa Johnson, son mode de vie zéro déchet et minimaliste, son blog, puis son livre que j’ai dévoré d’une traite lors d’un long trajet en avion en juin 2013. Cela faisait déjà plusieurs mois que je suivais Béa via son blog mais il m’aura fallu lire Zero Waste Home pour avoir le déclic et me sentir fin prête à regarder le contenu de ma poubelle entre quatre yeux.

J’ai décidé de commencer par m’attaquer à la poubelle de ma salle de bains, en pensant que remplacer mes produits et accessoires d’hygiène et beauté par des alternatives zéro déchet, bio et naturelles serait l’étape la plus simple et rapide dans mon cheminement vers le zéro déchet. Finalement, je n’ai pas été aussi efficace que je ne l’avais imaginé : j’ai mis plus de 2 ans à trouver des alternatives convenables.

Il faut dire qu’au départ, en plus de ne rien y connaître en matière de cosmétiques (slow et naturels ou pas !), j’étais bien incapable d’identifier les besoins de mon corps. J’ai donc simplement cherché à remplacer mes produits suremballés aux compositions malsaines par des alternatives zéro déchet plus écologiques, sans questionner mes besoins et en me fiant aux premiers conseils et astuces sur lesquels je tombais au gré de mes recherches. Cela m’a conduit à faire pas mal d’erreurs, à gaspiller de l’argent ainsi que des produits et même à nuire à mon corps plus qu’à n’en prendre soin !

Car qui dit cosmétique « slow », « bio » et « naturelle » ne dit pas forcément cosmétique sans effets indésirables. Bien au contraire, les produits utilisés en slow cosmétique sont issus de végétaux ou de milieux naturels aux pouvoirs qu’il ne faut pas sous estimer. En outre, comme pour tout produit ou aliment, chacun.e réagit différemment à leur contact selon ses sensibilités. Il est donc important de se documenter et de demander conseil à des expert.e.s dans certains cas, avant de remplir sa trousse de toilette de produits naturels.

Alors voici quelques conseils pour celles et ceux qui aimeraient changer le contenu de leur trousse de toilette afin d’adopter une routine durable de soins bio, naturels, écologiques, éthiques et minimalistes.

cosmétiques naturels astuces conseils echosverts.com

1

Bien que la cosmétique naturelle soit accessible à tou.te.s, je n’en démords pas qu’il faut un minimum de connaissances avant de choisir ses produits et réaliser ses propres soins. Les blogueuses qui partagent leurs expériences avec tel ou tel produit miracle et leurs recettes magiques sont de plus en plus nombreuses, mais parmi elles, peu ont de véritables connaissances en la matière et surtout, leur peau, leurs sensibilités, leur environnement et leur mode de vie sont souvent bien différents des nôtres. Il me semble donc important de se documenter auprès de sources fiables, de comparer les avis de différentes personnes et de se renseigner sur les contre-indications avant d’essayer tout nouveau produit.

Voici quelques ressources web et papier triées sur le volet et que je vous recommande afin de s’informer sur différents aspects de la cosmétique naturelle :

Les livres

Les blogs

  • L’essentiel de Julien– des conseils et des recettes ciblées de Julien, fondateur du mouvement Slow Cosmétique, expert en aromathérapie et en cosmétique naturelle.
  • Le boudoir de Rachel– chimiste de formation, Rachel décrypte avec attention (et humour) les ingrédients des cosmétiques naturels et questionne, à l’appui de références scientifiques, le bienfondé de certaines affirmations.
  • Gala’s Blog– Gala, créatrice de Happy Léon, est de très bon conseil pour choisir des cosmétiques bio, naturels et véganes.
  • Friendly Beauty– Julie décrypte l’éthique et les étiquettes des cosmétiques naturels qu’elle teste avec soin et nous partage son avis en toute honnêteté.
  • Le blog d’oOlution– Anne-Marie Gabelica, créatrice d’oOlution– une marque de crèmes bio, naturelles et véganes- partage ses connaissances et conseils pour prendre soin de son corps au naturel.
  • Les cheveux de Mini– Pauline et l’Experte de la blogsphère en matière de soins capillaires naturels. Elle va sortir un livre en septembre et changer de blog mais en attendant, vous pouvez découvrir tous les conseils qu’elle a partagés pendant 4 ans sur son premier blog et sa chaîne Youtube.

Décrypter les labels et les étiquettes

Pour faire des choix avisés et ne pas devenir des victimes du greenwashing, je vous recommande ces différents liens riches en informations clés et complémentaires afin de choisir des cosmétiques naturels, bio et véganes sans se faire avoir :

Bien évidemment, on n’a pas forcément besoin de lire tout ça avant de passer aux cosmétiques naturels, mais il est bon d’avoir quelques sources fiables sous la main pour les jours où l’on se pose des questions sur tel ou tel produit, ingrédient, marque ou label.

Cosmétiques bio vegan echosverts.com

2

Si j’avais consulté certains de ces ouvrages, blogs et articles avant de changer le contenu de ma trousse de toilette, j’aurais certainement réalisé qu’avant toute chose, il me fallait revoir et cerner mes besoins en terme de soins du corps et des cheveux. Lorsqu’on n’y connaît rien en cosmétique et que l’on a appliqué divers produits à une fréquence définie, par simple réflexe et/ou pression sociale des années durant, il est difficile de se rendre compte par soi-même que nos habitudes sont superflues et/ou nous font plus de mal que de bien.

Voici donc quelques questions essentielles à se poser selon moi après s’être documenté afin de mieux cerner nos besoins :

  • Quels sont les besoins des différentes parties de mon corps (lèvres, visage, mains, jambes, cheveux, cuir chevelu…) ?
  • Leurs besoins varient-il au fil des saisons, dans différents environnements, en fonction de mon alimentation ?
  • Quels sont les cosmétiques que j’utilise, dans quel but et à quelle fréquence ?
  • Lesquels sont réellement efficaces ?
  • Lesquels ne m’apportent aucun ou peu de bienfaits ?
  • Lesquels sont essentiels à mon hygiène et à mon bien-être ?
  • Lesquels est-ce que j’utilise plus par habitude que par besoin ?
  • Lesquels est-ce que j’utilise par pression sociale ?

Me poser ces questions m’a personnellement permis de réaliser que :

  • Je n’avais pas besoin de me laver tous les jours… et je suis donc passée à une douche tous les 2-3 jours.
  • Je n’avais pas besoin d’un savon différent pour chaque partie de mon corps… j’ai donc adopté un seul et même pain de savon pour le corps, le visage et les mains.
  • Je n’avais pas besoin d’appliquer de maquillage pour être bien dans ma peau ni présentable en société… j’ai donc arrêté de me maquiller.
  • Je m’épilais par pression sociale… j’ai donc cesser de m’épiler certaines parties du corps et réduit ma fréquence d’épilation.
  • Je mettais du déo plus par habitude que par besoin… j’ai donc cessé d’en appliquer.
  • J’utilisais du dentifrice en pensant que c’était nécessaire à ma santé bucco-dentaire alors que ce n’est pas forcément le cas… j’ai donc opté pour le brossage à l’eau et des produits plus naturels si besoin.
  • Mes cheveux n’étaient ni gras ni secs, mais que mes soins et ma fréquence de lavages inadaptés les rendaient ainsi… je suis donc passée au no-poo et au water only.
  • etc….

… et tout cela m’a permis d’apprendre à mieux écouter et respecter mon corps.

Livres slow cosmétique naturel echosverts.com

3

Grâce aux recommandations des auteur.e.s de divers blogs et ouvrages spécialisés et à un auto-diagnostique, on peut déjà avoir une bonne idée des ingrédients et marques à éviter et de ceux à privilégier. Vient donc ensuite le moment de sélectionner les produits qui répondront à nos besoins et rempliront nos critères éthiques et écologiques.

Comment les choisir ?

Pour ne pas perdre de vue nos priorités, voici quelques critères à privilégier au moment de sélectionner ses nouveaux soins :

  • Choisir des produits multi-fonctions afin d’éviter d’encombrer sa salle de bains
  • Choisir des produits à base d’ingrédients exclusivement ou principalement locaux 
  • Choisir des produits fabriqués localement
  • Lorsqu’ils sont exportés, choisir des produits issus du commerce équitable
  • Choisir des produits sans ingrédients d’origine animale et non testés sur les animaux
  • Choisir des marques engagées, labellisées et transparentes sur leur mode de production, leurs fournisseurs etc.
  • Choisir des recettes de soins DIY rapides et minimalistes car se lancer dans la cosmétique maison n’est pas forcément éthique, ni économique, ni écologique.
  • Choisir des produits sans emballages ou vendus dans des emballages réutilisables/recyclables

Où les trouver ?

Même si l’on regrette de ne pouvoir encore acheter tous nos cosmétiques bio et naturels dans la boutique du coin, il est possible de trouver ce qu’il nous faut en faisant le tour des options suivantes :

  • Magasins bio 
  • Pharmacies
  • Herboristeries
  • Boutiques spécialisées en cosmétiques naturels
  • Boutiques en ligne spécialisées (Slow Cosmétique, Vegan Mania, Happy Léon…)
  • Boutiques en ligne des marques
  • Sur les marchés, les salons

Personnellement, j’évite de commander sur internet à cause de l’empreinte écologique des transports et des emballages mais j’y ai tout de même recours de temps en temps, lorsque je ne trouve pas ce dont j’ai besoin en magasin. Dans ces cas-là, j’essaie d’acheter directement auprès des marques ou bien via des sites à taille « humaine » qui trient leurs articles sur le volet plutôt que les sites internet spécialisés en cosmétiques bio qui ressemblent à  des hypermarchés en ligne. En outre, je tâche de faire des achats groupés afin d’éviter de passer plus d’une commande par an dans une même boutique en ligne.

Cosmétiques écologiques echosverts.com

4

Après s’être documenté.e, avoir identifié ses besoins et repéré les produits qu’il nous fallait, vient le moment de faire le tri dans sa salle de bains avant d’entamer sa transition vers une routine de soins naturels et écologiques. Cette étape sera plus ou moins longue et fastidieuse, en fonction du contenu des placards de notre salle de bains. Pour se faciliter la tâche, on peut procéder en faisant plusieurs piles avec :

  • Les produits périmés– un symbole indique sur chaque produit (maquillage inclus) combien de temps il se conserve une fois entamé ; il s’agit d’un petit pot à couvercle sur lequel est indiqué un chiffre suivi de la lettre M. Ce chiffre correspond au nombre de mois pendant lesquels le produit est encore bon une fois entamé. Que faire de cette pile ? On met les produits au compost, dans l’évier ou à la poubelle selon leurs ingrédients puis on upcycle, recycle ou jette l’emballage en fonction du matériau.
  • Les produits encore bons que l’on utilise pas/plus– il nous est tous arrivé d’acheter des produits qui nous ont déçu dès le 1er essai ou de recevoir en cadeau des cosmétiques qui ne nous inspirent guère… et ne sachant qu’en faire, on les conserve sur une étagère depuis des mois voir des années. Que faire de cette pile ? On peut les à la famille, aux amis, aux collègues, aux voisins…
  • Les produits à terminer qui ne seront pas renouvelés– après avoir évalué nos besoins, on réalise souvent que nombre de nos soins quasi-quotidiens sont superflus et que nous sommes prêts à nous en passer. Que faire de cette pile ? On termine les produits puis on upcycle, recycle ou jette l’emballage.
  • Les produits à terminer qui seront remplacés par des alternatives plus éthiques et écologiques– après avoir scruté les étiquettes de nos produits chouchous, ont réalise que leurs ingrédients ne sont pas très sains ou bien que leurs composants ne sont pas suffisamment bien adaptés à nos besoins. Que faire de cette pile ? On termine les produits puis on upcycle, recycle ou jette l’emballage AVANT de les remplacer par les alternatives repérées à l’étape précédente.
  • Les produits qui conviennent et que l’on gardera– enfin, on a peut-être déjà dans sa trousse de toilette des soins éthiques et écologiques qui nous conviennent ou bien des soins très spécifiques que nous ne sommes pas prêt.e.s à éliminer ou remplacer.

Une fois le tri terminé, notre salle de bains devrait être épurée et notre trousse de toilette prête à accueillir nos nouveaux soins éthiques et écologiques, pour prendre soin de son corps en toute simplicité et en douceur !

cosmétiques zéro déchet écologique echosverts.com

Quelles ont été ou quelles sont vos difficultés pour passer à une routine de soins naturels ? Quels sont vos conseils pour y arriver en douceur ?

 Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Cet article, publié dans Hygiène & santé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

39 commentaires pour Adopter les cosmétiques naturels en 4 étapes

  1. Florence dit :

    Merci Natasha! Je suis en pleine réflexion sur le sujet et ton article va m’être d’une grande aide. J’ai déjà mis en place certaines pratiques depuis un an ou deux mais à chaque nouvelle étape je suis un peu perdue. Par exemple, je voudrais remplacer le gel douche par du savon et mon lait hydratant par une huile végétale mais qu’acheter et où ??? Je vais lire attentivement les liens que tu proposes. Merci encore pour ton blog 🙂

  2. Lucile dit :

    Merci Natasha pour toutes ces références .. C’est justement ce dont j’avais besoin pour ne pas être perdue dans la jungle internet ;-). De mon côté, je ne me lave pas tous les jours au savon (selon mes activités et la chaleur) et quand je mets du savon, c’est du savon de Marseille… Je ne me suis jamais trop maquillée et j’ai totalement arrêté. Je ne mets quasiment aucun produit sur ma peau (du lait solaire l’été, mais en général hj’évite l’exposition aux heures chaudes), je n’utilise quasiment plus de déo (lavages fréquents par fortes chaleures).
    Il reste des points noirs : le dentifrice… tu laves tes dents à l’eau????
    et les shampoings………………… j’ai essayé le no-pooh, tentative avortée par une invasion de poux (merci mes filles), il a fallu attaquer la chevelure à l’huile d’olive et donc utiliser des shampoing pour laver ensuite. Depuis, je suis retombée dans la routine shampoing tous les 3-4 jours car ils regraissent vite alors que j’étais tombée à 1 shampoing tous les 10 jours… Je vais retenter…. dès que j’aurais le temps de relire en profondeur le pourquoi du comment!
    Merci encore

    • Oui, je lave les dents à l’eau généralement, sauf quand j’ai mangé des aliments à base de sucre ou bien aillés ! Dans ces cas-là, je fais un bain de bouche avec de l’eau + 1 goutte d’HE de menthe poivrée ou bien j’utilise le dentifrice solide de Lamazuna. J’ai entendu dire à plusieurs reprises que le brossage était ce qu’il y avait de plus important donc j’ai décidé de tester le nettoyage sans dentifrice et cela laisse mes dents propres et je n’ai aucun souci dentaire.
      J’espère que tu parviendras à retrouver ta fréquence de lavage des cheveux d’avant 🙂

  3. nadeget dit :

    Perso, la chose la plus facile à été de remplacer le gel douche pour des pains de savons à froid. Et quel plaisir retrouvé d’ un rinçage facile et rapide. Et remplacer mes différentes crèmes par une huile sèche multi usage.

  4. Eléonora dit :

    Bonjour Natasha,
    Vraiment très riche ton article !
    Je n’ai jamais eu une salle de bains très chargée en produits. A ce jour, mon effort a porté essentiellement sur 2 choses : ne plus acheter de produits qui contiennent silicones, parabens, … et supprimer au maximum le plastique. Je suis donc passer à des produits bio (je privilégie le label Nature & Progrès dès que je peux) ; pour le corps je suis passée aux savons solides + huile végétale et j’ai vu immédiatement le mieux ! Après être passée au shampoing bio liquide, je passe maintenant au shampoing solide et j’ai récemment essayé un « water only » (j’avoue avec scepticisme et quelle surprise de voir que cela fonctionnait !!). Pour le déo, je le fais moi-même et depuis peu je tente de mettre juste un peu d’huile végétale + huile essentielle … et ça a l’air de fonctionner ! Pour le dentifrice je suis aussi passée au solide avec celui de chez Pachamamaï que je trouve vraiment très bien …
    En revanche je ne suis pas aussi sage pour ce qui est maquillage ! Et je ne suis pas prête (pour le moment) à engager la même démarche … Je sais que ça manque de logique, voire d’engagement mais je ne suis tout simplement pas prête. Quand on entreprend ce type de démarche, pour que l’on se sente bien, il faut que la démarche réponde à une envie profonde et alors tout semble évident et surtout sans risque de « rechute » … je n’en suis pas là pour ce qui est du maquillage, je me laisse donc tranquille tout en lisant des articles, en me renseignant doucement …
    Très bonne journée !

    • Comme toi, je pense que pour qu’un changement soit durable, il est important de l’initier seulement si on le souhaite vraiment ! Inutile de se forcer à faire ou ne plus faire quelque chose si cela nous met mal à l’aise au quotidien et nous ennuie plus que cela ne nous réjouit… sinon, on retombera dans nos « mauvaises » habitudes et on sera frustrés…

  5. Claire dit :

    moi de base j’utilise peu de cosmétique du coup ça n’a pas été trop difficile de changer d’habitude.

    le savon de marseille est devenu mon nouvel ami mais j’ai un problème car celui vendu dans ma biocoop contient de l’huile de palme.
    j’aimerai faire mon savon maison mais ça me fait peur à cause de l’utilisation des cristaux de soude, du coup j’attends ton article sur le savon pour peut-être prendre de nouvelles habitudes

    • Il existe tout plein d’artisans savonniers en France qui mettent justement un point d’honneur à réaliser des savons sans huile de palme… tu peux déjà faire quelques recherches sur le site Slow Cosmétique.

  6. Un trésor dans mon placard dit :

    Article ultra documenté comme d’habitude, je suis toujours aussi admirative. Je me rends compte que j’ai suivi le même cheminement mais j’en avais pas forcément conscience et je n’aurais donc pas su le formaliser comme tu l’a si bien fait. Ma difficulté reste le nettoyage de mes cheveux pour l’instant aucun « shampoing » sec ne me convient, je reste donc sur le shampoing solide de Lamazuna qui m’a permis de passer de 3 lavage par semaine à 1. Et mon seul regret est de ne pas avoir trouvé d’alternative locale à l’huile de noix de coco.

    • 1 shampoing par semaine, je trouve cela déjà bien, non ? Je n’utilise pas de shampoing sec personnellement- si mes cheveux ont besoin d’être lavés, je préfère les laver tout simplement 🙂 J’espère que le marché des huiles végétales locales continuera de se développer 🙂

  7. Julie dit :

    Merci pour cet article Natasha! Je me délecte de toutes ces informations nature…

    Personnellement, je n’ai aucun souci à réduire la routine de la salle de bains; c’était une perte de temps quand j’étais petite et j’ai porté l’étiquette de la crado de la famille un moment. 😛
    Mais au moins, on a plus plaisir à s’offrir ce moment de détente bien mérité (et quel gain de temps).

    Résultat?
    -de l’eau et du sel pour les dents
    -un savon (Alep, mais je pense me rediriger vers du local: Marseille)
    -une brosse en poils de sanglier et un peigne en corne
    -un parfum que l’on m’a offert et un mascara maison
    -et enfin un vieil épilateur qui tient la route

    Et puis plein d’autres produits à terminer encore… 😦

    J’ai également une brosse pour le corps, mais je me demande si j’en ai réellement besoin.

    Ma première expérience s’étend encore aujourd’hui: mes cheveux. Quelle complexité!
    J’ai été surprise de les voir s’accommoder si bien aux shampoings bio, à l’arrêt du sèche-cheveux, à la brosse en sanglier, au pain de savon (bon après il fallait attendre deux jours pour qu’ils soient réellement propres) et maintenant au water only! (Que je n’aurais connu sans être passée sur ton blog…)

    J’ai essayer de les pousser toujours un peu plus loin et voir jusqu’où ils toléraient la ‘saleté’. Ils n’ont pas vu l’ombre d’une bulle depuis presque un mois et trois semaines.
    Il faudra encore attendre avant de pouvoir tester un shampoing à l’argile…

    Life’s surprising.

    • Merci pour toutes tes astuces Julie !

      Il existe plein de supers savons bio et saponifiés à froid fabriqués en France…je suis justement en train de finir mon article à ce sujet et je compte le publier cette semaine ;-).

      Le sel est un super produit pour l’hygiène buccale et dentaire en effet… je suis contente de savoir que je ne suis pas la seule à me passer de dentifrice ou de tout autre recette maison pour me laver les dents !

      Enfin, comme toi je reste surprise du fait que les cheveux puissent se porter si bien avec si peu de soins et de lavages… Vive la simplicité au naturel 🙂

  8. poli dit :

    Quel article documenté !
    Pour moi, le plus simple a été, il y a des années, de passer au savon de Marseille ou d’Alep) à la place des gels douche. J’en ai fini avec mes pieds qui trempaient dans 10 cm de mousse impossible à faire partir au fond de la douche ; je ne te dis pas la gymnastique qu’il fallait que je fasse pour me rincer un pied, sortir de la douche en équilibre, rincer l’autre pied… Et les litres d’eau pour faire disparaître ensuite cette satanée mousse !
    Je ne me maquille quasi pas, juste un peu de mascara au bout des cils que j’ai très pauvres !
    Pour le shampoing, je n’ai toujours pas fait le pas alors que je n’ai ni les cheveux gras ni secs.
    Merci encore pour ton bel article.

  9. Emma dit :

    Bonjour, merci pour cet article très complet et très intéressant. Çà fait quelques années maintenant que j’ai véritablement changé mes habitudes et que j’ai banni les gels douche et tous les produits dérivés du pétrole. J’adore les savons solides que ce soit pour le corps et pour les cheveux d’ailleurs. J’ai fais de belles découvertes sur le site slow cosmétique. J’ai remplacé mes crèmes par des huiles végétales et je ne peux plus m’en passer. Je suis bluffée par leur pouvoir et leurs bienfaits sur ma peau. D’ailleurs je vous conseille d’aller jeter un œil sur le site oleassence.fr vous trouverez plein de bons conseils sur les huiles végétales.
    Et je vais essayer de me laver les dents sans dentifrice parce qu’après tout il n’y a rien de plus simple, tellement simple que je n’y avais pas pensé 😉
    Merci encore et au plaisir de lire encore tes articles.

  10. Laure dit :

    Bonjour Natacha, toujours un plaisir de te lire.
    Le plus difficile pour moi ce sont les shampoing, impossible de faire du no poo. J’ai un sporiasis gras du cuir chevelu, un vrai bonheur. quoique je fasse, je suis obligée d’utiliser un shampoing pour me laver les cheveux et apaiser les démangeaisons. En plus j’ai des allergies pas possible, et avec de bain en piscine toutes les semaines, c’est un peu compliqué. Un mal dans un pire, j’utilise le shampoing solide lamazuna et même si je suis allergique au SCI, je supporte plutôt bien celui-ci qui me laisse le cuir chevelu propre et net pendant au moins 2 jours! victoire! J’ai donc espacé mes shampoing d’au moins 3 jours et 4 quand je peux.
    Pour le dentifrice, j’en utilise toujours, un que je fabrique à base de miel de manuka, c’est la seul façon pour moi de ne pas saigner des gencives (vive les appareils dentaires) et enfin, j’ai un acné hormonal, j’essaye de lutter avec de l’hydrolat en nettoyage le matin, et après le nettoyage du soir avec une éponge conjac, juste du gel aloé verra avec quelques gttes d’HE de tee tree. Une fois que je serais opéré et que j’aurais arrêter ma pillule, j’espère retrouver une peau un peu plus saine.
    Pour hydrater mon corps, je ne me douche qu’une fois semaine, enfin 3 car je me douche à la piscine. Sinon, je fais la toilette du chat. Et quand je me douche, j’hydrate avec de l’huile de sésame!
    merci pour tous tes articles très intéressants.

  11. Aline dit :

    Comme d’hab, un article très intéressant ….
    Alors perso, depuis 1 an, je remplace doucement mes cosmétiques visage ‘grandes surfaces’ par du bio, ma sœur est esthéticienne de la marque Estime et Sens (marque bio, non testé sur les animaux …), du coup elle m’aide à faire les changements tout en les adaptant à ma peau hyper sensible et réactive.
    Pour les cheveux, je suis passée de 1 champoing tous les 2 – 3 jours à 1 par semaine (malheureusement mon psoriasis ne me permets pas encore de passer au no-poo) et j’utilise 2 champoings bio (1 argile verte et 1 argile marron) que j’alterne…
    Et pour le savon, je suis passée au savon de Marseille (pour moi local puisque je suis dans la midi …)
    Mais j’ai encore pas mal de produits à trier et à finir (bains douche YR par exemple) donc j’alterne …
    J’utilise aussi de plus en plus les huiles essentielles (lavande fine, tea tree, camomille et Ylang Ylang pour mes cheveux ; gaulthérie pour mes torticolis, lemongrass pour l’ambiance …).
    Et depuis peu, j’essaie l’huile de coco pour mon corps.
    Voila 1 petit pas après l’autre … mais je suis déjà fière de ce que j’ai accompli (bon faut bien s’auto congratuler parfois, lol)
    Bonne Journée

    • Tout à fait, je pense qu’il est important de s’auto-congratuler comme tu dis ! Chaque petit pas vert compte… c’est d’ailleurs pour cela que j’ai créé la rubrique Mes petits pas verts 😉

  12. Maluch dit :

    Bonjour, pour ma part pour m’aider et me documenter j’ai pris un livre de Danielle Festy sur les huiles essentielles pour les enfants pour ajuster les recettes : Soigner ses enfants avec les huiles essentielles. Par exemple, je réserve la menthe poivrée à des préparations uniquement pour les adultes.
    Si cela vous intéresse, il y a deux articles à leurs sujets sur ce super blog :
    https://lesvendredisintellos.com/2014/02/07/je-ne-sais-pas-utiliser-les-huiles-essentielles-special-enfants/
    https://lesvendredisintellos.com/2013/10/25/soigner-ses-enfants-avec-les-huiles-essentielles/

  13. Lya dit :

    Bonsoir Natasha,
    Merci pour ton blog et tes articles inspirants.
    Je lis que tu ne prends pas de douche tous les jours. Je suis intéressée de savoir si les jours sans tu as des gestes d’hygiène particuliers ou non ?
    Sinon, en congés depuis deux semaines, je testes la cure de sébum pour mes cheveux. J’aimerais espacer la fréquence des lavages.
    Au plaisir de te lire. ;-))

    • Je prends une douche quand j’en ressens le besoin, soit tous les 2-3 jours (parfois plus l’été et moins l’hiver). Le reste du temps, si j’en ressens le besoin, je me lave le visage (surtout l’été), les pieds (là encore surtout l’été ou je marche pieds nus un peu partout !) et quand j’ai mes règles je me lave systématiquement les parties intimes.
      J’espère que tu arriveras à espacer tes lavages de cheveux comme tu le souhaites 🙂

  14. Viviane dit :

    Merci pour cet article qui aide à se poser les bonnes questions. Pour ma part, ça fait quelques années que j’ai laissé tomber le gel douche et je déteste en utiliser (p.ex. celui d’une copine quand on reste dormir chez elle à l’improviste ;). Le film qu’il laisse sur la peau est simplement horrible… 😛
    Je suis passée au déodorant naturel : huile végétale + mélange d’HE tea tree, Palmarosa et sauge sclarée. Ca marche du tonnerre même par fortes chaleurs.
    Le plus dur reste les cheveux. Depuis janvier, j’ai débuté la démarche mi-pop grâce à ton blog et j’en suis encore aux essais. J’ai pu espacer a 1 shampoo par semaine (shampoo solide bio, fabriqué localement dans un petit village suisse 😉 mais je perds pas mal de cheveux depuis quelques mois… Je ne sais pas trop à quoi c’est lié. As-tu rencontré ce problème dans la transition vers le no -poo?
    Sinon encore plein de produits à trier, finir ou jeter et trouver des alternatives multi-usage. J’attends avec impatience la fin de mon mascara pour essayer la recette maison du livre « famille zéro déchet » 😉

    • La démarche « mi-pop » ?! Euh, je crois que tu as dû voir ça sur un autre blog… Ici, je parle plutôt de no-poo 😉
      La chute de cheveux peut avoir différentes causes… hormonales, psychologiques…
      J’ai de très grosses pertes personnellement, mais cela n’a rien à voir avec le no-poo.

    • Viviane dit :

      Oups… Il s’agit d’une faute de frappe, ou plutôt des joies de l’outil d’auto-correction dont nous gratifient les smartphones… Je voulais bien sûr parler du no-poo 😉
      Merci pour ta réponse. Je vais investiguer les autres causes de chute de cheveux.

  15. Salut Natasha,

    En lisant cet article, j’ai l’impression de me voir quelques années en arrière. Merci pour ce joli blog qui est vraiment agréable à lire. Je vais continuer ma lecture 🙂

  16. Je viens de me rendre compte que mon 2ème commentaire n’est pas passé ^^
    Pour ma part ça a vraiment été difficile de passer au naturel. J’ai eu de nombreux ratés et surtout j’ai fait beaucoup d’achat de produits pas nécessaires. Aujourd’hui, j’ai trouvé ma routine, j’utilise de la pierre d’alun comme déodorant (cela fait 3 ans que j’ai la même), je fais régulièrement bains de bouche à l’huile vraiment efficace 🙂 et je me brosse les dents avec vraiment très peu de dentifrice. En guise de crème de jour, j’utilise du gel d’aloe vera avec un peu d’huile végétale. Pour mes soins capillaires, je fais régulièrement des bains d’huile et en guise de shampoing, j’utilise des poudres ayurvédiques. Je me suis rendue compte que je n’avais plus besoin d’après shampoing.

  17. Bonjour Natasha, cela fait quelques semaines que je me tourne doucement vers le naturels. Tout d’abord les huiles essentielles pour me soigner. Et puis depuis peu les shampooing bio et naturels pour mes cheveux qui regréssaient dès le lendemain ou le sur-lendemain, avec des shamppoing industriels (dernièrement franck provost).
    Je ne suis pas à fond dans les soins capillaires, j’ai une fois une coloration. Je n’utilisais qu’un shampooing et un gel douche. Je n’ai pas l’impression que mes cheveux soient secs, abîmés ou autre (d’ailleurs je ne sais pas vraiment comment le voir, idem pour la peau). Je vois juste qu’ils sont fourchus aux racines grasses (à cause des anciens shampooing), et plats.

    J’ai été ravie de voir que se tourner vers le naturel était possible avec aussi peu de produits, et de qualité bien meilleur. 🙂

    Je me suis beaucoup renseigné auprès du blog les cheveux de mini et j’ai choisi un shampooing / après shampooing du label nature et progrès qui a un un très bon effet sur mes cheveux.

    Les questions que tu propose de nous poser m’ont fait rendre compte j’ai un cheveu plutôt sain avec des habitudes plutôt saines, sauf pour le dentifrice ! Alors merci !

    Merci pour ce blog, je voulais te partager ma 1ère expérience au naturel, je tatonne encore. Mais comme mes cheveux paraissent sains je ne pense pas avoir à faire la quête du shampooing parfait.

  18. Emma - Planet Addict dit :

    Merci pour cet article archi complet ! Côté salle de bain, c’est pas encore ça chez moi. Niveau cheveux, le no poo ne fonctionne pas dans la durée, ni le shampoing sec, il faut que je trouve une autre solution… Je me suis mise à fabriquer quelques cosmétiques, mais me retrouve avec les emballages des ingrédients sur les bras, et donc au final est-ce bien plus écologique ? Encore du chemin à faire, et ton article me donne plein de belles pistes pour avancer 🙂

    • Personnellement je trouve que la cosmétique maison n’est pas forcément plus écologique ni économique- j’avais partagé mon point de vue dans cet article.

      Quant au shampoing, as-tu essayé des versions solides ? Ceux de Lamazuna et de Pachamamaï me conviennent bien personnellement. J’avais également consacré un article à ce sujet durant l’éco-défi du mois d’août si jamais tu l’as manqué 🙂

    • Emma - Planet Addict dit :

      Oui je l’avais vu, j’ai le shampoing solide de lamazuna, qui me correspondait bien au début, mais maintenant moins… mes cheveux sont vraiment capricieux !

    • Zut… j’espère que tu en trouveras un autre… et sinon, as-tu essayé d’alterner entre 2 shampoings par exemple ?

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s