{Éco-défi} No-poo: et si on se lavait les cheveux sans shampooing?

Mon éco-défi du mois d’octobre m’a permis de faire le tri dans la salle de bains et non seulement de trouver des alternatives “zéro déchet” pour plusieurs de mes produits d’hygiène et cosmétiques mais aussi d’examiner leur véritable utilité et leur qualité. Je vous révèlerai prochainement le bilan de cet éco-défi et toutes les alternatives que j’ai testées et adoptées. En attendant, voici un pré-bilan concernant un produit que nombre d’entre nous utilise hebdomadairement, voire quotidiennement: le shampooing.

Des shampooings pas aussi sains qu’ils ne le paraissent

Comme pour la plupart des produits d’hygiène et des cosmétiques, plusieurs marques de shampooings s’efforcent maintenant de présenter leurs produits comme étant bio, naturels, d’origine végétale et aussi bons pour soi que pour l’environnement… Bien que certains de ces shampooings soient véritablement sains et 100% naturels, beaucoup de publicités et d’emballages sont trompeurs et laissent les consommateurs mal informés croire qu’ils font autant de bien à leur chevelure qu’ils en font à la planète en choisissant ces produits. Or, si l’on regarde de plus près les ingrédients de certains shampooings, on risque d’y trouver d’innombrables substances toxiques.

Les substances toxiques utilisées dans certains shampooings et les risques associés

Parmi les 12 substances toxiques identifiées dans divers cosmétiques et répertoriées dans le guide du consommateur responsable de David Suzuki, plus de la moitié peuvent se trouver dans nos shampooings et toutes ont des effets néfastes sur notre santé ainsi que sur la faune marine et la flore:

  • La cyclomethicone et les siloxanes risquent d’endommager les fonctions hormonales et le foie.
  • Les DEA, MEA et TEA contribuent à la formation de nitrosamines cancérigènes si elles sont mélangées à d’autres substances.
  • Le DMDM hydantoin, le diazolidinyl urea, le methenamine, le quaternium-15 sont des libérateurs de formaldéhyde, une substance cancérigène.
  • Le parfum contribue au risque de cancer et d’intoxication des neurones.
  • Le PEG et le Sodium Lauret Sulfate (SLS) peuvent contenir du 1,4 dioxane, potentiellement cancérigène.
  • Le Sodium Lauryl Sulfate (SLS) risque d’endommager le foie.
  • Le petrolatum contient des impuretés cancérigènes
  • Les parabens dérèglent les fonctions hormonales et sont associés au cancer du sein.

Et quand l’eau que nous utilisons pour nous laver est rejetée dans la nature et l’océan, ce sont les poissons et les plantes qui baignent dans ces substances toxiques…

Aperçu de mon éco-défi du mois d’octobre

Shampooing solide © Sasaki Soap

Shampooing solide © Sasaki Soap

Pour mon éco-défi d’octobre dont le but principal était de trouver des produits d’hygiène sans emballages, j’ai commencé par remplacer mon flacon de shampooing et de soin capillaire par un shampooing solide spécial cheveux gras vendu sans emballage et fait de produits bio et naturels par un artisan local. Après 3 essais passés à me frustrer sous la douche car je me retrouvais avec plus de cheveux sur le “morceau” de shampooing que de shampooing sur mes cheveux et avec des cheveux qui devenaient gras trois fois plus vite que d’habitude, j’ai abandonné le shampooing solide. À la place j’ai décidé de tester un shampoing et un après-shampooing achetés dans une boutique écolo où l’on peut remplir ses flacons plutôt que d’en acheter de nouveaux à chaque fois. Bien que ce soit plus pratique à l’utilisation que le shampooing solide, mes cheveux redeviennent gras toujours trop vite à mon goût…

De frustrations en solutions

Antigone XXI Féminin Bio

© Antigone XXI

Alors que je réfléchissais à mon bilan de ce mois passé à trouver des alternatives plus vertes et moins encombrantes pour la poubelle de ma salle de bains, j’ai réalisé que je n’étais pas du tout satisfaite de mon alternative shampooing zéro déchet. Alors quand je suis tombée sur un article intitulé Le jour où j’ai arrêté de me laver les cheveux” sur le blog d’Ophélie, alias Antigone XXI, ma chevelure frustrée a voulu en savoir plus… Et après lecture de l’article, je tenais enfin la solution pour remédier à mes frustrations de shampouinage: tenter l’aventure “no-poo” (raccourci de l’anglais “no shampoo”, soit pas de shampooing).

Mon éco-défi du mois de novembre

Mon éco-défi du mois de novembre se poursuivra donc dans la salle de bains où je pourrais finalement passer moins de temps puisque à partir d’aujourd’hui, je n’utiliserai plus de shampooing. Fini les longues minutes passées à ramasser les cheveux qui s’emmêlent quand on les lave, à shampouiner sa tignasse en tremblotant (pour faire des économies d’eau dans la salle de bains!), à mettre de l’après-shampooing, à laisser reposer, à bien rincer… et plus besoin de recommencer 3 jours après.

Les bases du no-poo: bicarbonate de sodium, vinaigre de cidre de pommes, fécule de maïs et brosse à poils © Échos verts

Les bases du no-poo: bicarbonate de sodium, vinaigre de cidre de pommes, fécule de maïs et brosse à poils © Échos verts

Dans son article, Ophélie explique les 5 étapes qu’elle a suivies avant de renoncer totalement au shampooing et décrit la méthode et les produits qu’elle applique pour que ses cheveux soient aussi propres et beaux que s’ils venaient d’être shampouinés. Personnellement, je vais adapter ses conseils et procéder ainsi:

  1. Réduire le nombre de lavages de cheveux.
  2. Brosser mes cheveux quotidiennement pour bien répartir le sébum.
  3. Appliquer un produit lavant naturel fait maison au bicarbonate de soude ainsi qu’un rinçage au vinaigre de cidre de pommes, le moins souvent possible.
  4. Alterner entre le produit lavant et un shampooing sec à la fécule de maïs.

L’objectif sera de réduire au fil des semaines le nombre de lavages/ rinçages/ shampooings secs.

Et l’impact environnemental dans tout ça?

Jusque-là je me lavais les cheveux 2 fois par semaine. Après chaque lavage j’appliquais soit un après-shampooing, soit un soin capillaire. Donc pour commencer, en éliminant tous ces produits j’élimine l’achat d’un bon nombre de flacons dont la production, la fabrication et le recyclage ainsi que le transport ont un coût énergétique. En outre, ça fera ça de produits chimiques et toxiques en moins dans la nature et bien évidemment une quantité indéniable d’eau chaude et potable économisée

Je me suis souvent demandé comment faisaient les hommes et les femmes d’antan sans toutes ces substances chimiques et toxiques pour rester propres et présentables… Ils n’étaient pas chauves pourtant! Alors je me dis qu’il doit bien y avoir des alternatives plus simples et plus saines que celles conçues par notre société de consommation pour prendre soin de soi plus naturellement.

C’est donc parti pour l’aventure “no-poo”… Vous pourrez suivre l’évolution de l’état de ma chevelure “noire ébène comme Blanche Neige” (ainsi décrite un jour par une adorable petite fille), au fil des mois sur ma page Facebook. Et je vous donne rendez-vous dans trois mois pour un premier bilan. Sur ce, je file pour un dernier shampooing, LE dernier shampoing…

Et vous, avez-vous testé ou utilisez-vous d’autres alternatives au shampooing? Seriez-vous tentés par la méthode « no-poo? »

Cet article, publié dans Éco-défis, Hygiène & santé, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour {Éco-défi} No-poo: et si on se lavait les cheveux sans shampooing?

  1. Karine VIVION dit :

    Très intéressant ! Je ne connaissais pas le shampooing solide ! Merci

    • Si jamais tu testes le shampooing solide Karine, dis-moi ce que tu en penses… je serais curieuse de savoir ce que d’autres en pensent! Ça doit bien marcher pour certains car on en trouve un peu partout! À bientôt.

    • Raphaëlle dit :

      Bonsoir. Perso jn’utilise que le shampoing solide. Je l’achète dans mon magasin bio c’est de la marque secret de provence. Il ressemble à un savon en forme de fleur. Je crois que le prix doit être de 3€ l’unité. Je l’utilise à chaque shampoing soit tous les 3jours env. Je suis très contente. Mes cheveux sont propres et ne graissent pas plus vite qu’avec un shampoing classique. C’est pratique pour partir en vacances, c’est pas cher, c’est efficace. Je ne ferai plus marche arrière. (Seul bémol, j’ai les cheveux très secs. J’ai toujours pris le shampoing cheveux normaux mais là je vais changer)

    • Si jamais tu cherches d’autres options de shampooings solides je te conseille delui de Lamazuna– zéro déchet, vegan, 100% bio et naturel… et fabriqué en France 🙂 Il y en a un conçu pour les cheveux secs aussi.

    • Raphaëlle dit :

      Merci! Je testerai

  2. EA Marzarte dit :

    Salut et merci pour cet article. Ayant les cheveux afro, j’ai moi aussi essayé le no poo, méthode conçue pour les cheveux bouclés par Lorraine Massey, et j’ai acheté conditionneur de cette coiffeuse américain. Mais c’était pas super point de vue zéro déchet, et point de vue budget aussi. Plus tard j’ai fait une puissante allergie à une lotion capillaire bio d’une autre marque et mon médecin m’a intimé l’ordre de ne plus toucher aux huiles essentielles. Ca supprime beaucoup de produits cosmétique bio de mon éventail de choix et ça m’a rendu attentive à ce que je mets sur ma tête. Résolution pour 2014: clarification tous les 10 jours au vinaigre de cidre et passage au conditionneur fait maison. Les blogs « napturals » regorgent de recettes que l’on peut réaliser avec ce qu’il y a déjà à la maison : oeufs, avocat, aloe vera, il faut juste que j’en trouve une sans allergènes.

    • Bienvenue sur Échos verts EA Marzarte! J’en suis à J40 sans shampooing et j’apprécie les économies d’eau, d’argent et de temps qui en découlent ainsi que le plaisir d’avoir des cheveux naturellement beaux et propres! J’espère que tu trouveras toi aussi la solution naturelle qui conviendra le mieux à tes cheveux! Au plaisir d’échanger d’autres astuces avec toi!

  3. Ping : Mes 3 premiers mois sans shampooing… | Échos verts

  4. Ping : Du no-poo au water only: 8 mois sans shampooing | Échos verts

  5. Ping : Les huiles et les beurres végétaux pour prendre soin de soi au naturel | Échos verts

  6. Ping : Prendre soin de soi au naturel avec les huiles et les beurres végétaux | Échos verts

  7. Ping : On a tous un (grand) rôle à jouer | Échos verts

  8. Ping : Le no-poo & moi… à la télé! | Échos verts

  9. pacpaele dit :

    Malheureusement la vidéo ‘est plus disponible en replay. Pourrais-tu la diffuser? Merci d’avance

  10. Ping : Idécologie: de chouettes astuces pour une planète verte! | Échos verts

  11. Ping : No-poo & water only: 1 an sans shampooing | Échos verts

  12. Audrey dit :

    Ca fait quelques mois que j’ai changé mes habitudes capillaires. Avant je me lavais les cheveux tous les trois jours, posais de l’aprés-shampoing ensuite, et toute les cinq semaines me décoloré les racines (j’avais les cheveux long et blond pale). J’ai décidé d’arréter le shampoing aprés avoir lu l’article d’Antigone, et aussi de ne plus les décolorer. Dure décision! Je l’ai ai d’abord coupé court, pour avoir moins à « re-teindre « en sombre. Et j’ai espacé les shampoings à 1 par semaine. J’ai refait une dernière déco (dur-dur d’arrêter). Maintenant, je les ai recoupés une fois, ai fait déja 3 teintures plus naturelles (en 5 mois) pour les foncer, me les lave une fois par semaine avec du shampoing dilué soi bio, soi au henné-vinaigre de mûre (il contient un peu de colorant rouge, mais c’est pour eviter que mes cheveux blond bébé revenant à du beaucoup plus sombre verdissent), avec un coup de fécule à brosser lorsque j’ai peur de ne pas tenir une semaine sans laver. Résultat: gain de temps, d’argent, moins de déchet, cheveux en bien meilleur santé, et qui semblent plus épais sur ma tête. Même si mes long cheveux blond bébé me manque parfois ^^.

    • Ton témoignage montre qu’il existe différentes manières de se laver/teindre les cheveux au naturel et qu’il faut juste prendre le temps de tester différentes alternatives pour trouver celles qui nous conviennent 🙂 Et si on si prend bien, les avantages sont nombreux en effet, autant pour la planète que pour soi!

  13. Ping : No-poo: méthodes, astuces et ressources | Échos verts

  14. Ping : Se ressourcer grâce aux gestes anodins du quotidien | Échos verts

  15. Belinda dit :

    j’ai essayé le no-poo juste avant les fêtes de fin d’année
    j’ai bien aimé le concept et l’idée mais j’ai du beaucoup mal m’y prendre car mes cheveux avaient toujours cet aspect gras qui ne me plait pas :-(. Je m’en suis rendu compte juste après le nouvel an avec ma coiffeuse à domicile qui n’arrivait pas à me les sécher correctement : bon après coup j’ai vue que c’était aussi à cause du brushing en lui-même qui n’est pas bon pour les cheveux
    alors du coup j’ai tout abandonné, je me suis re-mise au shampooing mais bio cette fois (en ce moment c’est Coslys) et aussi avec un shampoing maison anti-chute 😀
    Quand je me sentirais de nouveau prête je re-tenterais mais pour le moment j’aime prendre soin de mes cheveux avec des masques huileux différent pour les re-nourrir car ils étaient vraiment affreux 🙂

  16. Ping : Ma routine capillaire après 2 ans sans shampooing | Échos verts

  17. Viou dit :

    Bonjour,

    Comme Raphaelle, je me suis mise il y a peu au shampooing solide acheté dans le nouveau magasin bio qui venait de s’installer près de chez moi … Le même qu’elle, en forme de fleur. Au début, j’en étais super ravie. Mes cheveux étaient aussi beaux qu’avec les autres shampooings, mais je pouvais reculer le lavage d’un jour ou deux … Malheureusement, depuis peu, mes cheveux me semblent bizarre au toucher. Presque que comme de la paille. Parfois, ils réclament d’être nettoyés tous les trois jours, parfois quatre … J’imagine que notre alimentation (très sucrée pour l’instant pour moi, mon moyen à moi de compenser quand je suis inquiète, stressée, mal dans ma peau, etc) et le temps qu’il fait jouent sur leur état. J’ai racheté un shampoing en flacon, pour alterner de temps en temps. j’ai essayé de le choisir bio … et, surprise ! Pas facile d’en trouver clean !!!Et pourtant, je m’y connais peu dans les ingrédients utilisés en cosmétiques … Mon choix a été fait sur celui que me semblait le plus « sains » de tout ceux proposés : celui de Weleda. je ne l’ai pas encore testé …
    Mais j’ai bien envie d’aller plus loin et je vais tenter également ce défi … Merci à toi, Natasha, de nous guider dans ces démarches …

    • Bonjour Viou, merci pour ton commentaire ! Comme expliqué dans mes divers articles à ce sujet, de nombreux facteurs peuvent influencer et faire fluctuer les besoins de notre cuir chevelu et de nos cheveux, en matière de soin et de lavages… il est donc normal de devoir changer de routine au fil des mois et des saisons, en fonction de soi et de son environnement. Pour les shampooings solides, je suis personnellement très satisfaite de celui de la marque Lamazuna.

  18. Une Fée dit :

    Hello,

    Personnellement j’ai tenter le no poo pendant + d’un an et je n’y ai jamais trouvé mon compte.
    Lavage avec différentes poudres (argile, henné neutre, shikaikai), lavage au bicarbonate, lavage uniquement à l’eau sur des petite période ou pendant un mois ..
    Mes cheveux étaient plat terne, poisseux, cartonné. Et même sale.
    Je suis retourné au shampoing bio avec un lavage toute les semaines ou toutes les 2 semaines dans le meilleur des cas mais mes cheveux en ont vraiment besoin.

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s