Dressing Responsable

Pour nous aider à relever l’éco-défi du mois- Vers une garde-robe éco-éthique et minimaliste, j’ai fait appel à Emilie, la créatrice du tout nouveau site Dressing Responsable, une référence incontournable pour quiconque cherche à s’habiller de manière éthique et écologique et qui ne sait pas forcément par où commencer!

Aujourd’hui je vous invite à faire plus ample connaissance avec  cette jeune femme passionnée qui aime les beaux vêtements et sait que l’on peut bien s’habiller tout en restant respectueux de notre environnement.

Logo Dressing Responsable

Qui se cache derrière Dressing Responsable?

Je suis une personne curieuse qui souhaite partager simplement mes convictions sur la nécessité et l’utilité d’une mode plus responsable, celles-ci se nourrissant d’expériences personnelles, de discussions avec mes proches et de rencontres faites par hasard ou via Dressing Responsable. C’est d’ailleurs toujours enrichissant de pouvoir échanger avec celles et ceux qui s’intéressent à ces questions, qu’ils partagent ou non mes convictions.

Qu’est-ce qui t’a amené à créer ce site? Que souhaites-tu transmettre?

Je ne partage pas l’idée selon laquelle les vêtements écologiques ne sont pas très beaux, souvent ringards et chers. Pour tout dire, je pense même que c’est totalement faux. Dressing Responsable met ainsi en avant de nombreuses marques qui, depuis quelques années, commercialisent des vêtements plus respectueux des Hommes et de la Terre. Pour autant, il ne s’agit pas de dicter aux lecteurs leur comportement ; il appartient à chacun de définir les valeurs qui lui importent et auxquelles il souhaite porter de l’attention. La mode et le shopping doivent rester des plaisirs simples et accessibles. Dressing Responsable tient néanmoins à proposer des informations qui, quel que soit notre état d’esprit, peuvent nous accompagner vers une nouvelle façon de penser la mode qui combine style et éthique, sans sacrifices.

Pour toi, c’est quoi une garde-robe responsable? Y a-t-il des critères que tu privilégies dans tes choix?

Pour moi, le terme « responsable » a en l’occurrence un double sens très intéressant. C’est être à la fois respectueux des Hommes et de la Terre et assumer la responsabilité de nos actions, en particulier de nos achats.

Ce n’est pas évident de se représenter la chaine de production et la vie d’un vêtement dans sa globalité, avec ce qu’elles impliquent en terme d’impact sur notre environnement. Ça l’est d’autant moins que les marques traditionnelles ne font que trop peu d’efforts pour être plus transparentes et nous permettre de faire nos choix en toute connaissance de cause. Pourtant, d’où viennent mes vêtements ? Comment et par qui ont-ils été fabriqués ? Que deviennent-ils après moi ?, sont autant de questions tout à fait légitimes, et qu’il est en outre utile de se poser.

Bien entendu, les critères éthiques et écologiques que l’on associe à ces questions sont assez personnels. Nous avons tous des sensibilités et des expériences différentes, des thèmes qui nous touchent plus que d’autres, bien que les uns aillent rarement sans les autres. Pour prendre un exemple très concret, les exploitations de coton équitable ne produisent pas forcément du coton biologique, ce qui ne veut pas dire que celui qui se soucie de la vie et de la rémunération des producteurs n’aura que faire qu’ils soient empoisonnés par des pesticides et autres produits chimiques. Au contraire, celui-ci cherchera également à réduire l’emploi de ces substances dangereuses (elles le sont rarement uniquement pour l’homme ou au contraire, uniquement pour l’environnement). En définitive, ces démarches sont généralement assez globales et tendent vers l’objectif d’une production plus respectueuse de ce qui nous entoure.

Pour partager avec les consommateurs les critères qui me paraissent les plus importants, j’ai créé six sigles permettant d’identifier rapidement si un vêtement a été fabriqué localement, à partir de matières premières écologiques, selon un processus respectueux de l’environnement, en accord avec les règles du commerce équitable, ou encore en faisant appel à diverses méthodes de recyclage.

Presentationicones

Aujourd’hui, est-ce possible de se vêtir de manière éthique et écologique, des pieds à la tête, et avec de jolis vêtements/accessoires à des prix abordables?

Il faut bien être conscient que dans tous les aspects de notre vie quotidienne, agir de manière plus responsable implique de modifier nos habitudes de consommation. Et la mode n’y déroge pas. Il ne s’agit pas de tout révolutionner, mais simplement de ne pas tomber dans les travers de la fast-fashion, en se posant les bonnes questions pour revoir notre rapport aux vêtements.

Si les vêtements écologiques ou fabriqués localement sont plus chers que les vêtements des grandes enseignes de fast-fashion, ils ne le sont pas plus que ceux de créateurs ou des marques tendance moyenne gamme. Ils sont en revanche de bien meilleure qualité et peuvent donc être portés plus longtemps. Enfin, au-delà des qualités intrinsèques d’un vêtement, acheter des pièces plus intemporelles, louer ses tenues pour les occasions particulières, acheter plus de vêtements d’occasion ou vintage, ou encore mieux penser et ranger son dressing, sont autant d’initiatives responsables ayant des effets bénéfiques sur notre portefeuille.

S’habiller éthique et écologique n’est donc pas obligatoirement plus onéreux.

Quels sont tes conseils pour celles et ceux qui ne savent pas par où commencer pour s’habiller responsable?

Bien sûr, il y a des attitudes de consommation plus responsables que d’autres, mais mon discours ne consiste pas à prétendre qu’il faudrait toutes les adopter, qui plus est du jour au lendemain. Mon premier conseil est donc de toujours garder du plaisir à s’habiller. La recherche d’une consommation plus responsable doit être une démarche personnelle spontanée répondant tout autant à nos besoins qu’à nos moyens du moment.

Je pense en outre qu’il est possible de se plonger dans cet univers de façon simple et agréable, en allant découvrir les marques responsables comme vous l’avez fait avec les marques traditionnelles. En plus, elles sont très souvent nées de belles aventures humaines et vous rencontrez des personnes ouvertes et passionnées qui seront ravies de renseigner toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à leur entreprise. Vous y trouverez sans aucun doute vos prochaines marques favorites ! Et cela vous aidera à dépasser vos réticences pour aller encore plus loin dans votre découverte d’une mode plus responsable, mais toujours aussi plaisante.

❂❂

Retrouvez Dressing Responsable sur Facebook et si vous avez des questions pour Emilie, n’hésitez pas à les poser ci-dessous. Elle prendra le temps d’y répondre au fil du mois.

Dressing responsable

Votre garde-robe actuelle est-elle un peu, beaucoup ou pas du tout responsable?

Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Cet article, publié dans Garde-robe, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Dressing Responsable

  1. Bulle dit :

    Coucou 🙂

    Je suis bien emballée par ce nouveau défi ! Je m’intéresse à la mode responsable depuis un petit moment et ma règle : n’acheter que des vêtements de marques qui vont dans ce sens. Du coup vu les prix, je n’achète que l’indispensable/après mure réflexion.
    Un petit truc : quand j’ai besoin de quelque chose, je vais d’abord fouiller dans les boutiques de destockage d’Ekyog. Je m’y suis acheté un pantalon autour de 65€ soit à peu de chose prêt moitié prix. En achetant peu mais mieux, si on ne fait pas des économies, on fait au moins des progrès dans le choix des vêtements qui nous conviennent vraiment.
    Mais là tout de suite, je n’ai pas très envie d’être raisonnable, et j’ai envie de ce sweat : http://www.balzac-paris.fr/produit/orgueil-et-prejuges-bleu-ciel/ O&P est mon livre préféré…

    A bientôt 🙂

    • Merci pour ton astuce Bulle! J’espère que tu réussiras à rester raisonnable… mais c’est vrai qu’il est joli ce pull 😉 Personnellement j’évite tout de même les vêtements imprimés car je trouve qu’ils sont plus difficiles à assortir et à accessoiriser.

  2. fedora dit :

    Ma garde de robe n’est pas responsable… j’essaye d’éviter les enseignes type H&M mais je me rends bien compte que d’autres enseignes ne sont pas plus respectueuses de l’environnement et/ou de l’éthique… Le barbare achète pas mal de choses chez American apparel (je pense que c’est éthique mais faut que je vérifie) et j’achetais pas mal de seconde main pour la poulette… Ma démarche ne va pas vraiment plus loin… par paresse sans doute… Je file consulter le site Dressing responsable !

  3. Ce billet est intéressant, j’en profite pour donner mon avis parce qu’il y a quelque chose qui me chagrine avec la majorité des marques dites « éthiques »…elles mettent en valeur l’Humain et la Terre mais qu’en est-il des animaux ? Parce que si je n’ai pas envie d’acheter un vêtement fabriqué par un enfant de 7 ans, je n’ai pas non plus envie de participer à la cruauté envers les animaux. Je pense notamment à Ekyog qui vend de la laine qui vient d’Australie et de Nouvelle-Zélande, régions où le mulesing (on coupe une partie de l’arrière-train du mouton pour que la laine ne soit pas infectée et donc faire plus de profit) est largement pratiquée. Ethique et responsable très bien mais sur le site impossible de savoir dans quelles conditions sont traités les animaux et c’est fort dommage. Ethique devrait dire éthique pour tous ! Si quelqu’un connait une marque éthique au sens où je l’entends, je suis preneuse !

    • Je partage entièrement ton point de vue sur la définition des vêtements éthiques… on en reparlera plus en détail dans un prochain article et j’espère qu’au cours de la dernière semaine nous trouverons des marques proposant de jolis vêtements de qualité, durables, abordables et 100% végan.

  4. Audrey dit :

    J’ai une bonne partie (la majeur?) de mes affaires provenant de la récup ou achetés d’occasion, mais ça n’empêche pas que je reçoivent souvent des compliments. J’ai quelques vêtements achetés neuf et de production écologique, notamment un mini short pour la nuit. Le seul soucis c’est que lorsque je le met il est bien à ma taille, mais le lendemain matin il se transforme toujours en sorte de jupette pendouillante. ^^

    • J’aimerais beaucoup acheter davantage d’occasion… mais dans les boutiques de seconde main où j’ai été, je me suis sentie perdue; il y a tellement de choses que finalement je n’y vois rien. J’aime pas trop faire les magasins de manière générale et du coup je n’ai pas la patience de fouiner dans ce « bazar » apparent!

  5. Emi Pesch dit :

    En achetant moins il y a moyen d’acheter des vêtements éthiques et à empreinte écologique limitée. Mais les prix restent quand même un frein je trouve. Et je me demande quand même pourquoi… Cette différence se justifie-t-elle par le prix payer pour les matières premières et la manufacture? Ou bien est-ce un marché de niche qu’il faut rentabiliser en prélevant un pourcentage élevé ? Je ne sais franchement pas.
    Bref, il faut encore que je fouille un peu pour trouver des basiques abordables =) je regrette très fort la disparition d’Ideo qui commercialisait de très beaux vêtements de belle qualité. J’ai 2 pulls et une robe d’hiver de chez eux, ils sont devenus fétiches !

    • Emi Pesch dit :

      * le prix à payer pour les matières premières…

    • J’explique les prix élevés ainsi: contrairement aux vêtements « standards », les habits éthiques sont fabriqués par des personnes travaillant dans de bonnes conditions et touchant un salaire juste; cela se reflète donc automatiquement dans le prix de vente… À cela s’ajoute comme tu le suggères le fait que les matières premières écologiques coûtent encore chères car elles ne sont pas encore la « norme ». En tous cas, comme toi je regrette que les marques éco-éthiques soient encore si chères… du coup ça oblige à acheter moins 😉

    • Emi Pesch dit :

      En même temps, si la norme implique de concéder sur les aspects socio-environnementaux… je serais quand même curieuse de connaître le % des marges bénéficiaires des marques en elles-mêmes.

    • En effet, ce serait intéressant de trouver ces chiffres et de faire un comparatif entre les marques éthiques et non-éthiques…

    • Tiens, suite à nos questionnements sur les prix des marques éco-éthiques, je suis tombée sur ce lien de la boutique Juste qui permet d’avoir une idée du pourcentage dédié à chaque aspect de la création/vente de leurs vêtements.

    • Emilie dit :

      Oh je n’avais pas vu ta réponse avec le lien ! je vais voir ça de plus près, merci =)

  6. sofi dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce défi auquel je me suis inscrite afin d’aller plus loin dans ma réflexion sur le « dressing idéal ».
    J’ai découvert avec grand intérêt le blog d’Emilie. Beau travail ! Et puis, très pratique ce système de vignette qu’elle a mis en place !

    Pour ma part, j’essaye d’avoir une garde robe responsable et éthique mais je dois dire que je n’y arrive pas; pas encore. Je suis petite et très menue et je m’habille généralement aux tailles enfants et l’offre est moindre et très enfantine. Sauf pour les chaussures, c’est vrai.

    Alors je vais presque exclusivement dans les brocantes et boutiques d’occasion. Je pratique l’échange d’habit aussi. Je n’ai donc pas de vêtements éthiques mais je continue de faire vivre des vêtements déjà fabriqués et déjà acheminés ici… et quand ils sont trop vieux je les « upcycle »…

    Voilà donc en attendant que l’offre s’étoffe du côté des vêtements éthiques… et que mon porte monnaie s’étoffe aussi un peu car avec 3 enfants, pas évident…même si je sais que le prix de ces vêtements n’est nullement excessif et rétribue la qualité, le savoir faire et toutes les petites mains qui ont contribué à sa confection.

    Bonne Année éthique à tous et bonne semaine

    • En effet en fonction de sa morphologie, de sa taille et de ses goûts, il n’est pas encore évident pour tout le monde de trouver son bonheur dans les boutiques éthiques. Moi aussi, j’ai du mal à trouver des vêtements pas trop grands mais surtout suffisamment simples… et bien sûr abordables!

  7. Cyrielle dit :

    Bonjour,

    Je participe à mon premier défi sur votre blog. Merci pour cette mine d’info. Je suis loin d’avoir un dressing responsable. Mais je fais attention à recycler ou donner les anciens habits (et encore plus après avoir vu le reportage sur Envoyé Special il y a environ un mois, qui mettant en avant les travers du recyclage des textiles). Mon petit garçon de 22 mois a quasiment que des habits de seconde main. Il est plus écolo que ses parents ! 🙂 Nous sommes pas des fous de shopping : 2 séances par an et nous faisons surtout attention au prix alors quand je vois les prix des marques éthiques, je me dis que mon dressing ne sera pas pour le moment responsable. Etre responsable c’est aussi de ne pas acheter des vêtements qu’on ne portera jamais ! Si si ça existe, les accros du shopping ont une grande tendance à faire cela.

    Bonne journée

    • Bonjour! C’est super que tu puisses habiller ton garçon avec des vêtements d’occasion. Personnellement j’ai toujours trouvé cela aberrant que certains puisses dépenser autant dans l’achat de vêtements neufs pour des enfants qui ne les porteront que quelques mois! C’est d’ailleurs pour cela que j’ai invité Anna de Tale me à contribuer à cet éco-défi car je trouve que son initiative est pleine de bon sens, autant pour le bien-être des enfants, que celui de la planète et du porte-monnaie!

  8. christine dit :

    II y a un moment ou je me dis que le meilleur moyen de s’habiller éthique et responsable est de faire soi-même! mais les tissus viennent d’ailleurs donc comment faire, car il ne suffit pas de savoir faire mais de savoir comment et par qui les tissus, la laine sont fabriqué, teint ,conditionné et transporte jusqu’au revendeur!! l’usine traite-t-elle les eaux avant de les rejeter ???? il reste les chaussures et tout le reste!!!! compliqué alors j’attend beaucoup de cet écho défi!!

    • J’ai de plus en plus envie de tout faire moi-même… en même temps, je ne suis pas une superwoman et s’il existe différents métiers c’est pour une bonne raison: à chacun ses talents et sa spécialité. Je rêve d’un monde fondé sur l’économie collaborative et sans argent: je passe commande à une couturière/un couturier pour le vêtement que je souhaite et en échange, je donne des cours de français, d’anglais ou autre à ses enfants, par exemple. Si l’on finit par tout faire soi-même, j’ai peur qu’on se retrouve chacun dans notre coin. Il me semble important de tisser des liens sociaux à travers l’échange de savoirs et de compétences. Et étant donné le nombre grandissant d’entrepreneurs responsables et ouverts d’esprits, je me dis qu’un jour ce sera possible- d’ailleurs ce genre d’échange se fait déjà à petite échelle 🙂 Pour les tissus, si tu sais/aimes coudre, cette boutique en ligne a été recommandée hier par Emilie sur Facebook.

  9. Le Trèfle dit :

    Bonjour,
    ici beaucoup de difficultés à habiller ses enfants de façon écolo car le choix est quasiment nul!
    alors j’ai pris le taureau par les cornes et créé ma marque risu.risu, ici: http://www.risurisu.paris 100% bio et 100% fabriquée ne France.

    Bravo pour votre blog!

  10. Ping : Garde-robe éco-éthique: la méthode Wear No Evil | Échos verts

  11. Ping : Vers une garde-robe éco-éthique & minimaliste: le bilan | Échos verts

  12. Ping : Le meilleur de 2015 | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s