En mars, on célèbre le printemps… mais pas seulement!

Ce mois de mars s’annonce riche en évènements qui mettront en avant certaines des plus grandes richesses de notre planète, tout en nous invitant à réfléchir à l’importance de leur protection. Voici un aperçu de ces évènements, suivi de quelques idées pour les célébrer à votre manière…

3 mars: Journée mondiale de la vie sauvage

Journée mondiale de la vie sauvage

Que ce soit pour nourrir, vêtir, soigner ou divertir les humains, des centaines de millions d’espèces de la faune et de la flore sont exploitées à travers le monde, mettant en péril certains habitats et la survie de certaines populations. Depuis le 3 mars 1973, 35 000 de ces espèces sont en partie protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) qui s’assure que leur commercialisation ne met pas la survie de leur espèce en danger. Il faut savoir que malgré cette convention, le nombre de transactions concernant la commercialisation d’espèces sauvages est passée de moins de 100 000 à près de 900 000 en moins de 40 ans et bien qu’elle ait pour but de protéger les espèces sauvages, la CITES ne permet pas d’en interdire leur exploitation…

Sauvage et Précieux

Pour le 40ème anniversaire de l’adoption de la CITES, les Nations Unies ont décidé de créer la Journée mondiale de la vie sauvage. Cette journée a pour but de célébrer la beauté et la diversité de la vie sauvage ainsi que d’informer le public au sujet des risques que des milliers d’espèces menacées d’extinction encourent et surtout de mettre fin à leur commercialisation… illégale, seulement. Même si cette journée n’est pas entièrement destinée à banir l’exploitation de la vie sauvage, c’est un premier pas vers la reconnaissance de l’importance de ces espèces pour le maintien de l’harmonie de la vie sur Terre. À cette occasion, l’exposition Sauvages et Précieux sera inaugurée par Ban Ki Moon à Genève. La fondation Good Planet et les Nations Unies ont collaboré avec 7 photographes pour la création de cette exposition qui met en évidence les enjeux du commerce illégal et de la vie sauvage. Et si vous n’avez pas l’occasion de voir l’exposition Sauvages et Précieux à Genève dans les 6 prochains mois, peut-être aurez-vous l’occasion de feuilleter le livre éponyme.

Zèbres- Ngorongoro Tanzanie- Échos verts

20 Mars: Journée sans viande

Journée sans viande

Initiée en 1985 aux USA par FARM, une association qui lutte pour le respect des animaux, de l’environnement et l’amélioration de la santé humaine, la Journée sans viande (Meatout en anglais) est à présent relayée en France par International Campaigns. Aujourd’hui, nombreuses sont les raisons pour lesquelles la consommation de viande fait débat: d’où mon désir, de commencer une série d’articles au sujet de l’alimentation, dont le premier s’intitule d’ailleurs “Dis moi ce que tu manges… je ne te jugerai point”.

Quels que soient nos choix alimentaires, cette journée est l’occasion de s’informer et de partager nos connaissances au sujet des liens entre la (sur)consommation de viande et l’effet de serre et la déforestation, le gaspillage et la pollution de l’eau, les risques pour la santé, la souffrance animale, la faim dans le monde ainsi que l’argent du contribuable.

La santé dans l'assiette- affiche

Si l’on est omnivore, cette journée peut être l’occasion de s’informer sur une ou plusieurs des raisons pour lesquelles la consommation de viande n’est pas considérée comme essentielle et pourquoi elle est bannie par certains. Les livres No Steak d’Aymeric Caron et La révolution végétarienne de Thomas Peletier ainsi que le documentaire La santé dans l’assiette (version française de Forks over Knives) sont d’excellentes sources d’informations que chacun ingérera et digèrera à sa manière… Mais plus on sera informés, mieux on pourra dialoguer et plus sain ce dialogue sera! Si l’on est végétarien ou végétalien, cette journée peut être une opportunité de partager ses recettes préférées, ou mieux encore, d’inviter ses amis omnivores à déguster une de ses spécialités végéta*iennes! Et si vous souhaitez vous initier à la cuisine végéta*ienne mais manquez d’inspiration, je vous conseille vivement de la puiser parmi les recettes de Lili’s Kitchen ou de Mlle PIGUT!

21 Mars: Journée internationale des forêts

Journée Internationale des forêts

Célébrée pour la première fois en 2013, la Journée internationale des forêts a été créée pour nous rappeler l’importance des écosystèmes forestiers qui recouvrent 1/3 de la planète et abritent 1,6 milliards d’êtres humains ainsi que plus de 50% des espèces de la flore et de la faune terrestres. En outre, les forêts jouent un rôle vital dans le maintien de l’équilibre de l’oxygène, du CO2 et de l’humidité dans l’air, un équilibre essentiel pour lutter contre le réchauffement climatique.

Il-Etait-Une-Foret-Affiche-France

Malgré son importance vitale, comme j’en parlais dans l’article Mon beau papier, roi des forêts dévastées, 15 millions d’hectares de forêts sont détruits chaque année et il est estimé que 20% des émissions mondiales de gaz carbonique sont attribués à la déforestation, l’une des causes indéniables du réchauffement climatique et de toutes les catastrophes naturelles qui en découlent. Célébrée pour la 1ère fois en France cette année, cette journée fera partie d’une semaine de manifestations ayant pour but de valoriser le patrimoine forestier et arboricole de chaque région.

En attendant, je vous invite à découvrir Global Forest Watch, un site de surveillance des forêts (en anglais) permettant de suivre l’évolution de l’état des forêts du monde entier, à travers des cartes dynamiques et des témoignages. Et si vous l’aviez manqué au cinéma, Il était une forêt, le documentaire réalisé par Luc Jacquet sortira justement en DVD ce mois-ci (le 13/03/14).

Forêt britanno-colombienne- Canada- Échos verts

22 Mars: Journée mondiale de l’eau

Journée mondiale de l'eau

La Journée mondiale de l’eau 2014 a pour thème “L’eau et l’énergie”, nous rappelant ainsi l’importance de l’eau pour la production d’énergie hydroélectrique, nucléaire et thermale ainsi que l’importance de l’énergie utilisée pour pomper, traiter et transporter l’eau. Cette année, l’objectif est de regarder de plus près les inégalités qui existent dans le domaine de l’eau et de s’intéresser plus particulièrement au milliard de personnes qui n’a accès ni à l’eau potable, ni à des sanitaires adéquates, ni à des sources d’alimentation et d’énergie suffisantes. Le but est également de se concentrer sur le développement de règlementations qui privilégieront la sécurité énergétique et un usage durable de l’eau pour une économie verte ainsi que d’identifier les meilleurs moyens pour faire de “l’industrie verte de l’eau et de l’énergie” une réalité.

La soif du monde

D’ici là, je vous propose de regarder La soif du monde, un documentaire réalisé par Yann Arthus Bertrand qui nous fait découvrir certaines des plus belles images de l’eau du monde tout en nous faisant réaliser que l’accès à l’eau potable est un problème d’actualité qui ne fait que s’empirer… Ce qui nous motivera peut-être davantage pour faire encore plus attention à notre consommation d’eau: voici donc mes astuces et celles de Béa Johnson (en anglais)!

Voilà donc un mois de mars propice à la réflexion (et à l’action!) autour des ressources naturelles de notre planète et de l’usage que nous en faisons…

Avez-vous des livres ou des films/documentaires à recommander pour s’informer davantage sur les enjeux mis en avant à travers ces différentes journées? Y a-t-il des manifestations organisées autour de chez vous pour ces différentes occasions?

♦Laisser un commentaire♦

Cet article, publié dans Inspiration, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour En mars, on célèbre le printemps… mais pas seulement!

  1. Merci Natasha de nous tenir informés de toutes ces manifestations et évènements importants pour notre « petite » planète ! Des bises

  2. Ping : En mars, on célèbre le printemps....

  3. Audrey dit :

    Le documentaire sur la foret a l’air trés beau, je vais regarder ça bientot.
    Moi j’ai le livre « le livre noir de l’agriculture » d’Isabelle Saporta, qui est trés intéréssant aussi et apprend plein de choses (bon rien de sympa par contre).

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s