J’arrête de surconsommer, le livre des licornes

En octobre 2015, Herveline Verbeken et Marie Lefèvre décident de créer un groupe Facebook intitulé Gestion budgétaire, entraide et minimalisme. Leur but ? Montrer qu’il est possible de consommer de manière raisonnable et responsable sans se ruiner et même en faisant des économies ! Très vite, leur groupe est rejoint par des centaines puis des milliers de personnes désireuses de changer leur manière de consommer afin de contribuer au développement d’un monde plus juste et plus durable. Aujourd’hui le groupe compte plus de 65 000 membres surnommées “les licornes”. Ce nom choisi un peu par hasard est devenu le symbole du groupe et il désigne désormais toutes les personnes qui souhaitent faire des choix de consommation aussi éthiques et écologiques que possible.  

La dynamique positive et bienveillante qui règne dans le groupe, les conseils avisés, les astuces pratiques, les nombreuses recettes et tutoriels ainsi que les témoignages personnels partagés jour après jour permettent à des milliers de licornes d’aligner progressivement et avec succès leur manière de consommer avec leurs valeurs. Les résultats probants de la méthode licorne ont motivé Herveline et Marie à écrire un livre intitulé J’arrête de surconsommer paru en mars dernier. À travers cet ouvrage, les deux licornes nous invitent à remettre chacune de nos habitudes de consommation en question et à faire des choix plus éthiques et plus écologiques dans tous les domaines du quotidien.

Ce livre est divisé en 21 chapitres regroupés en 3 parties. Dans la première partie, “La surconsommation et moi”, on nous aide à décrypter les différents profils de consommateurs.rices., leurs motivations, leurs points faibles, leurs difficultés et les manières de les surpasser. Parmi les différents profils décortiqués à la loupe, il y a, entre autres, l’acheteur.euse compulsif.ve qui ne sait différencier l’envie du besoin, l’accumulateur.rice qui vit dans la peur de manquer ou encore le/la conditionné.e qui a du mal à se détacher des normes sociales. À travers cette première partie, Herveline et Marie posent le doigt sur les nombreuses raisons qui font que beaucoup d’entre nous sommes devenu.e.s des “surconsommateurs.rices” malgré nous. Afin de nous aider à freiner nos achats futurs et à réfléchir à leur impact, elles nous proposent d’adopter la méthode BISOU. Grâce à cet acronyme tout mignon on se souviendra  des 5 questions clés à se poser avant d’acheter quoi que ce soit :

  • À quel Besoin répond cet achat ?
  • Dois-je l’acheter Immédiatement ?
  • N’ai-je pas déjà quelque chose de Semblable ?
  • Quelle est l’Origine de ce produit ?
  • Cet objet me sera-t-il vraiment Utile ?

Dans la seconde partie, “J’agis concrètement au quotidien”, on fait le tour des différentes sphères de consommation : la cuisine, les produits d’hygiène et cosmétiques, les vêtements, les enfants, le logement, les loisirs, les vacances… À l’appui de faits concrets et de quelques chiffres, Herveline et Marie nous expliquent les problèmes majeurs liés à ces différents domaines tels que l’accumulation des déchets, le gaspillage alimentaire et les tests sur les animaux. Elles nous présentent également plusieurs alternatives afin de continuer de répondre à nos divers besoins tout en limitant notre impact sur la planète. Elles partagent par exemple leurs conseils pour élaborer des menus, leur recette de déodorant ainsi que des idées d’activités à faire pour profiter pleinement de son temps libre et de ses vacances sans consommer inutilement.

Enfin, dans la dernière partie, “Je me lance dans la Green conquête du monde”, l’objectif est de prendre conscience de notre impact sur la planète de manière plus globale. Pour cela, Herveline et Marie nous suggèrent de nous pencher sur les sujets suivants : l’impact de nos choix sur l’environnement, les humains et les animaux, les stratégies marketing, le système bancaire, le rôle de la consommation comme acte citoyen et la place du bonheur en dehors de la consommation. À travers ces derniers chapitres, on réalise le poids de chacun de nos choix sur notre santé, notre environnement, les autres humains et animaux. On réalise que l’on a le pouvoir de faire des choix néfastes pour la société et l’avenir du monde ou bien de faire des choix sains et durables.

Ce guide ne se veut ni moralisateur, ni culpabilisant. Bien au contraire, Herveline et Marie parviennent à nous faire prendre conscience, avec humour, pragmatisme et authenticité, que nous sommes tou.te.s victimes d’un système social qui fait tout pour faire de nous des “surconsommateurs.rices”. Elles nous montrent toutefois que quels que soient notre milieu et nos moyens, chacun.e d’entre nous a le pouvoir de consommer de manière réfléchie et responsable. Grâce aux nombreux témoignages d’autres licornes, elles nous prouvent que la méthode licorne est un modèle adaptable, accessible et efficace pour quiconque a véritablement envie de remettre en question son rôle dans notre société de consommation.

Je pense que ce guide sera particulièrement utile à celles et ceux qui souhaiteraient débuter leur cheminement vers un mode de vie plus éthique et plus écologique et qui cherchent à la fois des informations et des astuces de base pour se lancer. Celles et ceux qui aiment pouvoir mesurer leurs progrès apprécieront peut-être le système de points attribués pour chaque nouvelle mission accomplie avec succès. Il y a des points “planète” pour les actions à portée écologique, des points “éthique” pour les actions qui ne nuisent ni aux humains ni aux autres animaux, des point “économies” pour les actions permettant de dépenser moins d’argent et enfin des points “bien-être” pour chaque action qui donne une sensation de mieux-être. Il est possible de découper des images pour chaque point et de les coller sur certaines pages ainsi que de prendre des notes tout au long de l’ouvrage… Les lecteurs.rices qui comme moi n’aiment pas l’idée d’écrire ou de coller quelque chose dans un livre pourront à la place inscrire leurs points et leurs idées sur un petit carnet à côté. Ainsi, on pourra plus facilement donner/offrir/vendre son livre une fois qu’on en aura plus besoin afin de disséminer des paillettes de licornes dans son entourage et bien au-delà !

Pour aller plus loin…

Connaissiez-vous déjà la méthode licorne ? 

 

Cet article, publié dans Lu, vu, entendu, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

50 commentaires pour J’arrête de surconsommer, le livre des licornes

  1. Perrichon dit :

    Actuellement en train de lire « J’arrête de surconsommer » que je trouve très agréable à lire avec de très bonnes idées, je souhaite le partager sur ma page Facebook, je suis donc très contente que tu fasses un article dessus. Ton blog est très sympa, j’y trouve beaucoup de choses et je suis toujours très heureuse de lire tes billets

  2. Roanne dit :

    J’avais déjà repéré ce titre, il est en wish-list. J’espère quand même pouvoir le feuilleter avant achat, histoire de vérifier qu’il m’apportera vraiment quelque chose.

    • Comme toi, je préfère feuilleter ce genre de livre en librairie avant tout achat afin de m’assurer qu’il correspond vraiment à mes attentes.

    • Roanne dit :

      Pour le moment, je n’ai toujours pas décidé si j’achèterai le livre ou non, j’ai peur qu’il n’arrive trop tard dans ma démarche qui est déjà pas mal avancée.
      Par contre, je me suis inscrite sur le groupe FB et sur celui spécifique à mon département, quelles mines d’informations ! (par contre, fichtre, vu le nombre d’inscrits et la densité des échanges sur le groupe principal, je n’arrive pas du tout à suivre et ça pollue mon fil d’actualités, déjà que je ne vais pas souvent sur FB, ça surprend 😉 ).
      En tout cas, tout ça pour te remercier de m’avoir fait connaître les licornes.

  3. Résé dit :

    yeah !!! quel bel article!!! (bien plus beau que le mien 😀 😀 )
    et tu sais que ce groupe est né sur le mien en fait?? suite à diverses discussions, toussa voilà voilà !!! 😀 😀
    elles sont vraiment formidables et je les admire pour leur bienveillance de chaque seconde …… bravo les filles ❤
    belle journée Natasha ❤
    et ….. licorne power 😀 😀

  4. Sev dit :

    Ouaaaais licorne power! Le livre de chevet que tout le monde devrait avoir. Ces nanas sont juste géniales:)

  5. Alexandra dit :

    Merci pour cet article ! J’en avais entendu parler via ton article précédent et le groupe des « licornes ». Mais comme je réfléchis 50 fois avant d’acheter quelque chose (la méthode BISOU, ça me connait, lol) et bien ça s’applique aussi aux livres (et oui je suis en mode désencombrement même pour les livres !) et j’ai besoin également de feuilleter un livre avant de l’acheter. En tout cas, merci pour ton compte rendu et j’irai me faire un dernier avis en librairie pour voir si il m’apporte quelque chose par rapport à mon cheminement personnel et mes connaissances ou bien si je le destine plutôt à offrir 🙂

    • Je comprends bien ton souhait de désencombrer ta bibliothèque… c’est mon plus gros défi personnellement !
      Mais j’arrive petit à petit à alléger ma bibliothèque en offrant ou en revendant certains livres… de toutes façons, je n’ai pas le choix, il n’y a plus de place sur mes étagères !

  6. Helene Salmon dit :

    Il existe aussi des groupes FB locaux de licornes qui facilitent les échanges de bonnes adresses ou d’évènements et les rencontres ! Je fais partie du groupe Licornes 17 … groupe très sympa !

  7. Eve dit :

    Je les ai entendues à la radio, hier.
    Je suis impressionnée par le nombre de personnes dans leur groupe: c’est une bonne nouvelle!

  8. Un trésor dans mon placard dit :

    Le succès rencontré par la page Facebook et par ce livre font plaisir a voir, c’est le signe que les choses peuvent encore évoluer et que de plus en plus de personnes souhaitent se mobiliser. Bravo à Marie et Herveline pour leur initiative!

  9. sabinenoucha dit :

    Petit dilemme dans mon crâne: j’ai soudainement envie d’en acheter 10 d’un coup pour l’offrir autour de moi… Les livres étant mon péché mignon et du coup un de mes vrais challenges minimalistes…

    Je suis au bord du bug 😉

  10. bou dit :

    Je connaissais les licornes par ton précédent article.
    Je viens de réserver le livre dans ma médiathèque mais je vais devoir attendre, je suis la 4ème !

    Voici mes astuces pour désencombrer mes livres ou ne pas en acheter:
    – je note les titres et auteurs de ce que je lis dans un petit carnet (si c’est noté, pas besoin que ça encombre ma tête et/ou mes étagères).
    – je fais des suggestions d’achat à ma médiathèque (mais ils ont souvent déjà ce que je leur demande)
    – quand je veux me séparer d’un livre je me demande: est-ce que je peux facilement retrouver ce livre en bibliothèque ou d’occasion ? est-ce que je pourrais avoir envie de prêter ce livre à des amis ? est-ce que j’aurais envie de faire lire ce livre à mes enfants ? est-ce que je pourrais avoir envie de le relire un jour ? Et si j’ai plusieurs livres d’un même auteur ou d’un même thème: lequel est le meilleur, lesquels sont moins bons ?

    Bon, à 6 à la maison dont 2 enseignants … c’est malgré tout archi plein de livres !

    • Je ne suis pour le moment pas abonnée à une médiathèque (je le ferai seulement quand j’aurai terminé la lecture des livres que j’ai chez moi, ce qui risque de me prendre encore quelques mois !) mais lorsque ce sera le cas, j’espère qu’ils seront aussi ouverts à mes suggestions… le problème c’est que je suis en Allemagne, donc je pense que mes choix seront vraiment restreints malheureusement (je ne maîtrise pas l’allemand donc il faudrait qu’ils soient ouverts à commander des livres en français et en anglais et même s’ils en ont déjà, ça reste très classique donc je ne sais pas s’ils voudront investir dans autre chose que des romans et des best sellers !). C’est aussi pour ça que je me retrouve à acheter des livres car ici je ne peux emprunter de livres à mes connaissances ni les trouver d’occasion…
      Sinon, comme toi, je me pose plusieurs questions de ce genre quand je fais le tri dans mes livres et ça aide bien !

  11. Vala dit :

    Moi c’est pareil, j’aurais bien aimé pouvoir le feuilleter avant pour vérifier qu’il correspond bien à ce dont je pourrais avoir besoin, vu que j’ai déjà quelques livres qui traitent du sujet… et beaucoup trop de livres! 😉

    • Si tu as déjà beaucoup de livres à ce sujet, il y a des chances pour que celui-ci te semble répétitif car il reste assez généraliste. En outre, je pense qu’il est plus adapté aux personnes qui débutent tout juste leur cheminement.

    • Vala dit :

      C’était ma crainte justement, j’avais hésité et puis renoncé, de peur de trouver trop de choses que je connais déjà. Mais j’aime bien l’idée… et ça me plairait quand même de pouvoir le feuilleter, pour voir le travail. 😉

    • Peut-être qu’un jour tu souhaiteras l’offrir à une personne de ton entourage… tu pourras alors le lire/feuilleter avant de l’emballer 😉 C’est ce que je fais quand j’offre des livres qui m’intéressent mais je n’ai pas encore lus… ou alors si je n’ai pas eu le temps, je demande à la personne à qui j’ai offert le livre si elle voudra bien me le prêter quand elle l’aura terminé !

    • Vala dit :

      C’est ce que je fais aussi… 😉

  12. Roanne dit :

    Concernant les livres, j’ai pris la décision de ne pas acheter de bibliothèque supplémentaire alors que je lis entre 60 et 100 livres par an environ (sans compter les revues, ouvrages techniques, etc) et que tout n’est pas disponible en numérique.
    Du coup, j’ai du « apprendre » à libérer mes livres… ça ne s’est pas fait tout seul.
    Si cela peut aider quelques personnes, j’ai partagé un diagramme dans un article de blog qui m’aide pas mal quand je fais une passe. Je mets le lien dans le champ « Site web » de ce commentaire, si ça peut aider (je suis moi-même une championne toute catégorie de la mauvaise foi quand il s’agit de m’accrocher à un livre, mais je me soigne).
    J’ai aussi remarqué que c’est plus facile quand la lecture date, parfois il me suffit d’attendre quelques mois et je n’ai aucune difficulté à me séparer d’un roman.
    Ce qui est plus difficile, c’est d’admettre une erreur d’achat et de me séparer de romans que je ne lirai jamais. Surtout quand il s’agit de grands formats payés au prix fort…

    • Tu es une vraie livrovore 😉 !
      J’ai moi aussi fait des achats regrettés par le passé, surtout pour la littérature quand je vivais en Angleterre où il avait constamment des offres « 3 pour le prix de 2 » en librairie et où j’achetais de temps en temps des livres que je n’ai finalement jamais lus… Mais c’était il y a longtemps, je ne vis plus en Angleterre et même si j’aime aller en librairie feuilleter des livres quand je rentre en France, j’arrive désormais à freiner mes achats et à en ressortir les mains vides. Car je n’ai plus de place dans ma bibliothèque et pour chaque livre qui rentre, je dois en faire sortir un… et certains livres mettent plus de temps à sortir que d’autres !

  13. bou dit :

    Quand tu recommenceras à chercher des livres, tu peux aller en Alsace, chez Emmaüs ou chez des bouquinistes.
    Je ne sais pas si on peut s’abonner à une bibliothèque sans habiter dans la ville …
    Sinon, il y a le site Recyclivre. Je n’ai jamais acheté chez eux mais beaucoup donné (ils sont sympas et efficaces).

    • Il est vrai que je ne suis pas loin de l’Alsace mais je n’y vais pas plus d’une ou deux fois par an ; il faut quand même compter plus d’une heure de car ou de train pour arriver à Strasbourg et ça a un petit coût. Quant à Recyclivre, c’est un service sympa en effet. J’avais pu y trouver une BD que J. voulais lire. Sinon, quand je cherche un livre, je profite de mes retours en France pour aller à Gibert Joseph où ils vendent plein de livres d’occasion… malheureusement, ceux qui m’intéressent n’y sont généralement pas.

  14. poli dit :

    Je l’ai acheté et lu, un petit rappel pour moi puisque j’ai commencé mon cheminement de mode de vie plus éthique, écologique, bio depuis déjà de nombreuses années.
    Je l’ai apprécié parce qu’il est bien fait et touche à quasi tous les domaines où l’on peut éviter-arrêter de surconsommer ; et aussi pour encourager les licornes à continuer !
    Mais j’avais en tête de l’offrir ensuite, ce que j’ai donc fait ! À une amie qui commence son cheminement (lessive maison, produits locaux, désencombrement…) ; elle le « dévore » !

  15. Marie Lefevre dit :

    Merci Natasha pour cet article très complet!
    Et merci à tes lectrices pour leurs gentils commentaires!

  16. Lucile dit :

    Suite à ton article je n’ai pas pu m’empêcher d’aller feuilleter ledit livre en librairie ! Malgré deux ans de zéro déchets et minimalisme, ce que j’y ai vu m’a bien inspiré !! Un design sympa, des conseils ciblés et intelligents… J’ai résisté à l’achat compulsif, je vais sagement faire un tour à la bibliothèque avant 🙂 Mais pour ceux qui hésitent encore, foncez !
    PS : Pensée pour toi car je viens juste de réaliser mon premier pesto, mais pas à l’ail des ours, aux fanes de radis (vengeance personnelle sur les radis de mon balcon, qui s’obstinent à faire uniquement des feuilles !), également inspiré de ton blog !
    PPS : bonne nouvelle, les livres zéro déchet fleurissent en librairie, il y avait une étagère consacrée au sujet dans la librairie Ombres Blanches de Toulouse !

    • J’essaie également d’appliquer ce principe avant chaque achat : je n’achète pas tout de suite mais j’attend quelques semaines ou mois- et si à ce moment-là j’ai encore envie ou besoin de cet objet, alors je l’achète.

  17. Roanne dit :

    Je cite, histoire de faire le lien « je n’ai plus de place dans ma bibliothèque et pour chaque livre qui rentre, je dois en faire sortir un… et certains livres mettent plus de temps à sortir que d’autres ! »
    Je ne connais que trop bien ce problème !
    Du coup, je ne comprends pas la cabale ‘anti-ebooks’ dont je suis trop souvent témoin, car pour les lecteurs comme moi, les livres sous format numérique c’est vraiment une libération. En plus – petit aparté perso – beaucoup de mes amis auteurs sont édités par des petits éditeurs qui jouent le jeu du numérique ou se tournent de plus en plus vers l’autoédition et c’est un moyen pour moi non seulement de me régaler de leurs plumes mais aussi de les soutenir financièrement (je ne pirate pas, ce n’est pas mon truc, j’ai conscience que le peu qu’un auteur touche en droits ne compense même pas le temps passé à écrire / corriger, et je suis bien placée pour le savoir, donc je trouve normal de payer pour la lecture d’un roman).

    • Roanne dit :

      (du coup, forcément, je me pose la question d’acheter le livre des licornes ne serait-ce que pour les soutenir…. au « pire », je l’offrirai ensuite à l’un de mes proches 😉 )

    • Je fais partie de ces gens qui n’accrochent pas aux ebooks… et je crois que je ne m’y ferai jamais.
      Comme toi, je pense qu’il est important de continuer d’acheter des livres neufs pour soutenir le travail des auteur.e.s. Je suis bien consciente qu’ils sont très mal payés… C’est l’une des raisons pour lesquelles je continue également d’acheter des livres neufs.

  18. une lectrice dit :

    belle article je pense le commander ♥

  19. cleopiti dit :

    Je ne connaissais pas les licornes.
    Je vais tâcher de le trouver pour le feuilleter afin d’être sûre d’y trouver de nouvelles choses comme l’a déjà écrit quelqu’un … je suis minimaliste de naissance (malgré de longues années de surconsommation , 20 ans tout de même !) et tous les tracas qui les accompagnent, je suis une récupératrice, restauratrice dans l’âme… je suis en fait une Maxi-minimaliste ou une minimaliste maxi-Mum (oh c’est drôle ça ! je le note de suite !).
    Merci pour cette nouvelle porte ouverte, je vais m’aventurer vers là …
    Belle journée;

  20. lecarnetdenotes dit :

    Alors j’ai envie de tenter la lectire de ce livre !merci

  21. SensitiveLife dit :

    Il faut que je me lance, je vais regarder s’il est à la bib

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s