Ma visite du marché Slow Cosmétique à Strasbourg

Il faisait encore nuit noire lorsque je suis sortie de chez moi samedi dernier, pour prendre le car de 7h15 direction Strasbourg. Après une bonne heure de trajet, j’ai été accueillie à l’arrivée par Natacha, lectrice du blog et fondatrice de Boïja, la première marque de vêtements de sport éco-conçus et fabriqués en France qui verra le jour en 2017. D’ici là, je vous invite vivement à suivre l’évolution de son projet via sa page Facebook.

Nous ne nous connaissions pas encore, mais lorsqu’elle a su que je venais à Strasbourg à l’occasion du marché Slow Cosmétique, elle m’a proposé de se rencontrer autour d’un petit déjeuner. La journée ne pouvait pas mieux commencer ! Après deux heures passées à parler de nos cheminements, de nos petits pas verts et de nos éco-projets respectifs autour d’un délicieux Chai Latte végétal au Café Bretelles, nous nous sommes rendues au Marché Slow Cosmétique et sommes arrivées juste à temps pour la conférence de Julien Kaibeck.

Si vous suivez ce blog et/ou vous intéressez à la cosmétique naturelle depuis un moment, vous connaissez certainement le mouvement Slow Cosmétique que je vous avais présenté en détail dans cet article. Lancé par Julien Kaibeck en 2011, le mouvement s’inspire, comme vous vous en doutez, du mouvement Slow Food. Après un certain temps passé à travailler dans le monde des cosmétiques conventionnels, Julien a fini par se demander pourquoi les ingrédients sains, efficaces et naturels qu’ils contiennent se retrouvaient la plupart du temps noyés parmi d’innombrables ingrédients chimiques.

Formé en aromathérapie, conscient des méfaits des cosmétiques conventionnels et convaincu des bienfaits des produits naturels, Julien décide alors de créer le mouvement Slow Cosmétique dans le but de promouvoir :

  • Une cosmétique intelligente qui répond aux besoins réels de la peau grâce à des ingrédients naturels adaptés et actifs.
  • Une cosmétique raisonnable qui se veut positive et non anxiogène, sans abus de marketing ni faux semblants.
  • Une cosmétique écologique privilégiant les circuits courts et les produits biologiques, naturels, peu transformés, dépourvus d’ingrédients nocifs à l’environnement et à l’organisme.
  • Une cosmétique humaine favorisant le lien entre l’humain et la nature, entre les producteurs.rices, les marques et les consommateurs.rices et un prix équitable et raisonnable pour tou.te.s.

Julien Kaibeck marché slow cosmétique Strasbourg

Aujourd’hui, le mouvement Slow Cosmétique est devenu une association qui touche 80,000 personnes par mois, qui organise une cinquantaine d’ateliers par an, qui a sorti deux livres (Adoptez la Slow Cosmétique et Slow Cosmétique, le guide visuel– je vous ai présenté ce dernier en détail par ici) et qui s’étend à travers 10 pays. Slow Cosmétique, c’est également une mention, obtenue à ce jour par 139 marques selon différents critères. Enfin, c’est aussi une boutique une ligne où l’on peut acheter tous les produits des marques ayant reçu la mention.

Bien que je regrette que la Slow Cosmétique ne promeuve pas exclusivement des produits véganes (les tests sur les animaux ne sont toutefois pas acceptés), j’adhère à 100% aux principes de base qui sont de/d’ :

  • Faire la paix avec notre peau, de l’observer sans jugement et sans dramatiser, de l’accepter en tant qu’organe
  • Associer plaisir, bien-être et beauté grâce au toucher et aux arômes naturels
  • Adopter une routine slow, en prenant son temps lors de l’application, en évitant de surcharger sa peau et de surconsommer
  • Utiliser peu de produits
  • Utiliser des produits multi-usages
  • Privilégier les recettes maison simples

Même si je suivais déjà le mouvement Slow Cosmétique depuis environ 2 ans, cette petite heure et quart passée à écouter Julien a été particulièrement enrichissante. L’humour, la simplicité et le bon sens avec lesquels il a partagé sa passion pour la cosmétique slow et naturelle m’ont motivée à soutenir et à promouvoir davantage cette initiative. Bien que les cosmétiques prennent une très petite place dans mon quotidien, c’est un sujet qui prendra certainement un peu plus de place sur ce blog car je suis de plus en plus inquiète pour les personnes de mon entourage qui continuent d’utiliser des produits conventionnels et mettent ainsi leur santé en danger au quotidien, tout en polluant la planète et en permettant à des entreprises peu regardantes de leur impact sanitaire, éthique et écologique de s’enrichir.

Pourtant, des alternatives existent. Toutes ne se valent pas en terme d’éthique et d’écologie, mais toutes sont bien plus saines et au moins aussi efficaces que leurs équivalents conventionnels- les tests l’ont prouvés, comme l’a expliqué Julien. Bien évidemment, il faut faire attention à ne pas tomber dans les filets du Greenwashing et c’est pour cela que je trouve la plateforme Slow Cosmétique bien pratique puisqu’elle nous garantit des produits naturels de qualité dont la fabrication est traçable et qui ont été examiné de près et sous tous les angles, de la composition à l’emballage en passant par le marketing. Seules les marques répondant à la majorité des critères Slow Cosmétique reçoivent la mention ainsi qu’une, deux ou trois étoiles attribuées selon les critères remplis. À partir de là, les consommateurs.rices ont toutes les informations à leur portée pour décider quels marques et produits privilégier, selon leurs priorités personnelles.

Soin slow cosmétique Julien Kaibeck

Après cette première heure inspirante, je me suis empressée de commencer mon tour des stands des quelques marques Slow Cosmétiques présentent ce jour-là. J’avais prévu de prendre le temps de discuter avec chacun des exposants mais je n’avais pas réalisé combien ils seraient sollicités ! La plupart de mes échanges furent donc malheureusement trop brefs à mon goût, mais ils m’ont tout de même permis d’en savoir plus sur les personnes derrière ces marques, leur histoire et leurs motivations et d’apprendre de nouvelles choses sur certains ingrédients naturels. Voici un petit aperçu des marques présentes et de ce que j’en retiens :

  • Ayda Terres du Maroc– cette marque fondée par deux passionnés des produits bio et typiques du terroir marocain se spécialise dans les huiles végétales d’argan et de figue de barbarie. Ce sont les seuls exposants avec qui je n’ai malheureusement pas pu échanger.
  • Ecomaat by Reflet Nature– cette marque bio se spécialise dans les produits à base de roses cultivées en Bulgarie. Elle propose des serums, des huiles et des eaux florales permettant de profiter pleinement des multiples vertus de cette fleur grâce au procédé d’extraction au CO2 supercritique, considérée comme étant la méthode d’extraction la plus écologique connue à ce jour.
  • FiiLiT– il s’agit d’une marque de parfum, un produit qui ne m’intéresse absolument pas je dois l’avouer car je n’ai jamais aimé me parfumer. Mais je suis tout de même allée me renseigner afin de pouvoir proposer cette alternative écologique à mon frère qui lui est fan de parfums bien chimiques ! Ce qui me plaît le plus dans cette marque, c’est son packaging en bois rechargeable.
  • Fun’Ethic– spécialisée dans les crèmes pour le visage bio adaptées à différentes tranches d’âges, cette marque alsacienne Cruetly Free se démarque des autres par ses prix peu élevés, son but étant de rendre les produits bio accessibles au plus grand nombre en trouvant sa place dans les rayons cosmétiques des supermarchés.  
  • Herbiolys– l’un de mes coups de coeur de ce marché, Herbiolys se spécialise dans la phytothérapie, la gemmothérapie, les huiles végétales et les savons. Tous leurs produits sont certifiés Nature et Progrès et sont réalisés avec soin dans les Hautes-Alpes.
  • La savonnerie du nouveau monde– cette marque de savon normande certifiée Nature et Progrès et Cruelty Free et vegan est un autre de mes coups de coeur de cette visite. J’aurais beaucoup aimé avoir plus de temps pour échanger avec Simone, la fondatrice pétillante et chaleureuse de cette savonnerie.  
  • Pachamamaï– je connaissais et j’affectionnais déjà Pachamamaï et j’étais donc ravie de retrouver leurs produits ici. C’est également une marque certifiée Nature et Progrès et Cruelty Free et vegan qui propose notamment différents cosmétiques solides pour une salle de bains zéro déchet- dentifrice, déodorant, shampoing et savons.
  • Sinagua– comme son nom le suggère, les crèmes de cette marque ne contiennent pas d’eau, un élément qui n’est pas absorbé par la peau et qui n’a donc aucun intérêt réel dans les cosmétiques. C’est pourquoi les produits de Sinagua contiennent exclusivement des huiles et des beurres végétaux mais aucun conservateur.   
  • Thala– cette marque se passionne pour les bienfaits antioxydants des pépins de figue de Barbarie et propose un serum pour le visage ainsi qu’une huile végétale pour le corps.

Parmi toutes ces marques, Herbiolys, La savonnerie du nouveau monde et Pachamamaï sont celles qui ont le plus retenu mon attention. D’une part parce qu’elles proposent des produits dont j’ai l’usage (huiles végétales, eaux florales, savons SAF et/ou produits solides) et d’autre part parce que ce sont des produits bio et véganes pour la plupart (sauf pour quelques uns des savons d’Herbiolys) fabriqués en France et dont les prix rentrent dans mon budget cosmétique. Les huiles d’Ayda, Ecomaat et Thala semblent également très intéressantes et qualitatives, mais hors budget pour moi. En outre, j’ai la chance de pouvoir trouver mon bonheur parmi les huiles végétales locales pour répondre à la plupart de mes besoins, donc pour le moment, je ne ressens pas l’envie d’aller voir ailleurs 😉 !

Marques Slow Cosmétique

Entre tout ça, j’ai eu le plaisir de rencontrer quelques adorables lectrices et blogueuses, dont Odile du blog Comme un Gardon. N’hésitez pas à faire un tour sur son joli blog où elle parle d’écologie et de bien-être avec bienveillance, douceur et simplicité. J’ai aussi brièvement croisé Delphine du blog Petites astuces entre filles, où elle nous partage ses recettes et ses découvertes de cosmétiques naturels.

Étant donné le nombre limité d’exposants, je pensais que j’aurais fait le tour du marché assez rapidement et que je serais prête à rentrer en milieu d’après-midi. Je m’étais aussi dite que j’en profiterais pour m’offrir une petite séance de réflexologie et participer à un atelier… Mais c’était sans compter ces belles rencontres et mon envie de poser mille et une questions à toutes ces personnes passionnantes et passionnées que j’ai croisées. Je suis donc partie à regret en milieu d’après-midi afin d’arriver à temps à la gare routière pour prendre le car direction Freiburg. Odile a eu la gentillesse de m’y déposer en voiture, ce qui m’a permis d’échanger quelques mots de plus avec elle, à ma plus grande joie !

Je suis rentrée de cette journée quelque peu épuisée je dois l’avouer, entre le réveil matinal, la journée passée debout, ces échanges constants, même pas le temps de boire ou de manger à ma faim tellement j’étais absorbée par tout cela ! Mais je suis surtout rentrée pleine d’espoir et de gratitude, grâce à ces personnes qui contribuent, à leur manière et à leur échelle, à la promotion d’une cosmétique respectueuse de notre corps et de notre environnement. Participer à ce genre d’évènements est important pour moi car cela permet de réaliser que même si l’on se sent parfois bien seul.e.s au quotidien, nous sommes nombreux.ses à partager les mêmes préoccupations et à avoir les mêmes motivations aux 4 coins de la France, de l’Europe et du monde ! Cette journée m’a donc redonné un coup de peps dont j’avais grand besoin…

Pour savoir où et quand seront les prochains RDV Slow Cosmétique, n’hésitez pas à les suivre sur leur page Facebook

Pour aller plus loin :

Produits Slow Cosmétique

Connaissiez-vous le mouvement Slow Cosmétique ? Quels types d’articles au sujet des cosmétiques naturels vous intéresseraient le plus ?

Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Cet article, publié dans Hygiène & santé, Inspiration, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Ma visite du marché Slow Cosmétique à Strasbourg

  1. Un trésor dans mon placard dit :

    J’aurais adoré ce marché, merci pour le partage 🙂

  2. Salima dit :

    Bonjour Natasha,

    Merci pour cet article sympathique :). Occupée que j’étais entre l’accueil et l’organisation, je n’ai malheureusement pas eu le temps d’échanger avec toi comme je l’aurais souhaité. Ma timidité a fait le reste et sur le peu de temps que j’ai eu, je n’ai pas osé venir discuter avec toi ;). D’autant que comme tu l’as dit, il y avait tellement de personnes enrichissantes avec lesquelles discuter, qu’il était impossible de voir tout le monde !
    Je suis contente que cette journée t’ait plu en tous les cas, et j’espère avoir un jour la joie de te rencontrer plus longuement (qui sait, Strasbourg et Freiburg ne sont pas si éloignées) :).

    • J’aurais beaucoup aimé échanger avec toi aussi… mais comme tu dis, Strasbourg n’est vraiment pas loin de Freiburg ! Si jamais tu viens par ici un jour, n’hésite pas à me faire signe, et j’en ferai de même lors de mon prochain passage à Strasbourg 😉 !

  3. annmy dit :

    oui, je connaissais la slow cosmétique mais pas tout, j’ai juste une simple approche donc merci pour tout ce partage !

  4. CAROLE dit :

    A quand un marché Slow cosmétique en Normandie ? Si ça avait été plus proche de chez moi, c’est certain je serais venue. Merci pour ce partage Natasha. Je connaissais déjà Delphine et la slow cosmétique mais pas encore le blog d’Odile que je vais aller visiter de ce pas !

  5. Florie dit :

    Merci pour ce partage! J’avais découvert la slow cosmétique il y a quelques années au moment de la sensibilisation à la simplicité, à l’écologie et à la santé ; et c’est toujours agréable de découvrir de nouvelles marques qui proposent des produits naturels. L’après-midi a dû être super sympa 🙂

    De mon côté, j’avoue que je privilégie toujours les marques les plus accessibles (géographiquement et en termes de prix), et qui proposent les produits les plus simples (une seule huile végétale au lieu d’un mélange par exemple). Le positif d’avoir autant de marques dans le segment naturel, c’est qu’il y a du choix pour tous les goûts!
    Je regrette juste que certaines marques se positionnent clairement sur un segment luxe et se permettent de vendre certaines huiles pures (d’argan par exemple) plus de 1000 euros le litre (là où la moyenne se situe à environ 150-200 euros pour l’huile d’argan)… Le principe de la slow cosmétique, à mon sens, c’est aussi de dépenser moins d’argent dans ces choses-là en revenant à des ingrédients simples et de tels prix peuvent donner l’impression de profiter du mouvement pour augmenter le prix de ces produits simples sans qu’un tel écart ne soit forcément justifié.

  6. poli dit :

    Quelle chance tu as eue de pouvoir y aller !
    Et merci pour le partage.

  7. Quel bel article vivant et riche !
    Je retrouve en te lisant les sensations de cette journée, l’esprit des marques découvertes et le plaisir de se sentir nombreux à croire en ces valeurs saines.
    Je te remercie de tes mots positifs et bienveillants qui me font chaud au coeur 🙂
    J’espère te revoir vite !!

  8. Vala dit :

    Ca avait l’air intéressant, ça donne envie…

  9. Marion dit :

    Mmmh que de beaux moments tu as du passer, j’aurais beaucoup aimé pouvoir m’y rendre, ces rencontres ont du être très enrichissantes 🙂 ! Il me semble qu’on a une routine slow assez similaire 😉 . Sur le papier ta description d’Herbiolys me donne envie d’approfondir, j’aime cette idée de recourir aux plantes médicinales 🙂 .

  10. Ping : Mes petits pas verts #5 | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s