Eco-entreprenariat : le salon de thé végane de Camille

L’été dernier, j’ai reçu un email de Camille, qui m’explique qu’elle travaille sur la création d’un restaurant et salon de thé bio, local et végétal à Dijon et qui me demande des conseils concernant le choix des emballages jetables, pour lesquels elle a du mal à trouver une option véritablement écologique… Malheureusement je ne lui suis d’aucune aide car, à ma connaissance, il n’existe pas encore d’emballages jetables fabriqués à partir de matériaux locaux, écologiques et biodégradables.

Sa détermination et son désir de créer une entreprise qui reflète ses valeurs éthiques et écologiques jusqu’au moindre détail font mon admiration et je suis donc l’évolution de la création de son entreprise via les réseaux sociaux. Et puis l’hiver dernier, Lulu – Graine d’Un Monde- ouvre ses portes à Dijon. Aujourd’hui, Camille répond à mes questions et nous donne un aperçu de son parcours pour devenir éco-entrepreneuse

Lulu Graine d'un Monde Dijon

Comment t’est venue l’idée de créer LULU – Graine d’un Monde – ?

Ah, bonne question ! Mais dur de répondre… C’est un ensemble de choses : ma transition au véganisme en 2014 puis la perte de mon emploi, ma volonté de travailler en accord avec mes valeurs et la protection de l’environnement, mes nombreuses lectures (dont bien sûr ton blog, mine d’informations !). Et mes anciennes collègues qui m’ont soufflé l’idée !

Je sais que tu t’es posée beaucoup de questions afin de créer une entreprise qui reflète tes valeurs éthiques et écologiques. Quels ont été tes plus gros casse-têtes ? As-tu dû faire certains compromis ?

Oui, je me suis parfois dit que je me mettais moi-même des bâtons dans les roues ! 😆

Tout m’a posé question, je t’avais même contacté pour te demander ton avis concernant les emballages jetables pour la partie “à emporter”. Comment savoir s’il vaut mieux acheter local mais pas “ bio” ou “écologique” mais d’importation ? Recyclé ou biosourcé ? Recyclable ou compostable ? La liste des casse-têtes est longue !

Heureusement il y avait des évidences : peinture écologique fabriquée en France, pas de Bone China pour la vaisselle (à base de poudre d’os), de la seconde main et du “Made in France” autant que possible…

Et bien sûr aucun compris avec la bienveillance ! Tout est avant tout végane et bio, pour un lieu de paix et de douceur.

Mais malheureusement oui j’ai dû faire des concessions : je n’ai pas eu les moyens par exemple d’acheter des meubles français, fabriqués artisanalement. J’ai donc fait le choix d’aller chez le leader des meubles en kit, mais en choisissant des meubles avec le moins d’aggloméré et de contreplaqué possible (les plans de travail du comptoir et les plateaux des tables sont en “vrai” bois). En règle générale, et je le déplore, acheter bio ou “écologique” coûte plus cher…

Lulu Graine d'Un Monde

Tes experiences passées n’étaient pas du tout liées à l’entreprenariat et à la restauration… Comment t’es-tu préparée à la création de ton entreprise ?

J’ai pris le temps d’apprendre, notamment grâce à une formation à l’entrepreneuriat au féminin, dispensée par BGE Perspective : pendant 2 mois, nous étions 12 femmes, porteuses de projets divers et variés, formées et accompagnées, depuis l’étude de marché jusqu’à la finalisation de nos plans d’affaire et aux négociations bancaires, en passant par la comptabilité, la gestion, le fiscal… J’ai beaucoup travaillé chez moi, profitant de mon expérience en gestion de projets dans mes précédents emplois. J’ai également bénéficié de l’incroyable solidarité de la communauté végane, pris des cours de cuisine avec Ôna (de l’atelier Super naturelle) et surtout Alice (qui à créé le blog Au Vert avec Lili), qui est même devenue la marraine de LULU 😘.

En tout, j’ai mis un an à créer ma société ! Mais au final, rien ne m’a vraiment préparé au quotidien de chef d’entreprise, il y a tant de chose à faire ! Je continue donc à apprendre et me former chaque jour.

Plats Lulu Graine d'un Monde

Parmi toutes les étapes par lesquelles tu as dû passer pour la réalisation de ton projet, lesquelles ont été les plus difficiles et comment les as-tu surmontées ?

J’en citerai deux : une “matérielle” et une “morale”.

Je crois que le plus dur à été pour moi de dépasser le scepticisme et la frilosité de mon entourage ! La plupart de mes proches sont employés du public ou parapublic, et étaient (et sont encore) très inquiets pour moi, et parfois terriblement négatifs… J’aurai aimé que tous soient enthousiastes, joyeux à l’idée de participer à cette création, qu’ils me portent dans ce projet.

Je déplore le manque d’esprit d’entrepreneuriat en général en France. Chaque étape est une bataille. Mais au final, je suis d’autant plus fière car je l’ai réalisé le plus souvent seule, et parfois “envers et contre tous”.

Je pense que ce qui m’a permis de dépasser tout ça est ma sincère conviction que le véganisme est une solution pour créer un monde meilleur, plus juste, plus paisible, et du fond du cœur je souhaite y contribuer.

L’autre grande difficulté et été le rachat du bail ! Je voulais absolument ce local, idéalement situé, accessible, facile à transformer. Mais les discussions entre les avocats ont étés longues et laborieuses, techniques et financières, j’ai cru que la cession ne se ferait jamais… (ça a pris 5 mois!). J’ai eu la chance de pouvoir compter sur le soutien de la cédante, Hélène, qui croyait fort en mon projet, et un ami, Franck, sans qui je n’aurais pu louer, car il s’est porté caution pour la société. 💚

Lulu graine d'un monde dijon vitrine

Voilà maintenant plusieurs mois que LULU – Graine d’un Monde – a ouvert ses portes. Quelles ont été tes plus beaux moments et surprises jusque-là ?

L’inauguration privée, avec ma famille et mes amis, à été un moment fort en émotions, l’aboutissement de ces longs mois de travail.

Les deux premières semaines ont été incroyables également, nous avons été submergés par l’affluence exceptionnelle !

Mais ce sont surtout toutes les belles rencontres que je fais au quotidien qui m’animent et me donnent la force de recommencer chaque jour.

Lulu Graine d'un monde dijon

Si vous êtes à Dijon, pensez à passer par Lulu – Graine d’un Monde –  pour une petite pause gourmande bio et végétale 🙂

Que vous inspire l’expérience de Camille ? Êtes-vous aussi éco-entrepreneurs.euses ou aimeriez vous le devenir ?

Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Cet article, publié dans Alimentation, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Eco-entreprenariat : le salon de thé végane de Camille

  1. Marion dit :

    Merci Natasha pour cette très chouette interview! Effectivement l’entrepreneuriat, surtout féminin, est encore trop peu développé en France et se révèle parfois difficile à mettre en oeuvre même quand l’envie est là. Cela fait chaud au coeur de voir qu’à force de persévérance, on peut se lancer, un grand bravo à Camille, à qui je souhaite beaucoup de courage pour la suite! Ce sera partagé avec grand plaisir ;), bonne journée!!

  2. Belinda dit :

    merci beaucoup pour ce beau partage et bravo à cette jeune femme d’avoir su relevé son défi et d’être enfin en accord avec elle-même.
    Cette région nous ne connaissons pas mais j’essaierai de m’en souvenir si un jour nous y passons 😀

  3. isabelle dit :

    bravo pour votre initiative et son aboutissement;

  4. Agnès dit :

    Magnifique !
    Bravo Camille! Et longue et heureuse vie à Lulu !
    Cela me donne d’autant plus d’espoir, que je laisse fleurir depuis une semaine dans ma tête l’envie de créer un lieu nouveau, dédié au soin, à la prévention, à la bienveillance,un lieu de liens et de partages autour de l’alimentation saine et la naturopathie….. Histoire de vivre et travailler en adéquation avec mes valeurs…..
    L’aventure de Camille tombe à point pour moi….
    Merci Natasha!

  5. Amandine BC dit :

    Merci à Camille et à toi pour cet interview! Moi qui suis dans un projet de création également (créations en tissu bio), cela m’apporte beaucoup. Et je me trouve aussi devant la problématique des emballages pour mes futurs envois (car je ne pense pas pouvoir me contenter d’une clientèle locale, malheureusement encore trop peu de personnes sont sensibilisés à la protection de l’environnement en ce qui concerne le textile). Je souhaite une longue vie à LULU et regrette de ne pouvoir y passer de par l’éloignement géographique.

  6. Aurélie dit :

    Merci pour cette nouvelle adresse que je testerai à mon prochain passage dans ma ville d’origine (je suis Grenobloise d’adoption ). Merci Natasha de nous faire partager tes coups de coeurs et coups de gueule. Cela m’enchante à chaque fois de découvrir de nouvelles initiatives et des personnes qui osent réaliser leur rêves même si le chemin est semé d’embûches. Longue vie à Lulu et à bientôt dans la capitale Bourguignonne.

  7. Catherine [La marmotte chuchote] dit :

    Bravo à Camille pour avoir ouvert son restaurant malgré les difficultés. Je souhaite le meilleur pour la suite. J’espère trouver le temps de goûter sa cuisine la prochaine fois que je passe à Dijon.
    Merci Natasha pour cette nouvelle rubrique auto-entrepreneriat.

  8. Un trésor dans mon placard dit :

    Quelle belle surprise de retrouver Camille ici, le monde est si petit! Tout d’abord on ne peut que la féliciter pour son initiative et sa persévérance car il en faut, la France n’encourage malheureusement pas entrepreneuriat et c’est fort dommage. Sinon si vous êtes de passage sur Dijon je vous recommande vivement Lulu, la cuisine de Camille est vraiment excellente et l’accueil y est très chaleureux!

  9. Clémentine dit :

    Waw ! Cette interview raisonne incroyablement en moi, qui ai à peu près le même projet que Camille… mais qui n’en suis qu’à la première étape – période de reconversion ! Je vais commencer une formation avec Ôna de Super Naturelle bientôt et ai envie à long terme de créer ma propre entreprise, pourquoi pas un restaurant, au maximum bio, végétal, et écologique !
    Je ne manquerai pas de passer chez Lulu si j’en ai l’occasion, car je ne connais pas du tout Dijon ! En tout cas ça me donne encore plus envie de me lancer !!
    Merci pour cette superbe article, Natasha !

  10. Oh merci pour cet article très inspirant 😀
    Je m’appelle Camille et je rêve d’ouvrir mon salon de thé vegan ! Son expérience me rassure sur la faisabilité ^^ notamment pour la formation d’entreprenariat ! Et de mon côté j’ai également pris des cours de cuisine végétal pour me rapprocher de mon rêve 😀
    Très heureuse de voir du concret et je lui souhaite plein de réussite pour la suite !

  11. Alexandra Chopard dit :

    Je suis ravie de retrouver Camille en itvw sur ton blog, Natacha 🙂 Pour y avoir mangé, je recommande absolument Lulu, un espace où on se sent bien. On sent la bienveillance, l amour des choses bien faites et la cohérence entre les personnes et le lieu. Une vraie réussite !

  12. Ping : Éco-entreprenariat : Shelter, créateurs de lunettes en bois | Échos verts

  13. Ping : Des projets vegan à suivre et à soutenir | Version Vegan

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s