À la découverte de la naturopathie avec Bénédicte Elies

J’ai entendu parler de la naturopathie pour la première fois il y a à peine 3 ou 4 ans, et j’avoue que ça m’a laissé un peu indifférente. Peut-être parce que j’ai le sentiment d’avoir trouvé l’approche holistique de soins préventifs, personnalisés et naturels qui me convient grâce à l’Ayurveda. En même temps, je pense que de nombreuses formes de soins sont complémentaires et je pense qu’il y a du bon dans tout, médecine allopathique inclue- bien que j’ai recours à cette dernière rarement et en dernier recours.

Depuis toute petite, j’ai été habituée à soigner les petits maux du quotidien via l’usage ou la consommation de certaines plantes ou épices. Et puis en grandissant, j’ai compris que nombre de mes maux étaient liés à mon mental, à mes émotions, à mon mode de vie. Ainsi, j’ai réalisé que ma santé physique dépendait de mon bien-être intérieur et que je détenais le pouvoir de prévenir certaines douleurs et difficultés physiques. Je m’applique donc désormais à prendre soin de moi au quotidien pour maintenir l’équilibre qui m’est propre afin d’être bien dans ma tête et dans mon corps… Et il me semble que la naturopathie peut permettre de trouver et de maintenir cet équilibre.

J’ai donc voulu en savoir plus sur cette approche de soins holistiques et pour cela j’ai fait appel à Bénédicte Elies, naturopathe qualifiée qui propose des consultations à Paris et à Brest. Vous connaissez peut-être déjà Bénédicte grâce à son blog Make Me Green (anciennement La Tarterie de Béné) sur lequel elle partage ses recettes végétales et ses astuces bien-être- elle a d’ailleurs contribué à plusieurs de mes éco-défis gourmands ! Mais cette fois-ci, c’est de son métier de naturopathe dont elle va nous parler…

camomille

Comment t’es-tu intéressée à la Naturopathie ? Qu’est-ce qui t’a motivé à devenir naturopathe ?

photo-benedicte-elies-la-tarterie-de-beneJ’ai longtemps été une “gobeuse d’Advil” à cause d’un dos fragile. Puis, lors d’une grosse crise que rien ne soulageait je me suis dit qu’il devait y forcément exister autre chose que toutes ces cochonneries qui en plus étaient inefficaces. C’est en cherchant un peu partout que j’ai découvert ce métier. J’aimais déjà beaucoup les huiles essentielles et l’aspect santé de l’alimentation donc j’ai tout de suite été attirée. J’aime l’idée de transmettre quelque chose, d’aider les gens.

Je n’aimais plus mon métier dans la communication, trop de pression pour trop peu de reconnaissance, cela n’avait plus de sens pour moi. J’ai donc décidé qu’il était temps de changer, de faire ce que j’aimais pour ne rien regretter ! C’est seulement plus tard, grâce à la naturopathie, que j’ai compris que de nombreux maux, notamment de dos, venaient du stress.

Peux-tu nous expliquer les principes de base de la naturopathie ?

Le principe est de prendre un individu dans sa globalité pour l’aider à retrouver sa force vitale, en fonction de ses forces mais aussi de ses faiblessesPour cela nous avons 10 techniques (toutes naturelles), dont les 3 principales sont l’alimentation, la gestion des émotions et l’exercice physique.

Plutôt que d’intervenir sur un symptôme comme le propose l’allopathie, nous intervenons sur sa cause. Nous cherchons à rétablir l’équilibre, l’homéostasie entre l’énergie glandulaire et l’énergie nerveuse. Nous sommes des éducateurs de santé, notre but est que ceux qui viennent nous voir deviennent autonomes, car ils sont les seuls à pouvoir décider d’aller mieux. En apportant une hygiène de vie au quotidien nous faisons aussi de la prévention, car l’idéal n’est pas d’attendre d’avoir un problème pour consulter, c’est en amont. Il ne s’agit en aucun cas de poser un diagnostic ou de remplacer des médicaments par une méthode naturelle ou une plante.

berry-strawberry-hands-leaves-65271

En quoi la naturopathie est-elle une approche holistique ?

La naturopathie reconnaît que l’homme est un tout indivisible : un corps physique, des émotions, un héritage génétique, un environnement socioprofessionnel et familial, des contraintes, et que tous ces aspects sont à prendre en compte si l’on veut réellement aider une personne.

Les maux, quels qu’ils soient, ne sont pas toujours la résultante d’une perturbation physique, cela peut aussi provenir d’une mauvaise gestion des émotions ou inversement. Comprendre que la tête et le corps ne sont pas dissociables permet d’être vraiment efficace.

À qui s’adresse la naturopathie ? Faut-il attendre d’être malade pour consulter un.e naturopathe ?

La naturopathie s’adresse à tous : enfants, ados, hommes, femmes dans toutes les étapes de leur vie (puberté, projet de grossesse et grossesse, allaitement, ménopause, …) ainsi qu’aux séniors.
L’idéal est de ne pas attendre d’être malade car nous sommes avant tout des éducateurs de santé et l’hygiène de vie c’est pour nous de la prévention. Si votre corps fonctionne au mieux de ses capacités alors vous éviterez pas mal de soucis.
Nous accompagnons aussi les personnes avec des pathologies chroniques ou des pathologies lourdes, l’idée étant d’aider le corps à supporter au mieux les traitements et de limiter les effets secondaires avec des techniques naturelles.

salade

Comment une naturopathe s’assure-t-il de proposer des soins personnalisés adaptés à chaque individu ? Quels genre de soins un.e naturopathe propose-t-il/elle ?

Chaque individu étant unique, aucune recette généralisée ne peut fonctionner, il faut s’adapter. La durée de la consultation et l’écoute nous permettent de cibler ce dont une personne a besoin, ce qu’elle pourra réellement mettre en place et quels sont les meilleurs leviers pour tendre vers la santé.

Parmi les 10 techniques dont nous disposons certaines seront plus adaptées que d’autres selon les individus. Nous sommes des généralistes et travaillons avec toutes les techniques car elles sont complémentaires. Je vais facilement vers les techniques manuelles comme le massage que je pratique au cabinet et je fais systématiquement appel au pouvoir des plantes via la phytothérapie, l’aromathérapie et la gemmothérapie. Et puis personne ne repart de mon cabinet sans que l’hygiène alimentaire soit intégralement revue. Hippocrate disait “Que ton aliment soit ton médicament”, qui peut espérer être en bonne santé s’il ne met pas le bon carburant dans la machine ?

Concrètement, comment se passe une première consultation avec toi ?

La première consultation dure environ 1h30, de quoi aborder beaucoup de sujets.

Il y a tout d’abord un bilan morphologique qui nous donne beaucoup d’indications sur le tempérament de la personne. Ensuite il y a un bilan iridologique, en étudiant l’iris on découvre la nature des toxines et l’encrassement du terrain tout en prenant en compte la partie héréditaire. Puis en dernier lieu, et c’est la partie la plus longue, c’est l’anamnèse. C’est le moment où nous posons tout un tas de question pour apprendre à connaître une personne, comment elle vit, quelles sont ses habitudes, si elle est capable de faire un changement radical ou s’il vaut mieux y aller en douceur, ….

En fonction de toutes ces données nous proposons une cure : revitalisation, détox, ou stabilisation. C’est du 100% personnalisé ! Les mots clés d’une consultation sont pour moi : écoute, bienveillance, dialogue et ouverture.

pexels-photo-218844

Plusieurs naturopathes proposent des consultations via Skype. J’avoue que cela me laisse perplexe- n’est-il donc pas utile et nécessaire de voir ses patient.e.s en personne et/ou de pouvoir les ausculter ?

Je ne propose pas de consultations via Skype, c’est selon moi difficilement compatible avec ce métier car cela ne permet pas de faire le bilan iridologique et morphologique. À moins d’assurer le suivi d’une personne que nous avons déjà rencontré mais cela doit rester ponctuel. Mais je n’aime pas le principe car rien ne remplace un véritable échange, c’est là qu’on peut voir et comprendre des choses, grâce à la gestuelle de la personne, ses mimiques, ….

Que dirais-tu pour rassurer les personnes qui sont méfiantes vis à vis de la naturopathie à cause du fait qu’elle n’est officiellement pas reconnue en France ?

Il y a de très nombreuses écoles de naturopathie, de quoi y perdre son latin ! Certaines écoles proposent des formations en 4 week-end, ce n’est absolument pas sérieux et ces personnes ne sont pas naturopathes !

Le plus simple est de trouver un thérapeute certifié La FENA ou OMNES, qui sont deux organismes qui référencent les thérapeutes dont la formation est vérifiée et validée au cours d’un examen national. Parce que ce métier n’est pas encore réglementé en France il est facile de tomber sur une personne dont les pratiques ne relèvent pas de la naturopathie, mais il suffit de se renseigner pour trouver le bon praticien.

nirzar-pangarkar-85499

Avez-vous déjà consulté un.e naturopathe ? À quelle(s) médecine(s) alternative(s) vous intéressez-vous ?

Mettez-y votre grain de vert laisser un commentaire echosverts.com

Publié dans Hygiène & santé | Tagué , , , | 10 commentaires