Mes petits pas et bonheurs verts #9

Comme chaque année, le mois de mars fut remplit de joies et de surprises. Il y a eu l’anniversaire de J. J’ai pris beaucoup de plaisir à lui préparer une soirée burger, à lui confectionner un gâteau à la poire et au chocolat, à lui trouver, créer et emballer de jolis cadeaux utiles, éthiques et écologiques et à le voir découvrir tout ça avec ses yeux pétillants de bonheur et son sourire plein de gratitude.

Il y aussi eu la visite d’A., ma meilleure amie de l’école primaire, l’amie qui me connaît depuis le plus longtemps et avec qui je m’entends toujours aussi bien, même si nous avons pris des chemins différents, même si nous ne vivons plus dans le même pays depuis plus d’une quinzaine d’années… Je sais que certaines personnes perdent plusieurs de leurs ami.e.s lorsqu’elles cheminent vers un mode de vie plus sain, plus éthique et plus écologique… Cela n’a pour le moment pas été mon cas et je me sens reconnaissante d’avoir des ami.e.s qui observent mes changements avec une curiosité bienveillante plutôt que de me juger et de s’éloigner.

Et puis il y a eu mon anniversaire. Mes 33 ans. Ma maman m’a fait la plus belle des surprises en arrivant chez nous la veille ! L’un de mes collègues m’avait préparé un gâteau au chocolat fourré à la confiture, mes élèves avaient réalisé un délicieux gâteau avec une mousse au chocolat et à la patate douce et J. avait commandé un gâteau amande-poire-chocolat fait sur mesure juste pour moi là où j’aime bien faire une pause goûter de temps en temps… Je n’avais jamais mangé autant de gâteaux pour mon anniversaire et j’étais touchée par les efforts des un.e.s et des autres pour me régaler de douceurs végétaliennes !

J’étais aussi touchée par les efforts de mon entourage pour m’offrir des cadeaux qui me correspondaient vraiment. Mes élèves ont décoré un bocal qu’ils ont rempli de petits mots très émouvants, l’une de mes cousines m’a confectionné une trousse de rangement en tissu, notre voisin T. m’a offert une bouteille d’huile d’olive de qualité, nos voisins J. et A. un petit vase en verre soufflé réalisé par un artisan local et les autres ont pioché dans la liste de mes envies du moment. J’appréhende toujours de me retrouver avec des objets superflus et/ou fabriqué avec des matériaux et/ou dans conditions qui ne me conviennent pas. Mais avec le temps, je suis soulagée de voir que mes proches se sont habitué.e.s à prendre mes critères en compte avant de m’offrir quoi que ce soit… Ils savent aussi que le plus important pour moi c’est le gros bisou, le gros câlin, les petits mots, la petite chanson, la jolie carte, le coup de fil… Pour me dire « on pense à toi »… tout simplement !

Entre tout ça, il y a eu mes petits pas et de nombreux petits bonheurs verts avec des visites enrichissantes, des lectures inspirantes et des rencontres énergisantes

(Les sujets suivis d’un astérisque seront abordés plus en détail dans de futurs articles).

  • Début mars, les profs de sciences du lycée où je travaille avaient organisé une semaine de visites et d’ateliers sur le thème des énergies renouvelables et de l’écologie. J’en ai profité pour me joindre à eux au cours de deux sorties. Pour la première, je suis allée à Vauban*, l’éco-quartier de Freiburg. J’y vais généralement à chaque fois que nous avons de la famille ou des amis qui visitent Freiburg pour la première fois car c’est l’un des endroits les plus intéressants à visiter et aussi un quartier très agréable où se balader. Mais je n’y avais jamais fait de tour guidé et grâce à ma collègue qui y habite et qui avait organisé cette visite, j’ai pu apprendre plein de choses intéressantes à propos des idéaux sur lesquels s’est fondé cet éco-quartier, sur les différents types de logements, les habitants, leur mode de vie, les avantages et les inconvénients.
  • Pour la seconde visite, je suis allée à l’un des centres de tri de la ville : un lieu beaucoup moins agréable, mais pas moins intéressant pour autant. C’est le genre d’endroit où l’on devrait emmener tous les jeunes (et les moins jeunes !) pour leur permettre de réaliser ce que deviennent leurs déchets une fois qu’ils ont été ramassés et qu’ils voient en quoi le tri et le recyclage des déchets n’a rien d’écologique en soi !
  • J’avais complètement délaissé mon potager de balcon depuis l’automne et le retour des beaux jours m’a motivée à remettre les mains à la terre ! J’ai donc planté des graines de radis, de roquette et de betteraves chiogga. J’espère que notre récolte de ces dernières sera plus fructueuse cette année et que les radis et la roquette pousseront aussi bien que l’an dernier !
  • J’ai terminé la lecture de Les 10 mythes de l’industrie* laitière d’Elise Desaulniers. C’est un livre très enrichissant qui explique de manière claire et détaillée et à l’appui d’études variées, les différents problèmes liés à l’industrie laitière en France et ailleurs- manipulation de nos croyances, effets sur notre santé, impacts écologiques, souffrance animale…
  • J’ai également lu J’arrête de surconsommer*, d’Herveline Verbeken et de Marie Lefèvre, un guide dans lequel elles nous expliquent pas à pas comment consommer de manière éthique sans se ruiner et tout en prenant soin de notre bien-être, de notre entourage et de la planète. C’est un guide informatif et ludique, très bien pensé pour celles et ceux qui voudraient consommer moins et mieux mais qui ne savent pas par où commencer.
  • J’ai fait une petite escapade à Paris qui m’a permis de passer un très agréable moment avec Anne-Marie Gabelica et Laure d’oOlution, Marie de Sweet & Sour et Marie de Shaker Maker autour d’un petit déjeuner au Café Pinson de la rue du Forez. Ça me fait toujours un bien fou de partager du temps avec des personnes aussi engagées, positives et ambitieuses !
  • J’ai profité de mon passage à Paris pour aller découvrir deux endroits sympas : Welcome Bio et l’Atelier-Boutique Lamazuna. J’avais justement découvert Welcome Bio grâce à cet article de Marie et je suis contente d’avoir pu faire un tour à l’épicerie et au bazar où l’on trouve plein de délices, de jolis objets et produits triés sur le volet.
  • À l’Atelier-Boutique de Lamazuna, j’ai eu le plaisir de rencontrer 4 des personnes de l’équipe qui m’ont chaleureusement accueillie et avec qui j’ai pu prendre le temps de discuter autour d’une petite infusion. J’ai pu y découvrir les derniers produits et en savoir un peu plus sur les nouveautés à venir… Chez Lamazuna, on déborde de créativité et leur jolie boutique en vaut vraiment le détour !
  • J’ai fait ma première cueillette sauvage de l’année, accompagnés d’amis qui connaissent des coins sympa où trouver de l’ail des ours en forêt. J’ai à présent de quoi refaire un petit stock de pesto et tester de nouvelles recettes.
  • Le lycée où j’enseigne se trouve en bordure de forêt et entourée de grands espaces verts sur lesquels on accueille des moutons (qui appartiennent à un éleveur). Pour la première fois, j’ai vu des agneaux nés à peine quelques heures ou quelques jours auparavant… En les voyant, j’étais à la fois émue par la beauté de ces nouvelles vies et attristée à l’idée que les mâles seraient envoyés à l’abattoir d’ici quelques temps. Et visiblement, cela a également touché certain.e.s élèves qui se demandaient s’ils /elles pouvaient au moins en acheter un pour le sauver… Cela nous a amené à une discussion intéressante (bien que trop courte parce qu’ils nous fallait revenir à « nos moutons » : le cours d’anthropologie !) sur l’objectification et l’exploitation des animaux. 
  • Ma dernière lecture du mois aura justement été Les animaux ne sont pas comestiblesde Martin Page, un ouvrage qui m’a absorbée durant mon aller retour en train à Paris (et dont le titre m’a valu une réflexion du passager d’en face, mais j’ai réussi à lui répondre poliment avec le sourire et à passer à autre chose… c’est si bon de sentir que je gagne un peu plus confiance en moi dans ce genre de situation au fil du temps). L’auteur nous raconte son cheminement vers le véganisme et rend son récit passionnant grâce aux nombreuses anecdotes personnelles qu’il partage. 
  • Toujours du côté de la lecture, j’ai terminé Dans ma peau* de Yael Adler. L’auteure, dermatologue, nous présente en détail l’organe le plus étendu du corps humain et permet ainsi de mieux comprendre les clés d’une peau naturellement saine.

Quels ont été vos petits pas et vos petits bonheurs verts du mois ?

Cet article, publié dans Mes petits pas et bonheurs verts, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Mes petits pas et bonheurs verts #9

  1. maconscienceecolo dit :

    j’ai lu « j’arrete de consommer » et « 10 mythes… » moi aussi ce mois-ci et j’ai beaucoup aimé 🙂 tu as de la chance que tes proches comprennent tes envies, ce n’est pas encore mon cas ^^ J’arrive tout juste à éviter les emballages !

  2. Mathilde dit :

    Je suis également enseignante, et cela fait longtemps que je suis admirative de tout ce que tu peux entreprendre dans ton établissement. Et j’ai pu enfin me lancer dans un vrai gros projet. En 4e, j’ai créé un chapitre sur les médias et l’environnement, et je termine par une rencontre avec un responsable de Biocoop et une semaine entière à faire rédiger des articles avec des sujets liés à l’écologie (comme le Zéro Déchet, les nouvelles constructions…). Un vrai bonheur 🙂

  3. poli dit :

    Mais je vais passer mon Dimanche à te lire ! à lire tous tes liens !
    J’ai moi aussi, une plus « vieille » amie depuis plus de 40 ans, pas de la primaire mais de l’adolescence ; tout comme toi, nos chemins sont différents mais nous sommes encore plus proches avec les années, les joies et les peines partagées. (J’ai 58 ans).
    Merci pour tout ce que tu partages : le cadeau de tes élèves, la visite de ta Maman, le gâteau de J. et tout le reste.
    Tout cela est essentiel pour continuer à avancer.
    Très bel anniversaire !

  4. Petits pas verts chez moi: aller au travail à pied plus souvent, discuter alimentation végétarienne avec mes collègues et les influencer un tout petit peu…
    Bon anniversaire ! J’aime beaucoup ton blog.

  5. nadine06 dit :

    Je viens d’acheter « j’arrête de surconsommer » et je viens d’aller deux fois au restaurant où ma demande d’assiette spéciale végétarienne a été très bien accueillie ! Trop contente !

  6. Dormance dit :

    Bon anniversaire en retard ! Je suis également de mars et j’ai fêté mes 33 ans 😉 en tout cas encore merci pour ce partage, et ces idées lectures, le livre de Martin Page me tente bien.

  7. Eve dit :

    Les mois passent vite! C’est difficile de trouver des nouveaux pas verts à chaque fois…
    Pour ma part, une consultation ayurvedique , et aujourd’hui, pour la première fois je crois, un repas en famille en mangeant en pleine conscience, lentement, en prenant le temps de tout savourer.

  8. estelle dit :

    Bonjour à tout.e.s
    je n’ai pas l’habitude de commenter souvent mais comme j’aime beaucoup lire les petits pas verts de tout le monde, je me suis dit que ça pourrait être sympa de contribuer 😉
    Le mois de mars est un mois d’anniversaire dans ma famille aussi, et j’étais très heureuse de voir qu’une fois de plus, mes choix ont été non seulement respectés mais largement soutenus!
    Au niveau cuisine, car c’est ce qui ressort le plus chez moi:
    pour le soir de l’anniversaire de mon Amoureux, j’ai confectionné un gâteau au chocolat vegan, qu’il aime énormément. Pour l’instant, c’est la seule recette qui a réussi à détronner son prédécesseur absolument non-vegan (et non-healthy!)! J’ai également refait cette recette pour l’anniversaire d’une enfant chère à mon coeur, pour tout un groupe de personne non-vegan, qui l’on apprécié. La maman m’a même demandé la recette!
    Un week-end famille a permis de fêter 3 anniversaires de mars d’un coup, j’ai donc innové avec un tarte au citron vegan qui a bluffé absolument tout le monde, ce qui m’a réellement ravie !
    Pour cette occasion et par amour pour moi, ma Maman a eu la délicatesse de préparer un dessert aux fruits rouges vegan, qui a bien entendu profité à tout le monde. Résultat: il a eu plus de succès que son petit-frère au yaourt de vache et à la crème! Tout le monde en a reprit!
    Je suis profondément reconnaissante à ma maman de « rentrer dans le jeu », car désormais tous les repas où je suis invitée sont vegan (mais souvent avec la possibilité de « customiser » pour ceux qui le souhaitent, avec un peu de fromage ou un bout de viande, mais à côté).
    J’ai vraiment la chance d’avoir une famille très ouverte d’esprit, et s’il subsiste quelques piques de temps en temps, c’est généralement plus pour le plaisir de taquiner, la réflexion est là et les habitudes de mes proches évoluent tout doucement vers toujours plus de vert! Cela me réjouie, et me conforte dans l’idée que rien ne vaut le changement individuel et le partage sans jugement!
    merci à tout.e.s pour vos partages car eux aussi me motivent pour changer petit à petit des habitudes pas toujours très vertes!

    • Merci pour ce partage très positif qui j’espère donnera un peu d’espoir à celles et ceux pour qui manger végétalien en famille/en société reste compliqué. Comme toi, j’ai la chance d’avoir une famille et des ami.e.s aussi toujours soucieux de préparer de bons petits plats végétaliens quand ils/elles me reçoivent. Je suis à chaque fois autant touchée par leurs efforts et aussi émue de voir le coeur qu’ils/elles y mettent et aussi le plaisir qu’ils/elles peuvent prendre à sortir de leur zone de confort culinaire afin de me/nous régaler sans produits d’animaux. Comme quoi tout est possible… il suffit d’en avoir la volonté.

  9. Maluch dit :

    Bonjour, j’ai vraiment envie de partager un petit bonheur 🙂 Mon petit testeur est revenu de l’école pour les vacances scolaires avec des feuilles A3 de couleur utilisées d’un seul côté dans son cartable. Visiblement, elles faisaient partie d’un affichage en classe que la maîtresse avait retiré des murs. Explication : « tu vois, je fais du zéro déchet. J’ai pris les feuilles dans la poubelle de la classe. Je vais utiliser l’autre côté et faire des bricolages ».
    Pour ma part, j’ai continué mon carême sans viande et sans poisson. Je réalise combien 1/ cela ne me manque pas tant que cela, et 2/ c’est difficile quand il n’y a pas d’alternative prévue. Je n’arrive pas encore à oser demander des options végétariennes quand je suis invitée. A travailler donc.

    • Merci d’avoir partagé ce petit bonheur, je trouve cela tellement beau et inspirant !
      Je comprends que cela soit difficile d’oser demander une alternative à la viande/au poisson lorsque tu n’es pas chez toi. Si c’est que tu souhaites, ça viendra, ça se fera tout seul, naturellement, quand tu te sentiras prête à le faire 🙂 En attendant tant mieux si cela ne te manque pas au quotidien.

    • Maluch dit :

      Merci pour les encouragements 😉 J’ai réfléchi au fait de ne pas oser demander. La motivation de l’exclusion complète est liée au carême, Comme je considère la religion comme faisant partie de la sphère privée/intime, je ne me vois pas « enquiquiner » des hôtes ou restaurateurs pour ce motif. Pour autant, je suis complètement à l’aise pour refuser des choses pour laquelle la motivation est l’environnement, la préservation de la planète.

    • Toi aussi tu me fais réfléchir… Vois-tu, je viens d’une famille musulmane et j’ai donc été habituée à dire « je ne mange pas de porc ». Cela me m’a jamais posé de problème, on ne m’a jamais questionné, parce que, d’après mon expérience, l’exclusion d’un aliment (ou plusieurs) pour des raisons religieuses est socialement accepté. Par contre, je trouve que choisir d’exclure des aliments pour des raisons moins personnelles est beaucoup plus controversé. Je le redis, il s’agit-là de mon expérience. Cela est certainement donc très variable d’un contexte à l’autre ! D’ailleurs, il y a quelques jours j’ai suivi une formation au cours de laquelle j’ai rencontré deux autres profs d’anthropologie qui vivent et enseignent en Grèce. L’une d’entre elles, américaine, me disait qu’il était plus simple pour ses ami.e.s végétaien.ne.s de dire qu’ils/elles faisaient le Carême plutôt que de dire qu’ils/elles étaient végétaien.ne.s lorsqu’ils/elles allaient au resto car elle m’expliquait que là-bas, nombre de personnes pratiquent le Carême 3 fois par an donc la cuisine végéta*ien.ne est populaire et diverse mais est elle directement rattachée à une pratique religieuse et plus compréhensible dans ce contexte.

    • Maluch dit :

      Merci Natasha, pour les éléments que tu apportes. J’ai besoin d’y repenser pour clarifier tout et bien entendu de cheminer.

  10. Ping : Mes petits pas et bonheur verts #10 | Échos verts

  11. Ping : Mes petits pas et bonheurs verts #10 | Échos verts

Mettez-y votre grain de vert!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s